wpe1.jpg (7512 octets)

 

 

LES SUBTILITÉS CLIMATOLOGIQUES

JUIN 2008

 

CORIOLIS-VINCI-COUVERTURE-II.jpg (66574 octets)
CORIOLIS-VINCI-COUVERTURE-I.jpg (66990 octets)
 

Nous nous excusons des erreurs de français et/ou des erreurs de mise en page,

Le contenu étant de beaucoup plus important, nous avons cru bon que les corrections suivraient avec des lectures régulières et possiblement avec une mise en page améliorée!....

Merci de nous lire et nous sommes assurés que ce rapport vous sera grandement utile dans une compréhension élargie de ce qu'est l'effet de serre et enfin ce que sont les changements climatologiques!...

 

Régis Lapierre, ing., M.Sc.G.P., M.Sc.A.    pour le Groupe <<Coriolis-Vinci>>

 

 


 

LE PROJET DU :

CENTRE DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE

<< CORIOLIS – VINCI >>

 

Réflexion première lors de l’épisode de verglas survenue en janvier/février 1997

Ébauche synthèse d’Août à Décembre 1999 et mise à jour en Février / Mars 2000

Résumé synthèse de Décembre 2001

Résumé synthèse mis à jour Septembre 2003

Résumé synthèse mis à jour Octobre 2003

Version officielle (dite finale) Novembre 2003

Version officielle (dite finale révisée (I)) déposée les 3, 5 & 8 Décembre 2003

Version officielle (dite finale révisée (2)) déposée le 14 Décembre 2003

Version officielle (dite finale révisée (3) ) déposée le 18 Décembre 2003

Mise à jour (Rapport #5) à la fin Décembre 2004 / Janvier 2005 déposée

Auprès des Co-présidents le 15 janvier 2005

Seul, Monsieur Champagne et Dame Lapierre-Adamcyk ont pris connaissance du rapport du 15 janvier 2005.

Mise à jour (Rapport # 6) à la fin juin 2005 (non déposée)

Mise à jour (Rapport # 7) en ce 31 juillet 2005, déposé à qui de droits énumérés ci-bas

Mise à jour (Rapport # 8) en ce début janvier 2006, déposé à qui de droits énumérés ci-bas

Déposé aux personnes suivantes : Messieurs Champagne, Genest, Tremblay, Martel & Dame Lapierre-Adamcyk

Mise à jour (Rapport # 9-10) en ce début janvier 2008, déposé à qui de droits énumérés ci-bas

Déposé aux personnes suivantes : Messieurs Champagne, Genest, Tremblay, Martel & Dame Lapierre-Adamcyk

PAR LE TRÛCHEMENT DU WEB (CORIOLIS-VINCI // http://rlapierre.qc.ca )

Rapport # 8-A & B addemdum (31 décembre 2005, 28 février 2006)

= Rapport #5, #6, #7

modifiés et/ou amendés fin MARS // début AVRIL 2006

Déposé aux responsables de l’Ordre des Ingénieurs du Québec

LISTE CI-JOINTE AU PRÉAMBULE

MISE À JOUR FIN DÉCEMBRE 2007, DÉBUT JANVIER 2008

Déposé aux responsables d’Organismes du Québec POUR LES PÉRIODES DE 2000 // 2006 INCLUSIVEMENT

VOICI LA VERSION 2007 // 2008 NON DISTRIBUÉE (SAUF PAR LE TRÛCHEMENT DU PRÉSENT WEB)....

 


 

DISTRIBUTION DES RAPPORTS

AUX PERSONNES OU ORGANISMES

DISTRIBUTIONS PARTIELLES OU ENTIÈRES

PAR LE <<TRÛCHEMENT DU WEB>>  cette fois-ci:

http://www.rlapierre.qc.ca

 

VOIR LA LISTE DE DISTRIBUTION

 

Avantages du simulateur physique <<Coriolis-Vinci>>

 

 


 

RAPPORT SYNTHÈSE

RAPPORT NEUVIÈME & DIXIÈME

REGROUPANT

L’ENSEMBLE DES RÉFLEXIONS ET RECHERCHES

MENÉES

DE FÉVRIER 1997 AU DÉBUT JUILLET 2008

PAR

LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>>

 


 

 

wpe1.jpg (27979 octets)

 

 


 

wpe2.jpg (6709 octets)

 

 

wpe3.jpg (24625 octets)

 


PRÉAMBULE :

Tout le monde s’intéresse de près ou de loin au climat et en particulier à la météo journalière qui régit nos activités quotidiennes professionnelles, familiales, sociales et autres.

Toutefois peu de gens ne se préoccupent des changements climatiques à long terme car l’homme, par définition, est un être temporel! Et à l’échelle temporelle universelle, l’homme subit pourtant quotidiennement les lois de l’univers et de l’humanité.

Ce neuvième et dixième rapport maintient confortablement notre degré de confiance au sujet de nos travaux en cours. Et pour ce faire, après un cumul de 11250 heures de recherche intense, nous avons joint sous forme d’évaluation statistique et graphique notre degré de confiance en notre recherche que nous présentons sur le WEB :

Et ce dans le but d’alléger le présent rapport. Nous vous souhaitons un survol agréable de nos travaux à travers ce document et le WEB mentionné ci-haut.

Le huitième rapport maintenait notre degré de confiance au sujet de nos travaux en cours. Et pour ce faire, nous avons joint sous forme d’évaluation statistique et graphique notre degré de confiance en notre recherche.

Les rapports produits par d’autres, intégrés aux rapports publiés précédemment, ne font que prouver et/ou confirmer ce que LE GROUPE CORIOLIS-VINCI a toujours défendu et avancé, soit la confirmation du réchauffement global de la planète terre.

Cependant notre approche de travail et notre outil de base diffèrent sans rejeter les approches en cours. Notre proposition se veut un ensemble de moyens parallèles pour minimiser:

  • Un long processus de design, de simulations et de vérifications des modèles climatiques désuets et nouvellement mis à la disposition des chercheurs, et également le maintien d’un niveau d’incertitude élevé;
  • Un long processus décisionnel à cause des budgets importants de recherche qui laissent les politiciens, économistes et financiers sceptiques, ne favorisant pas l’avancement des recherches et de la planification du développement durable;
  • Le manque de vision prospective de tous à moyen et long terme;

L’INCERTITUDE, ennemie première et majeure, laisse sans aucun doute les dirigeants politiques et autres autorités décisionnelles dans un scepticisme qui fera en sorte que nous devrons faire face à la théorie suivante : <<UN MANAGEMENT DE CORRECTIONS DES PROBLÈMES EN SITUATION DE CRISE(S) EN SÉRIE ET/OU EN PARALLÈLE, SOIT: LE MANAGEMENT DE L’ENTRETIEN UNE FOIS QUE L’ÉQUIPEMENT EST BRISÉ!>>

En concrétisant le <<PROJET CORIOLIS-VINCI>>, les décideurs doteraient les scientifiques multidisciplinaires d’un outil supplémentaire qui accélérerait la réflexion, la recherche et la découverte du comportement des paramètres météorologiques et climatiques de notre planète, tout en favorisant l’éducation des humains en général, et ce, sans négliger l’apport imposant des connaissances du secteur génie-construction pour mener à bien la réalisation de ce monument scientifique. Le <<PROJET CORIOLIS-VINCI>> est sans doute l’outil scientifique le plus original, le plus important, le plus réaliste et sûrement le plus indispensable dans le cadre de la réalisation prospective et du respect prospectif d’un développement prospectif durable.

Le rapport <<effet d’échelle>> vrai grandeur de nos montagnes en relation avec l’épaisseur de notre atmosphère active est de :

10 kilomètres versus 25 km maximum donnant un rapport de (1 à 2,5) un facteur 40%, et ce, sans considérer l’effet des pressions versus l’altitude qui comptent pour une valeur de 80% à moins de 11 km en altitude. Hors si nous tenons compte de l’influence de la densité de l’air en fonction de l’altitude nous obtenons un facteur de plus de 80% influençant les paramètres de notre climat sur terre.

Hors 40% de 25 km de stratosphère donne 10 km soit la hauteur de notre réseau de montagnes importantes. De plus, si nous considérons que la demie en altitude de cette stratosphère, soit : 5,5 km. Représentant grossièrement la hauteur moyenne de nos chaînes de montagnes sur la planète terre, nous y retrouvons grossièrement 100% de la densité de l’air de la stratosphère qui influence les paramètres de notre climat. À remarquer que les lignes aériennes volent entre 10 et 15 milles mètres (ou km) d’altitude! À remarquer que notre réseau de montagnes compte également quelques montagnes offrant de telles élévations!

 Notre CLIMAT-SPHÈRE donnerait évidemment des résultats inattendus, inespérés et éclairants!

Le gigantisme de ce projet nous semble donc moins apeurant et même fort réaliste en comparant des pommes avec des pommes!

À noter que les chercheurs, Monsieur Fortier, Ph.D., Océanographe et Monsieur Lemyre, Biologiste, confirment que l’eau de l’Océan Arctique s’est réchauffé de près de 2 degrés Celcius et qu’il en est de même pour l’Antarticque. Les Chercheurs russes arrivent également à la même conclusion. À noter également que <<Coriolis-Vinci>> considère que l’augmentation des températures moyennes globales ne doivent pas dépasser 2 degrés Celcius afin de ne pas perturber la fragilité de l’ensemble du Climat et en particulier le climat des deux pôles. S.V.P., veuillez référer au graphique de la page web  Histo-Océanographie  pour constater où nous en sommes!….

Nous avons comparé le Simulateur <<Coriolis-Vinci>> avec les simulateurs et/ou modèles informatisés en établissant une note (score) pour chaque paramètre nécessaire dans l’analyse du Climat à long terme. Les résultats sont probants en faveur du simulateur <<Coriolis-Vinci>>. En effet, plus de 92% des paramètres pourraient être utilisés dans le simulateur CV et seulement 33% avec simulateur informatisé. Également en assument un taux de succès de 50% et un taux de faillite de 50%, le simulateur CV conserve un facteur favorable de (3/1). Quant à l’incertitude, le simulateur CV diminue ce dernier par un facteur (8,7//1). (Veuillez référer au tableau de la page web Profitabilité  pour comprendre notre évaluation).

L’année 2006 qui se termine, nous a fait connaître une climatologie (et/ou météorologie) moins violente en terre d’Amérique et en le territoire océanique <<Atlantique>>, mais selon les bulletins d’information, la partie continentale Asiatique et en le territoire océanique du Pacifique ont été secoués par une multitude d’événements météorologiques fort violents et dévastateurs, et ce, jusqu’en décembre 2006. L’année 2007 s’annonce également active en l’hémisphère sud avec des incendies majeure en Australie!…

Nos graphiques et tableaux des pages WEB suivantes  Tableaux  à moins de preuves contraires et sérieuses, démontrent une fois de plus le sérieux de nos hypothèses, données colligées et tendance du comportement du climat en la période de 1997 à janvier 2007.

Nous continuons de croire que le Centre de Recherche en Climatologie <<Coriolis-Vinci>> combinant un simulateur de type physique réduit, l’ensemble des simulateurs de type informatique et l’ensemble des équipements techniques météorologiques serait un atout majeur en terme de recherche prospective.

Nous osons croire que nos décideurs seront favorablement influencés par notre étude pour aller de l'avant avec une décision humanitaire prospective.

Mesdames/Messieurs les intéressé(e)s, je suis convaincu que vous prendrez un grand plaisir à relire certains passages qui vous sont déjà connus et ces derniers vous rappelleront le pourquoi de notre démarche, mais également, je suis aussi convaincu que vous savourerez les nouvelles découvertes qui vous sont présentées dans ce rapport daté du mois de DÉCEMBRE 2006 // DÉBUT JANVIER 2007.

Bonne lecture et bonne réflexion!…

 

Régis Lapierre, ing.

Président du Groupe de Recheche en Climatologie << CORIOLIS-VINCI>>

Et/ou

Pésident du Centre de Recherche en Climatologie <<Coriolois-Vinci>>

 


 

INTRODUCTION

I** Le premier rapport sommaire et abrégé (1999 / 2000)

Une première réflexion sérieuse débuta à compter de l’épisode de verglas survenu en régions (Mauricie // Bois-Franc // Lanaudière) en janvier//février 1997. Mais c’est le grand verglas de janvier 1998, ayant affecté plus de 1,5 millions de concitoyens dans la région du Grand Montréal métropolitain et ses environs dont faisaient partie des membres de ma famille immédiate et élargie, qui m’incita à une seconde réflexion sérieuse sur le pourquoi de ces événements majeurs qui me motiva à débuter une formation professionnelle complémentaire personnelle qui se transforma en une recherche personnelle approfondie. Le fruit de cette réflexion me permit d’observer des causes probables générant ces événements et me permit d’élaborer un projet scientifique qui pourrait être rassembleur par sa réalisation, mais également porteur de solutions concrètes et bénéfiques pour la communauté humaine et la protection de son environnement. Ce projet de Centre de Recherche en Climatologie, (intéressant l’UQTR), aujourd’hui dénommé <<Centre de Recherche en Climatologie <<Coriolis-Vinci>>, n’avait aucune dénomination sociale lors des premières présentations. Ce fut le résultat de ces longues et tumultueuses réflexions monastiques sans être sectaire, que l’information fut diffusée aux décideurs même si les résultats de cette recherche n’étaient pas le fruit d’un Organisme reconnu.

Un rapport préliminaire décrivant ce projet et ses bénéfices fut remis au député de Trois-Rivières, également Ministre responsable de la région et Ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Technologie du gouvernement du Québec, au début de mars en l’an 2000, et ce, avec accusé de réception du Ministère vers le 20 mars 2000.


II** Le second rapport plus étoffé (décembre 2001 et janvier 2002)

Suite à un approfondissement solitaire de mes recherches et à plusieurs vérifications et contre vérifications des hypothèses étudiées, une rencontre fortuite d’un citoyen du quartier Normanville, en la personne de Monsieur Raymond Champagne, professeur émérite de l’UQTR, s’intéressa à ce projet. Il fut un important et indispensable intermédiaire lors du premier contact avec un cadre gestionnaire de la recherche et du développement à l’UQTR, soit Monsieur Rémy Tremblay, Ph.D.. Un second rapport consistait en la production de diaporamas présentés à ce dernier.


III** Le troisième rapport plus percutant (décembre 2002 et janvier 2003)

Suite à la rencontre avec Messieurs Champagne et Tremblay, ce dernier favorisa une rencontre avec des membres très actif du corps professoral soit  Monsieur Claude Genest, Ph.D. géographe, et deux autres membres de cette équipe soit Messieurs Joseph Lytinsky, climatologue, et François Bellemare, étudiant en maîtrise (étude en climatologie), ces derniers favorisant la théorie des variations climatiques et reconnaissaient le gain calorifique actuel. Bien qu’intéressés à ce travail, ils favorisaient l’école d’un refroidissement au cours des prochaines décennies durant le présent siècle. Cette rencontre favorisa tout de même des rencontres postérieures avec Messieurs Genest et Champagne et nous incita à faire des démarches pour obtenir des subventions à la recherche et/ou des contributions financières pour mener à bien notre recherche. À noter que l’auteur de ce document favorise la théorie du réchauffement global du climat sur notre planète, cette dernière étant aussi celle avancée par l’IPCC organisme reconnu par l’ONU, la NASA et la NOAA.

Cependant la théorie d’un refroidissement probable de notre climat dans un avenir prochain n’est pas incompatible avec l’OUTIL DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE PROPOSÉ. Les deux ÉCOLES DE PENSÉES trouveront avantages d’éclairer la communauté scientifique et la population en général des lois qui régissent le comportement du climat terrestre dans de multiples scénarios qui pourront analyser les extrêmes des deux écoles, soit :

  1. Le réchauffement de notre climat, ce dernier étant plus préoccupant et plus urgent à clarifier comme problématique probable et solutions à y apporter;
  2. Le refroidissement de notre climat, bien qu’important, ce dernier peut être étudier dans un but d’une vision rétrospective du climat passé et d’une vision prospective d’un climat futur confirmant ainsi des recherches et trouvailles du passé et permettant aussi une planification prospective des comportements humains advenant la confirmation de cette seconde école de pensée en terme de recherche énergétique et de développement durable.

Ces demandes furent adressées aux ministères fédéral et provincial des ressources naturelles, environnement et régions. Plusieurs autres organismes para-publiques et privés furent contactés et sollicités mais en vain jusqu’à maintenant.

Toutefois, ce troisième rapport fut largement distribué aux directions d’organisme pour fin de mise à jour de notre étude détaillée analysant les impacts des changements climatiques, et ce, afin d’insister sur notre façon de percevoir cette problématique et de développer un outil essentiel pour réduire les incertitudes politiques et scientifiques sur ce sujet et pour accélérer les prises de décisions sur les voies à suivre afin d’assurer un développement prospectif durable.

Le diaporama CCUQTR-26-R1-Références présente la liste des gens en possession partielle et/ou complète de nos documents. L’UQTR, le C.A. du Consortium OURANOS, les Co-Présidents, ainsi que Dame Lapierre-Adamcyk ayant reçu la totalité des publications électroniques et rapports émis sous forme de copies dures.


IV** Le quatrième rapport dit final (rédigé en décembre 2003 et en janvier 2004)

Le rapport 2003/2004 fut considéré, PAR SON AUTEUR, comme étant le rapport final pour les décideurs puisque aucun support financier ne fut fourni ou pré senti pour mener à bien d’autres recherches fort importantes pour réaliser ce projet de recherche d’envergure.

Ce rapport synthèse d’une centaine de pages, appuyé de documents durs et de documents électroniques (fichiers en format POWER-POINT) offrant quelques 15 diaporamas, expliquait la conception du centre et de son utilité et décrivait en détails notre projet unique et d’avant garde tout en confirmant la réalité des effets de serre par une série de résultats probants.

Le rapport déposé en décembre 2003 / janvier 2004 comptait un programme de recherche important et bien élaboré devant impliquer plusieurs centres de recherche universitaire et groupes de génie-conseil-construction afin de mâter les interrogations conceptuelles pour enfin réaliser ce projet prometteur devant réduire et/ou éliminer les incertitudes qui font que la réalité du réchauffement global due à l’effet de serre soient enfin pris au sérieux! Une fois cet outil en place et après quelques années de recherches menées en parallèle avec les outils informatiques déjà conçus et en conception et / ou en voie de vérification et de validation et / ou en opération permettra de cerner la problématique actuelle et future de la climatologie afin de permettre aux humains de vivre dans un environnement meilleur et plus sécurisant pour tous et toutes! Ce sera un outil essentiel pour la planification du développement durable de court, moyen et long terme! Le programme des recherches proposées se retrouve à la suite de ce rapport de mise à jour.


V** Le cinquième rapport <<Mise à jour pour les deux co-présidents>> incluant des données percutantes et convaincantes (décembre 2004 / janvier 2005) fut remis à Monsieur Raymond Champagne et Dame Évelyne Lapierre, Démographe, Monsieur Genest étant surchargé de travail ne pouvant prendre connaissance des documents.

Ce présent (et supposé dernier ?) rapport (mis à jour) se veut un rappel de l’importance de réaliser ce projet scientifique collectif afin de trouver des réponses et des orientations dans les meilleurs délais, car le cumul des statistiques confirmant les désastres, les pertes de vie, les misères engendrées et les montants investis en reconstruction n’apporteront pas les informations de base pour rationaliser la planification de l’éducation à parfaire afin d’élaborer des programmes de construction d’infrastructures nécessaires qui rencontreront les besoins de l’humanité. L’outil de recherche baptisé <<Centre de Recherche en Climatologie Coriolis-Vinci>> sera un outil de découvertes prospectives permettant aux décideurs de prendre des décisions appropriées en toute quiétude.

Il est à noter que le Consortium OURANOS, organisme reconnu par le monde scientifique québécois et canadien et par les autorités gouvernementales, arrive à des conclusions qui s’approchent de nos données et de nos constats. Ces dernières que nous avions élaborées en 1998 et présentées en 1999-2000. Notre principale différence est l’outil de travail et en second lieu le temps réaliste de réalisation de ces recherches qui ne permettraient plus de donner aux scientifiques et aux décideurs des arguments de retarder la construction de cet outil qui augmenterait de façon favorable les chances de trouver réponses et de consolider les arguments positifs du développement prospectif durable. LE TEMPS EST UN ASPECT FORT IMPORTANT ET ESSENTIEL DANS CE PROJET. Six milliards de petits bons hommes s’ajouteront dans les cinquante à soixante années qui viennent, et déjà des milliards sont en difficultés selon les rapports de l'ONU!


VI** Le sixième rapport <<Mise à jour pour les deux co-présidents>> incluant de nouvelles données percutantes et convaincantes des derniers mois soit : (janvier février, mars, avril, mai, juin 2005 (distribué à Monsieur Champagne qui en a pris connaissance et qui m’a retourné les documents, et distribué également à Messieurs Genest, Tremblay et Martel))

Ce sixième rapport accompagné des documents électroniques intitulés <<CCUQTR-28-TRANSFERT DE DONNÉES-A>> et mise à jour de la série dossiers électroniques <<OFFICIOM>> renchérit les hypothèses étudiées en présentant des résultats supplémentaires révélateurs sur la réalité des marées calorifiques. Ces mêmes résultats plus nombreux clarifient également l’existence plus que probable d’une ceinture équivalente et/ou similaire du type <<VAN ALLEN>> autour de notre satellite naturel (LA LUNE), cette dernière faisant varier de façon marquée la concentration des charges positives et/ou négatives donnant l’effet du LUNAR’S HEART BEAT et du LUNAR EGG’S EFFECT tel que présenté et/ou démontré dans les diaporamas intitulés : CCUQTR-12-OFFICIOM-janvier 2005-AA et CCUQTR-12-OFFICIOM-janvier 2005-AB (suite).

Nous disions donc que les marées calorifiques sont exactes en ayant cumulé les résultats de 29 périodes mensuelles montrant l’effet des marées calorifiques de façon convaincantes, soit 29 mois sur 29 mois donnant un score de 100% nous rapprochant de la certitude. Les écarts aux marées calorifiques s’expliquent par les phénomènes suivant :

  • Le déphasage dû au mouvement des masses d’air retardées et / ou accélérées et/ou pistonnées verticalement et/ou horizontalement;
  • Les phénomènes d’inflexion des courbes des températures dus aux solstices et aux équinoxes, l’inflexion étant plus évidente aux solstices.

Le cumul des données (températures maximales du jour) pour l’année 2005 sont cumulées pour les six premiers mois de l’année, soit de janvier à juin 2005 inclusivement. Nous constatons que les résultats sont probants. Car les données de janvier, février, mars, avril, mai et juin 2005, donnent des tendances comparables aux 29 mois déjà cumulés et disponibles partiellement dans le rapport #5. Alors la séquence calorifique est exactement la même, soit (Refroidissement aux équinoxes lunaires et Réchauffement aux solstices lunaires). Ici, il s’agit de bien comprendre l’alternance des points d’observation, soit hémisphère NORD et/ou hémisphère SUD.

Le graphique des écarts calculés à partir de l’étalon de base, soit  << les données des moyennes hautes des températures exprimées en Celcius pour les années (1940-1970)>>, démontre clairement que les écarts calorifiques sont fortement supérieurs aux solstices, confirmant le lien parallèle que nous pouvons établir avec le jeu de l’orbite lunaire, satellite naturel de la planète terre avec celui de l’orbite de la terre autour du soleil. Il ne faut pas oublier et négliger les effets de déphasage des résultats calorifiques enregistrés du au mouvement des masses d’air d’Ouest en Est et du Sud au Nord et/ou l’inverse.

Deux graphiques présentant les écarts cumulatifs exprimés en pourcentage, cumul des écarts journaliers pour l’année (ÉJ1M1 + ÉJ1M2 + ……. + ÉC1MX) démontrent que les écarts positifs sont de beaucoup supérieurs aux écarts négatifs soit plus de 80% contre moins de 20%. Et il en est de même pour le cumul des écarts journaliers mensuels, soit (ÉJ1M1 + ÉJ2M1 + …… +ÉJXM1) démontrent également la supériorité des écarts positifs cumulées en pourcentage. SVP référer aux diaporamas intitulés : CCUQTR-12-OFFICIOM-janvier 2005-AA et CCUQTR-12-OFFICIOM-janvier 2005-AB (suite). Vous trouverez également ces données et graphiques dans la section qui explique les marées calorifiques et nous vous prions d’identifier la section de ce rapport à l’aide de la table des matières.

Les diaporamas intitulés : CCUQTR-28-TRANSFERT DE DONNÉES 2005-A offrent également l’opportunité de comprendre l’effet des concentrations des charges électriques et ioniques selon la position de la lune. Ce diaporama présente également les graphiques des fluctuations calorifiques des mois de février 2005 à juin 2005 inclusivement.

Les diaporamas intitulés : CCUQTR-12-OFFICIOM-janvier 2005-AA et CCUQTR-12-OFFICIOM-janvier 2005-AB (suite) offrent également l’opportunité de comprendre l’effet de biais des statistiques météorologiques et climatiques en présentant un graphique qui représente plusieurs courbes simulant les fluctuations des températures mensuelles avec un effet de serre hypothétique régional de l’ordre de 3,5 Celcius réparti également et annuellement sur la durée du cycle lunaire de treize ans pour rencontrer le déphasage due au mois lunaire sidéral de 27,3 jours.

Le graphique que vous trouverez à la section des marées calorifiques parle de lui-même, car l’écart global de l’effet de serre que nous pouvons y calculer se chiffre à 50% de la valeur réelle et offre une occasion à une mauvaise interprétation des résultats, soit 1,75 celcius au lieu de 3,50 celcius. Cet exemple hypothétique et théorique laisse croire que le réchauffement global pourrait être de 1,2 celcius au lieu de 0,60 celcius.

S’il en est le cas, le levier régional présentement évalué à plus de cinq ou six (5 ou 6) fois la valeur globale, ce même levier offrirait une valeur de 50% de (5 ou 6) soit (2,5 ou 3,0) pour refléter la justesse de nos données. Cette valeur fera le sujet d’une étude plus approfondie.

Nous vous suggérons de vous référer à ce graphique révélateur ainsi qu’aux tableaux pertinents qui s’y rattachent, et ce, à la section des données des marées calorifiques que vous retracerez à l’aide de la table des matières.

Ce rapport explique également la forte probabilité, (inconnue jusqu’à ce jour), que l’orbite de la terre peut tourner selon un axe perpendiculaire au plan orbital actuellement connu, tout en changeant les angles relatifs et respectifs des autres planètes en fonction de l’orbite terrestre, offrant ainsi une variété intéressante de périodes de glaciation tel que présentée au tableau des diaporamas : CCUQTR-12-OFFICIOM-janvier 2005-AA et CCUQTR-12-OFFICIOM-janvier 2005-AB (suite). Cette hypothèse permet de comprendre les ères glacières et les phénomènes probables qui expliquent les migrations des humains et des animaux sur notre planète TERRE.

Ces variétés de glaciation pourraient facilement être simulées par méthode informatique mais également avec l’outils du <<CENTRE DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE CORIOLIS-VINCI>>. Vous trouverez les modifications de conception du centre en vous référant aux diaporamas intitulés : CCUQTR-17-DESIGN DÉFINITIF et CCUQTR-17A-ÉNERGIE SYNERGIQUE. Cette hypothèse permet d’expliquer que les pôles peuvent devenir des zones chaudes et humides tel que nous retrouvons actuellement la présente zone équatoriale. Cette hypothèse présuppose que l’énergie universelle maintient l’axe de rotation à 23//27 degrés et génère l’énergie de rotation.

Ce rapport inclue une copie de la publication du groupe de recherche OURANOS qui présente un premier survol de leurs recherches et conclusions des dix-huit projets qu’ils ont retenus. En gros, OURANOS se joint au rang des croyants à la théorie du réchauffement globale et avance même que cette réalité est majeure et qu’il faut agir avec empressement avec des politiques beaucoup plus contraignantes que le fameux <<PROTOCOLE DE KYOTO>>.

Le protocole de Kyoto entra en vigueur dès le 16 février 2005 avec la participation importante de la RUSSIE qui a entériné cet accord avant les fêtes de Noël 2004 et Jour de l’An 2005. Le financement des projets et l’économie du développement durable commencera donc dans les mois et années qui suivront.

Le programme ARGO est à implanter les bouées lectrices des températures, de la salanité et des courants marins dans toutes les mers et océans. En décembre on rapportait que 50% des bouées étaient déjà en place. Je crois sincèrement que ce type de recherche fort pertinent pour connaître les paramètres qui seront affectés par le réchauffement global doit également s’appliquer pour les régions possédant de grande étendue d’eau potable et/ou de grandes réserves d’eau potable tel que le Québec. Le Québec devrait se doter d’un tel système de détection et de lectures électroniques des paramètres pertinents à distance et même par satellite. Notre réserve est grande comparativement à la majorité des pays, mais nous devrions implanter tous les outils nécessaires pour contrôler cette richesse vitale.

Le Québec ne semble pas suffisamment impliqué et intéressé à la problématique du réchauffement global et/ou planétaire, bien qu’un sondage Léger-Léger au printemps 2005 dénote une prise de conscience marquée (+ de 80%), mais ces derniers à plus de 60% ne sont pas prêts à favoriser les transports en commun. Pourtant notre région sera une des régions des plus touchées par ce phénomène. Il faut participer au débat et aux décisions.

L’exemple le plus percutant que je puisse vous apporter est ce fameux graphique qui démontre que seulement une augmentation de deux degrés Celcius fait disparaître nos systèmes de climatisation naturelle, c’est à dire les PÔLES ARCTIQUE ET ANTARCTIQUE. Ces PÔLES sont, il faut l’admettre, dix fois plus fragiles que le reste de la planète et je ne considère pas le bras de levier démographique des producteurs et consommateurs d’énergie qui devront tôt ou tard évaluer leurs activités et leurs actions afin de faire face à un développement prospectif durable!…

Les Grands Lacs qui alimentent le Saint-Laurent? Nous devons agir rapidement en aval et en amont, car les surprises seront grandes. En aval l’océan Atlantique envahira certaine portion des basses terres de la côte NORD! Le Saint-Laurent deviendra un bras de mer salin jusqu’à la ville de Québec ou plus en amont encore! Et en amont le débit diminuera, si nous ne protégeons pas ces réserves de façon adéquate et équitable en limitant les dérivations actuelles et potentielles. Le Canada ne représente qu’un poids démographique de 10% à comparer à celui des États-Unis d’Amérique.

Les utilisateurs de ces réserves d’eau potable doivent suivre des règles très sévères et très strictes.

Les plus gros consommateurs d’énergie sont les transports représentant jusqu’à 40% des énergies totales. Tous et toutes reconnaissent ce problème, mais les gouvernements ne bougent pas pour la construction tant nécessaire d’infrastructures ferroviaires et portuaires pour optimiser et maximiser les bien faits environnementaux de tels investissements.

Le Québec doit se doter d’un réseau ferroviaire ceinturant le territoire riche en énergie renouvelable hydraulique, biomasse et éolien, soit 5 000 kilomètres de voie ferrée. Le stockage énergétique par hydrogène et piles est la voie à suivre.

Le protocole de Kyoto forcera les nations de la terre de se doter d’un système monétaire et d’une politique monétaire favorisant le respect de la vie et de l’environnement et d’une activité économique vivable et rentable sur le plan humain et son environnement.

La politique énergétique devra suivre la règle du triangle optimal et du centre de gravité optimal de ce fameux triangle afin de permettre une transition harmonieuse dans l’utilisation des énergies disponibles et renouvelables.

Ce rapport présente une publication sommaire de la capacité managériale de la Société d’état <<Hydro-Québec>> en s’impliquant intensément dans le développement énergétique et environnemental. Suivons cet exemple en implantant d’autres modèles de management environnemental. Le recyclage par une industrie intégrée et intégrante est un exemple qui doit se concrétiser dans les meilleurs délais. Nous vous référons à notre document fourni et/ou présenté à la Commission municipale de Trois-Rivières qui se penche sur le traitement des matières résiduelles. <<Coriolis-Vinci>> propose une approche pragmatique à cette problématique environnementale. Aux décideurs de décider!

La centrale nucléaire de Gentilly! Allons-nous laisser tomber ce know-how? La France produit 80% de son énergie au moyen de cette technologie et nous laisserions tomber un champ de recherche et d’application qui peut-être salvateur dans un avenir pas si lointain! Les technologies minières et militaires sont disponibles pour enfouir sécuritairement ces rejets! Mettons les en pratique! Faisons appel à ces experts!

La biomasse sera enfin régénérée avec la prise de position de la Commission Coulombe. Ce sont des jobs et du développement durable. <<Coriolis-Vinci>> favorise le transport des produits forestiers en copeaux miniatures à l’aide de <<PIPLINE ADAPTÉE>>pour des fins de production des pâtes et papiers et de la production énergétique à l’aide de la biomasse.

Le Sûroit rejeté! Pour des raisons environnementales et écologiques? Devrions-nous revoir notre position sachant que le verglas, le vent, une sécheresse majeure accompagnée d’incendies de forêt dévastateurs ou autres phénomènes naturels pourraient priver, pour une période inconnue, un grand nombre de citoyen québécois (plus de trois millions de citoyens et plusieurs entreprises structurantes et nécessaires à la sécurité de ces derniers) de l’énergie écologique nécessaire à sa subsistance et sa sécurité économique. Allons nous réaliser que plus de 10,000 kilomètres de lignes de transport ne sont pas à l’abris des intempéries énumérés plus haut.

Allons nous réaliser que nous avons besoin de produire de l’acier, du plastique, des matériaux composites etc. pour réaliser la production, l’approvisionnement et l’utilisation des énergies renouvelables et écologiques. UNE PÉRIODE de transition nécessite l’utilisation des énergies déjà utilisées pour en arriver à une économie prospective durable, écologique et environnementale.

La FORMATION POUR FAIRE FACE À CETTE PROBLÉMATIQUE du réchauffement global et du développement durable est à revoir et on y trouvera une solution avec l’implantation de l’outil du <<CENTRE DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE CORIOLIS-VINCI>>.

Nous suggérons de voter à la Chambre des Communes et à l’Assemblée nationale une loi privée et/ou publique établissant le droit et la nécessité de la formation de tous citoyens de tout âges à posséder une connaissance suffisante et approfondie pour faire face à toutes éventualités et à tous risques que peuvent générer les changements climatiques et les séismes naturels.

Nous vous référons à la lettre projet pour location de locaux afin de dispenser cette formation, ce projet transitoire menant à l’implantation des <<Centres de Recherche en Climatologie CORIOLIS-VINCI>>.

Le Groupe Coriolis-Vinci préconise également l’implantation de Centres régionaux spécialisés pour recevoir des sinistrés. Ces Centres spécialisés pour sinistrés devant être établis à proximité des aéroports et des grands axes de communication pour maximiser la sécurité des populations en général, et des populations éloignées. Ces Centres sont nécessaires dans les régions suivantes :

  • Mirabel (Montréal);
  • Ancienne Lorette (Québec);
  • Mont-Jolie / Rimouski (Gaspésie);
  • Trois-Rivières (Mauricie/Bois-Francs);
  • Sept-Îles (Côte Nord);
  • Abitibi (Abitibi-Témiscamingue);
  • Bagotville (Saguenay / Lac Saint-Jean);
  • Sherbrooke (Canton de l’Est);
  • Gatinau/Hull/Ottawa (Outaouais)

VII** Le septième rapport <<Mise à jour pour les deux co-présidents>> incluant de nouvelles données percutantes et convaincantes remis à Monsieur Raymond Champagne seulement, mais également promis à Messieurs Genest, Tremblay et Martel.

Le solstice d’été apporte une grande part d’activités météorologiques. J’aimerais ici introduire des théories complémentaires et fortement pertinentes favorisant la théorie de EGG’S LUNAR PHENOMENA.

Pour des raisons similaires, soit l’action et/ou l’influence de la lune en orbite autour de notre planète terre, cette dernière (lune) déforme le TORE de la ceinture de VAN ALLEN, utilise la force de gravité, modifie l’effet des champs électriques, modifie les champs magnétiques, accentue et/ou amplifie l’action solaire et active les eaux des plate-formes continentales entre les latitudes (24 nord et 24 sud). Toutes ces actions et inter actions favorisent les régions préférentielles et/ou propices pour la formation de grandes concentrations ioniques (saline (+/-)) provoquant ainsi les conditions favorables pour le développement de tempêtes tropicales et/ou d’ouragan. Il en est de même pour les masses gazeuses et la masse des vapeurs d’eau (NUAGES).

Le mois de juillet 2005, la tempête tropicale NANCY (5 et 6 juin) ainsi que l’ouragan DENYS semble suivre les hypothèses émises plus haut. La trajectoire de ces deux activités météorologiques a suivi le chemin tracé par la cuillère du Golfe de Mexique pour ensuite s’éteindre dans l’axe de la Vallée du Misissipi / Grands Lacs. La lune se positionnait au point du solstice lunaire/solaire.

Les ouragans (Franklin et Erl) renforcèrent et/ou confirmèrent également ces hypothèses. Je me permets d’ajouter les faits suivants :

  • 4 août 2005, journée de la LUNE NOUVELLE offrait un maximum de flux calorifique;
  • Les moussons de l’Orient faisaient rages;
  • Le Saint-Laurent et les rivières s’y déversant offraient des niveaux particulièrement bas et/ou débits faibles, Répétition d’un passé pas tellement lointain.

La rencontre de l’IPCC à l’automne 2005 à Montréal fût sûrement un moment gratifiant pour le groupe de recherche <<OURANOS>>, groupe que vous administrez et dirigez. Je profite de cette occasion pour vous féliciter de votre participation active et remplie de succès, pour vous en tant que président du CA et enfin pour tous les experts du Groupe OURANOS.

Une liste de projets dans le cadre du développement durable est également ajoutée en Annexe pour démontrer que les changements climatiques ne signifient pas stagnation, immobilisme, et arrêt de l’activité humaine et rétrogradation. Au contraire, l’adaptation aux changements climatiques signifie : Réflexions, Cumul des connaissances, Analyses, Synthèses, Jugement, Conceptions appropriées, Réalisations appropriées, Ajustements appropriés, Travail soutenu et mise à jour et/ou entretien, enfin un TRAVAIL ENVIRONNEMENTAL, BÉNÉFIQUE, ÉCOLOGIQUE, et définitivement ÉCONOMIQUE car ce TRAVAIL est un TRAVAIL pour la VIE et la SURVIE.

Modifications aux design de base

Nous vous référons au diaporama intitulé : <<CCUQTR-17-DESIGN DÉFÉNITIF>> mis à jour en juillet 2005>> pour comprendre les modifications proposées. Ces éléments sont rendus nécessaires suite à la confirmation et à la QUASI-CERTITUDE des marées calorifiques. Même si la conception diffère de beaucoup en tant que principe d’application les modifications du DESIGN de BASE demeure minime.


VIII-A** Le huitième rapport <<Mise à jour pour les deux co-présidents>> leur fait part de notre degré de confiance au sujet de nos observations, de nos analyses, de nos synthèses, des conclusions justifiées et de nos recommandations(Distribution à Messieurs Champagne, Genest, Tremblay, Martel, et Dame Lapierre-Adamcyk et Ordre des Ingénieurs du Québec).

Les données transmises dans le document électronique intitulé :

<< CCUQTR-30-TRANSFERTS DE DONNÉES DE DERNIÈRES MINUTES -BB >>

se résument ainsi :

  • Les données et résultats colligés et documentés sur une période de 41 mois sur 41 mois nous font la preuve et confirment les avancées de l’IPCC, la NOAA, la NASA et du CONSORTIUM OURANOS. De plus les théories avancées définissant les marées calorifiques et autres par CORIOLIS-VINCI sont également crédibles avec un score presque parfait de 41 mois sur 41 mois.
  • Même si le TSUNAMI du 26 décembre 2004 n’est pas un phénomène climatique et/ou météorologique, nous avons avancé une théorie fort pertinente sur le mouvement des plaques tectoniques en fonctions de l’orbite terrestre et de l’orbite du satellite terrestre. Les derniers tremblements de terre (SÉISMES 2005) confirment cette théorie. Les populations vivant en régions ciblées pourraient et pourront donc compter sur une information fort importante et indicatrice de précaution à prendre en ces périodes connues!…
  • Les températures maximales observées et enregistrées démontrent des écarts positifs de plus de 3 degrés Celcius par rapport à la moyenne de la période étalon 1940//1970, et ce avec un degré de confiance de près de 92%, dix mois sur douze annuellement. Les écarts négatifs étant moins significatifs, soit 8% des écarts cumulatifs, nous confirment également un degré de confiance de l’ordre de 92%, dix mois sur dix des douze mois annuels, soit de février à novembre inclusivement.
  • Les températures maximales observées et enregistrées démontrent des écarts positifs de plus de 3 degrés Celcius par rapport à la moyenne de la période étalon 1940//1970, et ce avec un degré de confiance de près de plus de 83%, douze mois sur douze annuellement. Les écarts négatifs étant moins significatifs, soit 17% des écarts cumulatifs, nous confirment également un degré de confiance de l’ordre de 83%, douze mois sur douze annuellement.
  • Les écarts selon les mois de l’année varient de 0 Celcius à 15 Celcius, selon l’orbite lunaire présentant quatre périodes identifiées à partir de la position orbitale lunaire comme suit :
  • LUNE nouvelle favorisant la modification des concentrations de charges positives et négatives au sein du tore de la ceinture de VAN ALLEN générant une concentration plus grande de la pénétration lumineuse au niveau de la surface terrestre surchauffant ainsi les gaz à effet de serre offrant une plus grande concentration dans les premiers mètres de notre milieu humain actif. La dissolution des charges d’une part et la concentration des charges du côté opposée favorise le phénomène des hautes marées calorifiques;
  • LUNE croissante qui continue de déformer les concentrations des charges positives et négatives jusqu’au bris de l’influence totale, mais influençant de façon moindre le côté droit (côté défini par rapport à l’axe Soleil//Terre) ou encore diminuant la concentration des charges positives et négatives par une plus grande dispersion. Cette dispersion voyage également dans le sens du faisceau lumineux en provenance du soleil. Par contre le côté opposé ou côté gauche (côté défini par rapport à l’axe Soleil//Terre) est influencé par l’augmentation des concentrations des charges positives et négatives qui se rapprochent de la surface terrestre. À remarquer que cette concentration est affectée par un bombardement violent des rayons solaires, puisque la concentrations des charges voyagent en sens inverse de la direction de la lumière en provenance du Soleil. Ce cas produit donc une marée basse des températures et des écarts enregistrés.
  • LUNE pleine favorisant la modification des concentrations de charges positives et négatives au sein du tore de la ceinture de VAN ALLEN (concentration maximale et bombardement maximale, étant donné que le côté des grandes concentrations se situent dans le sens direct du bombardement de la lumière en provenance du soleil), et ce, en générant une concentration plus grande de la pénétration lumineuse au niveau de la surface terrestre surchauffant ainsi les gaz à effet de serre offrant une plus grande concentration dans les premiers mètres de notre milieu humain actif. Le coté de la terre en harmonie avec la lune offre une dispersion des charges avec un bombardement moindre puisque cette concentration voyage dans le même sens que les rayons solaires, et ce jusqu’à la pleine lune, le bombardement étant à son minimum en ce point. Puis subitement la pleine lune commence à favoriser les concentrations dispersées à un plus grand bombardement ionique puisque ces concentrations dispersées des charges se déplacent à contre sens du rayonnement solaire. Ce phénomène produit donc les marées hautes calorifiques.
  • LUNE décroissante qui continue de déformer les concentrations des charges positives et négatives jusqu’au bris de l’influence totale, mais influençant de façon moindre le côté gauche (côté défini par rapport à l’axe Soleil//Terre) ou encore diminuant la concentration des charges positives et négatives par une plus grande dispersion. Cette dispersion voyage également dans le sens inverse du faisceau lumineux en provenance du soleil. Par contre le côté opposé ou côté droit (côté défini par rapport à l’axe Soleil//Terre) est influencé par l’augmentation des concentrations des charges positives et négatives qui se rapprochent de la surface terrestre. À remarquer que cette concentration est affectée par un bombardement moins violent des rayons solaires, puisque la concentrations des charges voyagent dans le même sens que la direction de la lumière en provenance du Soleil. Ce cas produit donc les marées basses des températures et/ou les marées basses des écarts enregistrés.
  • Nous avons également remarqué la possibilité que les concentrations de charges opposées et/ou dissolues pendant les périodes de pleine lune et/ou de lune nouvelle favorisent la formation (des dépressions tropicales, tempêtes tropicales, et/ou ouragans) parce que les énergies calorifiques, ioniques, électriques et magnétiques sont à leur maximum et/ou optimum à ces périodes. Le diaporama ci-joint présente une diapositive décrivant de façon vulgarisée avec un graphique incluant les différentes courbes et les différents éléments intervenant lors de la formation des phénomènes MÉTÉO majeurs en Atlantique, et ce, sans échelle. Ce graphique présente de façon simple les pointes calorifiques représentant la l’effet lunaire en fonction de la position particulière de la lune dans son parcours orbital. Il est évident que la planète TERRE sans réchauffement climatique causé par l’intervention humaine, offre un nombre de phénomènes météorologiques extrêmes minimal en fonction de la température critique connue et fixée à 26 degrés Celcius. Cette condition planétaire étalon offre un minimum de 10 événements et un maximun de 30 événements. Ce constat corrobore avec l’expérience vécue compilée, soit : <<les lettres de l’alphabet>>. Le réchauffement planétaire généré par l’activité humaine, si non gérée, pourrait engendrer un minimum de 10 événements météorologiques jusqu’à 78 événements importants à très importants!….Nos diaporamas accompagnant ce présent rapport présentent une diapositive décrivant de façon vulgarisée, graphiquement, ce phénomène expliqué plus haut.
  • Notre diaporama intitulé : CCUQTR-28-TRANSFERT DE DONNÉES DE DERNIÈRES MINUTES-A décrit de façon détaillée les principaux événements météorologiques du premier semestre de l’année 2005.
  • Notre diaporama intitulé : CCUQTR-30-TRANSFERT DE DONNÉES DE DERNIÈRES MINUTES-BB décrit de façon détaillée les principaux événements météorologiques du second semestre de l’année 2005.
  • Les communautés humaines des différents continents arrivent à la conclusion qu’il manquera d’eau potable pour un pourcentage important de l’humanité!…Hé Bien!…VRAI!.. Si nous faisons rien en terme de GESTION DES RESSOURCES HYDRIQUES. Si nous observons l’augmentation des désastres causés par les moussons et les pluies diluviennes, nous pouvons facilement croire qu’il existera bientôt, sous terre, de GIGANTESQUES réservoirs capteurs et réservoirs de stockage d’eau conçus par nos ingénieurs pour dessécher tous les gosiers de la planète TERRE!…
  • Tant qu’aux désastres causés par les gradients thermiques, LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE doit investir massivement dans l’énergie solaire afin de stocker cette énergie sous forme d’hydrogène liquide et/ou gazeux de manière à abaisser les températures équatoriales de 2 à 5 Celcius pour optimiser l’effet bénéfique des réfrigérateurs naturels que sont les deux pôles terrestres. L’occupation positive des déserts peut donc être salvatrice, si la mobilisation commune des puissances scientifiques et économiques s’y prête. Du moins pour les périodes orbitales de la voie lactée qui nous permettent de le faire!…(S.V.P., référer au diaporama décrivant les jeux orbitaux relatifs de nos planètes et galaxies pour compréhension de cette énoncée!…)

 

 


 

 


 

wpe5.jpg (27927 octets)

 


  • Selon les deux figures de la NOAA, la croissance du réchauffement global correspond parfaitement et logiquement avec les calculs de superficie globale représentant les superficies refroidies versus réchauffées, soit : 13% versus 03%.
  • Le stockage du CO2 sous terre me semble la voie à suivre puisqu’il optimise l’exploitation des gisements pétrolifères, que nous aurons de besoin pour produire l’ensemble des produits dérivés du pétrole et de la pétrochimie.
  • Le stockage de CO2 liquide à grande profondeur pour confiner sous pression ce liquide plus dense que l’eau des océans, m’apparaît offrir des risques potentiels majeurs sur la faune et la flore océaniques!…Nous pouvons imaginer qu’il se formera des dômes de glace, qui à plus ou moins long terme laisseront échapper du CO2 gazeux affectant probablement l’équilibre chimique des océans.
  • Une modification à la structure de la climat-sphère (S.V.P., référer au diaporama intitulé : <<CCUQTR-17-DESIGN DÉFINITF>>). Cette dernière consiste à utiliser des cylindres radiaux ou diamétraux afin de multiplier les bobines ou hélicoïdes permettant de simuler les champs électriques et magnétiques ainsi que leurs variations à angles multiples, permettant ainsi d’améliorer et/ou d’optimiser les simulations du comportement de l’atmosphère de notre planète en faisant varier les différents paramètres qu’offrent les composantes de notre simulateur!…Cette structure plus légère, facilite l’accès, la construction, l’opération et l’entretien des composantes.
  • Dans ce même diaporama, <<CCUQTR-17-DESIGN DÉFINITIF>>, les connaisseurs techniques reconnaîtront dans les diapos supplémentaires les explications partielles ou incomplètes de l’effet des jeux de lumières solaires et des systèmes de réfrigération simulant l’angle de rotation de la terre sous les angles de 23 à 27 degrés, bien que l’axe de rotation lui-même soit parfaitement vertical et sans recours aux changements d’orientation!…Le tout étant le jeu des composantes solaires et de refroidissement sidéral, d’une part, et des composantes de reproduction des champs électriques et magnétiques, d’autres parts.
  • Vous pouvez également imaginer les effets des champs magnétiques et électriques pouvant être simulés!…
  • Les variations du degré de l’humidité et des évaporations s’exécutant par l’intermédiaire des réservoirs à surface équivalente et des buses dispersées adéquatement.
  • Le tout simulé dans une sphère créant une atmosphère relative pressurisée selon les besoins tel qu’établie aux tableaux des diaporamas déjà transmis, générant ainsi les changements locaux de pression (HAUTE et BASSE PRESSION).
  • L’influence lunaire se fera sentir à l’aide de parois gonflables pouvant être énergisées positivement ou négativement, et ce, selon les concepts qui ressemblent aux ballons de protection (sécurité) installés dans les autos. Ces parois gonflables étant intégrées à l’arrière des jeux de lumières et de refroidissement sidéral selon le cycle lunaire connu, décéléré et/ou accéléré. Pour une meilleure compréhension, veuillez vous référer au diaporama CCUQTR-17-DESIGN DÉFINTIF!
  • Pour vous faciliter la tâche, voici la liste des diaporamas selon une classification retouchée :
  1. CCUQTR-R1-RÉFÉRENCES
  2. CCUQTR-R2-RÉFLEXIONS
  3. CCUQTR-01-SLOGAN-SYNERGIE
  4. CCUQTR-02-PRÉSENTATION AU COMITÉ DES COLLABORATEURS
  5. CCUQTR-03-CENTRE CRCCV-I
  6. CCUQTR-04-CENTRE CRCCV-II
  7. CCUQTR-05-COMPOSANTES
  8. CCUQTR-06-OCÉANOGRAPHIE-VOLCANOLOGIE
  9. CCUQTR-07-UNIVERS
  10. CCUQTR-08-DÉVELOPPEMENT DURABLE
  11. CCUQTR-09-PROSPECTIVE
  12. CCUQTR-10-RISQUES GÉOPOLITIQUES
  13. CCUQTR-11-RECHERCHE POUR PROUVER ET SIMULER LA GRAVITÉ
  14. CCUQTR-12-OFFICIOM-2005-AA
  15. CCUQTR-12-OFFICIOM-2005-CELCIUS-SUITE-AB
  16. CCUQTR-12-OFFICIOM-2005-AB
  17. CCUQTR-13-LES EXTRÊMES
  18. CCUQTR-14-CLIMAT LIBERTÉ
  19. CCUQTR-15-ATTÉNUATIONS
  20. CCUQTR-16-INCERTITUDES-RISQUES
  21. CCUQTR-17A-ÉNERGIE-SYNERGIE
  22. CCUQTR-17-DESIGN DÉFINITIF
  23. CCUQTR-18-EN CONSTRUCTION
  24. CCUQTR-19-EN CONSTRUCTION
  25. CCUQTR-20-EN CONSTRUCTION
  26. CCUQTR-21-EN CONSTRUCTION
  27. CCUQTR-22-EN CONSTRUCTION
  28. CCUQTR-23-EN CONSTRUCTION
  29. CCUQTR-24-AAAA-DIAPORAMAS EN BREF
  30. CCUQTR-25-AABB-RENCONTRE ENTREVUE
  31. CCUQTR-26-EN CONSTRUCTION
  32. CCUQTR-27-EN CONSTRUCTION
  33. CCUQTR-28-TRANSFERT DE DONNÉES-2005-A
  34. CCUQTR-29-TRANSFERT DE DONNÉES-2005-B
  35. CCUQTR-30-TRANSFERT DE DONNÉES-2005-BB
  36. CCUQTR-30-TRANSFERT DE DONNÉES-2005-BBC
  37. CCUQTR-31-TRANSFERT DE DONNÉES-2006-C
  38. CCUQTR-32-TRANSFERT DE DONNÉES-2006-CPS
  39. CCUQTR-33-TRANSFERT DE DONNÉES-2006-CDS

  • La figure de la page 230 montre clairement que les océans à 2 CO2 créent des interrogations, et ce, à juste titre tel que discuté dans ce rapport!
  • Le tableau de la page 231, bien que pouvant être discutable pour les scores alloués, certains pouvant les considérer subjectifs et offrant un biais, il n’en demeure pas moins que ces scores sont logiques, et de plus, le nombre des essais in-situ, analyses // synthèses, la flexibilité de la variété des essais potentiels et la rapidité des résultats in situ par le truchement de caméras, multiples sondes et détecteurs et/ou échantillonneurs produisant des résultats numérisés in situ ce qui favorisent largement le simulateur du climat du TYPE <<CORIOLIS-VINCI>> , et ce, par rapport au type de simulateur informatisé qui est toutefois fort intéressant. Les scores suivants démontrent la nécessité de développer ces deux outils complémentaires pour fins suivantes;
  1. De prévoir l’imprévisible;
  2. De parfaire un outils informatisé complet le plus rapidement possible pour fins d’enseignement à la communauté internationale.
  • En résumé la somme des scores et le rapport direct par rapport au score maximal de chaque type de simulateur présente les résultats suivants :
  • Scores du simulateur informatisé : 236 // 600 = 0,393
  • Score du simulateur <<CORIOLIS-VINCI>> : 550 // 600 = 0,917
  • RAPPORT de Faveur : 0,917 // 0,393 = 2,331
  • INDEX des INCERTITUDES  du simulateur informatisé : 0,607
  • INDEX des INCERTITUDES  du simulateur <<CORILIS-VINCI>> : 0,083
  • RAPPORT de FAVEUR des INDEX des INCERTITUDES : 7,280

VIII-B** Le huitième rapport version –B (ADDENDUM) <<Mise à jour pour les deux co-présidents>> leur fait part de notre degré de confiance au sujet de nos observations, de nos analyses, de nos synthèses, des conclusions justifiées et de nos recommandations (Distribution à Messieurs Champagne, Genest, Tremblay, Martel, et Dame Lapierre-Adamcyk et Ordre des Ingénieurs du Québec).

RAPPEL!… Les données transmises dans le document électronique intitulé :

<< CCUQTR-33-TRANSFERTS DE DONNÉES DE DERNIÈRES MINUTES –CDS-2006 >>

s’ajoutent aux données précédentes donnant un bilan global qui se résume ainsi :

  • Les observations non documentées de février 1997 à janvier 1999 cumulent 23 mois d’observations non scientifiques mais d’un scientifique intéressé et conscientisé qui s’interroge sérieusement;
  • Les observations non documentées de janvier 1999 à janvier 2001 cumulent 24 mois supplémentaires d’observations et de réflexions permettant d’élaborer un programme de recherche scientifique et un outils inusité et exceptionnel à en devenir. Période du dépôt du projet au Ministère de l’industrie, du commerce, des sciences et de la technologie en mars 2000;
  • Les observations documentées et l’élaboration des concepts avancés appuyés de rencontres et de production de rapports d’étapes, représentant 48 mois d’observations dont 46 sont documentées et compilées;
  • En résumé, des observations et un travail de moine de plus de 149 mois représentant 12,41 ans, dont la période d’octobre 1999 à ce jour fut en continue, soit : 102 mois de travail représentant 9,5 années et/ou plus de 11,000 heures de recherches intenses et fructueuses;
  • Ma participation bénévole à d’autres activités familiales, communautaires et/ou sociales se chiffrent aux environs de 5,000 heures représentant un taux annuel de 1,700 heures de travail, pour un cumul global de 16,000 heures;
  • Les données et résultats colligés et documentés sur une période de 46 mois sur 46 mois nous font la preuve et confirment sérieusement les avancées de l’IPCC, la NOAA, la NASA et celles du CONSORTIUM OURANOS. De plus les théories avancées définissant les marées calorifiques et autres publiées par CORIOLIS-VINCI sont également crédibles avec un score presque parfait de 46 mois sur 46 mois, soit 100%.
  • Les températures maximales observées et enregistrées démontrent des écarts positifs de plus de 3 à 4 degrés Celcius par rapport à la moyenne de la période étalon 1940//1970, et ce avec un degré de confiance de plus de 92%, dix mois sur douze annuellement. Les écarts négatifs étant moins significatifs, soit 8% des écarts cumulatifs, nous confirment également ces résultats avec le même degré de confiance de l’ordre de 92%, dix mois sur dix des douze mois annuels, soit de février à novembre inclusivement.
  • Les températures maximales observées et enregistrées démontrent des écarts positifs de plus de 3 à 4 degrés Celcius par rapport à la moyenne de la période étalon 1940//1970, et ce avec un degré de confiance de près de plus de 83%, douze mois sur douze annuellement. Les écarts négatifs étant moins significatifs, soit 17% des écarts cumulatifs, nous confirment également un degré de confiance de l’ordre de 83%, douze mois sur douze annuellement.
  • Les écarts selon les mois de l’année varient de 0 Celcius à 15 Celcius, selon l’orbite lunaire présentant quatre périodes identifiées à partir de la position orbitale lunaire comme suit :
  • LUNE nouvelle favorisant la modification des concentrations de charges positives et négatives au sein du tore de la ceinture de VAN ALLEN générant une concentration plus grande de la pénétration lumineuse au niveau de la surface terrestre surchauffant ainsi les gaz à effet de serre offrant une plus grande concentration dans les premiers mètres de notre milieu humain actif. La dissolution des charges d’une part et la concentration des charges du côté opposée favorise le phénomène des hautes marées calorifiques;
  • LUNE croissante qui continue de déformer les concentrations des charges positives et négatives jusqu’au bris de l’influence totale, mais influençant de façon moindre le côté droit (côté défini par rapport à l’axe Soleil//Terre) ou encore diminuant la concentration des charges positives et négatives par une plus grande dispersion. Cette dispersion voyage également dans le sens du faisceau lumineux en provenance du soleil. Par contre le côté opposé ou côté gauche (côté défini par rapport à l’axe Soleil//Terre) est influencé par l’augmentation des concentrations des charges positives et négatives qui se rapprochent de la surface terrestre. À remarquer que cette concentration est affectée par un bombardement violent des rayons solaires, puisque la concentrations des charges voyagent en sens inverse de la direction de la lumière en provenance du Soleil. Ce cas produit donc une marée basse des températures et des écarts enregistrés.
  • LUNE pleine favorisant la modification des concentrations de charges positives et négatives au sein du tore de la ceinture de VAN ALLEN (concentration maximale et bombardement maximale, étant donné que le côté des grandes concentrations se situent dans le sens direct du bombardement de la lumière en provenance du soleil), et ce, en générant une concentration plus grande de la pénétration lumineuse au niveau de la surface terrestre surchauffant ainsi les gaz à effet de serre offrant une plus grande concentration dans les premiers mètres de notre milieu humain actif. Le coté de la terre en harmonie avec la lune offre une dispersion des charges avec un bombardement moindre puisque cette concentration voyage dans le même sens que les rayons solaires, et ce jusqu’à la pleine lune, le bombardement étant à son minimum en ce point. Puis subitement la pleine lune commence à favoriser les concentrations dispersées à un plus grand bombardement ionique puisque ces concentrations dispersées des charges se déplacent à contre sens du rayonnement solaire. Ce phénomène produit donc les marées hautes calorifiques.
  • LUNE décroissante qui continue de déformer les concentrations des charges positives et négatives jusqu’au bris de l’influence totale, mais influençant de façon moindre le côté gauche (côté défini par rapport à l’axe Soleil//Terre) ou encore diminuant la concentration des charges positives et négatives par une plus grande dispersion. Cette dispersion voyage également dans le sens inverse du faisceau lumineux en provenance du soleil. Par contre le côté opposé ou côté droit (côté défini par rapport à l’axe Soleil//Terre) est influencé par l’augmentation des concentrations des charges positives et négatives qui se rapprochent de la surface terrestre. À remarquer que cette concentration est affectée par un bombardement moins violent des rayons solaires, puisque la concentrations des charges voyagent dans le même sens que la direction de la lumière en provenance du Soleil. Ce cas produit donc les marées basses des températures et/ou les marées basses des écarts enregistrés.
  • Nous avons également remarqué la possibilité que les concentrations de charges opposées et/ou dissolues pendant les périodes de pleine lune et/ou de lune nouvelle favorisent la formation (des dépressions tropicales, tempêtes tropicales, et/ou ouragans) parce que les énergies calorifiques, ioniques, électriques et magnétiques sont à leur maximum et/ou optimum à ces périodes. Le diaporama ci-joint présente une diapositive décrivant de façon vulgarisée avec un graphique incluant les différentes courbes et les différents éléments intervenant lors de la formation des phénomènes MÉTÉO majeurs en Atlantique, et ce, sans échelle. Ce graphique présente de façon simple les pointes calorifiques représentant la l’effet lunaire en fonction de la position particulière de la lune dans son parcours orbital. Il est évident que la planète TERRE sans réchauffement climatique causé par l’intervention humaine, offre un nombre de phénomènes météorologiques extrêmes minimal en fonction de la température critique connue et fixée à 26 degrés Celcius par les chercheurs de la NOAA et de la NASA. Cette condition planétaire étalon offre un minimum de 10 événements et un maximun de 30 événements. Ce constat corrobore avec l’expérience vécue compilée, soit approximativement: <<les lettres de l’alphabet>>. Le réchauffement planétaire généré par l’activité humaine, si non gérée, pourrait engendrer un minimum de 10 événements météorologiques jusqu’à 78 événements importants à très importants!….Nos diaporamas accompagnant ce présent rapport présentent une diapositive décrivant de façon vulgarisée, graphiquement, ce phénomène expliqué plus haut. Ces phénomènes variant géographiquement en fonction de la position lunaire et des jours sidéraux.
  • Le tableau ci-bas présente le degré de fiabilité des cinq années considérées. Nous constatons que l’anomalie annuelle de la moyenne générale se chiffre entre 2,5 à 4,41 Celcius, et ce, selon un degré de fiabilité de 94+% des mois cumulés présentant des anomalies positives et de 96+% des Celcius cumulés. Pour fin de compréhension, nous avons présenté plus bas une série d’histogrammes (page 35 à page 45) qui permetent de clarifier la description faite dans ce paragraphe.

 

 

 

 

 

ANNÉES

 

MOYENNE

ANNUELLE

RÉGIONALE

(ÉCARTS)

(ANOMALIES)

 

ÉCARTS

ANOMALIES

MOIS

CONFIANCE

%

 

ÉCARTS

ANOMALIES

CELCIUS

CONFIANCE

%

BRAS

DE

LEVIER

=

(ÉCART RÉGIONAL

//

ÉCART GLOBAL)

2002

2,50 C

100%

100%

4,17

2003

3,09 C

83%

90%

5,15

2004

3,63 C

91%

92%

6,05

2005

3,79 C

100%

100%

6,31

2006

4,41 C

100%

100%

7,35

MOYENNE 

5 ANS :

3,48 C

94+%

96+%

5,81

 

Les explications ci-haut peuvent s’appliquer également en ce qui concerne les résultats et le degré de fiabilité des jours cumulés et des Celcius journaliers cumulés des mois de l’année considérée soit : <<2006>> dans le tableau ci-bas. Il en est de même pour les résultats des autres années considérées soit : (2002-2003-2004-2005-2006).


 

 

RÉFLEXION DU SÉNATEUR ET EX-GÉNÉRAL DE NOS FORCES ARMÉES CANADIENNES, LORS DE SON PASSAGE À TOUT LE MONDE EN PARLE DIFFUSÉ À RADIO-Canada, LE DIMANCHE SOIR DE 20H00 À 22H00!…

PAROLES DU SÉNATEUR ET EX-GÉNÉRAL DALLAIRE QUI S’EXPRIMAIT À PEU DE CHOSES PRÈS, SUR L’IMPUTABILITÉ DU DÉROULEMENT DES ACTIVITÉS DANS UN MINISTÈRE ET/OU UN BATAILLON!…

SIGNIFIANT CE QUI SUIT POUR RÉGIS LAPIERRE:

<<UN MINISTRE TOUT COMME UN GÉNÉRAL QUI NE SAIT PAS CE QUI SE PASSE DANS SON CENTRE OU SPHÈRE D’ACTIVITÉ (MINISTÈRE OU BATAILLON) EST DÉFINITIVEMENT RESPONSABLE DES BÉVUES QUI ONT COURS ET/OU QUI EN DÉCOULENT!…>>

 

SI MA PERCEPTION ET COMPRÉHENSION SONT EXACTES ET QUE MON INTERPRÉTATION EST EXACTE ÉGALEMENT, LES RESPONSABLES POLITIQUES DEPUIS 1992, SONT DONC IMPUTABLES DE L’INDIFFÉRENCE DES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX ET DE LA PROBLÉMATIQUE DU RÉCHAUFFEMENT DE LA PLANÈTE!…

J’AJOUTERAIS ÉGALEMENT CECI :

<<DEPUIS 1992, TOUT CITOYEN DE CETTE PLANÈTE D’ÂGE ADULTE ET RESPONSABLE DOIT FAIRE LES EFFORTS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS POUR AMOINDRIR LES CONSÉQUENCES ET AMOINDRIR SA RESPONSABILITÉ FACE À UN PROBLÈME DE COMPORTEMENT INDIVIDUEL ET SOCIAL QUI SERA INSURMONTABLE SI PERSONNES NE BOUGENT!….>>

ALORS, EN PARLER ÉLÉGAMMEMENT À LA TÉLÉVISION EST UNE BIEN BELLE CHOSE, MAIS PRENDRE LES ACTIONS NÉCESSAIRES SONT UNE TOUTE AUTRE AFFAIRE!…

LES STATISTIQUES DE LÉGER-LÉGER DÉMONTRENT QUE LES QUÉBÉCOIS SONT CONSCIENTS DE CETTE PROBLÉMATIQUE À PLUS DE 80%, MAIS PLUS DE 60% NE VEULENT PAS FOURNIR LES EFFORTS POUR Y ARRIVER!….

C’EST DONC UN PROBLÈME DE SOCIÉTÉ!…

UNE GRANDE RESPONSABILITÉ SOCIALE ET MORALE!…

ET NON SEULEMENT UNE RESPONSABILITÉ IMPUTABLE QU’AUX POLITICIENS ET/OU AUX GÉNÉRAUX DES BATAILLONS!…

CE SERONT TOUT DE MÊME EUX QUI PRENDRONT LES DÉCISIONS QUI LAISSERONT DES TRACES AMÈRES, MAIS NÉCESSAIRES!….



 

 

 

MOIS

ANNÉE

2006

 

ANOMALIE

MOYENNE

MENSUELLE

RÉGIONALE

CELCIUS

 

 

 

ANOMALIES

JOURS

CONFIANCE

%

 

 

ANOMALIES

CELCIUS

CONFIANCES

%

 

BRAS

DE

LEVIER

NOMBRE

PUR

JANVIER

4,97

94%

95%

8,28

FÉVRIER

4,07

59%

67%

6,78

MARS

4,35

90%

95%

7,25

AVRIL

5,93

90%

98%

9,88

MAI

5,61

93%

98%

9,35

JUIN

4,50

87%

95%

7,50

JUILLET

5,50

97%

99%

9,17

AOÛT

3,00

87%

91%

5,00

SEPTEMBRE

3,90

93%

97%

6,50

OCTOBRE

4,05

94%

99%

6,75

NOVEMBRE

5,58

93%

97%

9,30

DÉCEMBRE

5,68

87%

96%

9,47

ANNÉE (10/12)

4,65

91%

96%

7,75

ANNÉE (12/12)

4,76

89%

93%

7,93



Bien que les données de nuit non pas été compilées de façon documentée tout comme l’ont été les données de jours, nous avons constaté que les données de nuit vérifiées de façon sporadique présentaient des anomalies de ( 0 ) à ( 1,6 ) fois la valeur des anomalies enregistrées de jours et plus particulièrement sous un couvert nuageux favorisant l’effet de serre directement engendré par les activités humaines. En effet l’autoroute calorifique étant encombrée d’un bouchon dense (type d’isolant efficace réduisant le coefficient d’évacuation calorifique produit effectivement le cumul des énergies calorifiques entre ce plafond et la terre ferme.

Nous pouvons facilement penser que les anomalies de nuit sont de l’ordre de 3,5 Celcius à 5,6 Celcius, favorisant le secteur agricole en autant que l’évaporation et les précipitations ne deviennent pas un cauchemar à gérer.

L’ENSEMBLE des histogrammes ci-bas indique que les anomalies positives journalières cumulées EN JOURS, et ce, MENSUELLEMENT représentent 87% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2006.

L’ENSEMBLE des histogrammes ci-bas indique également que les anomalies positives JOURNALIÈRES cumulées en Celcius, et ce, MENSUELLEMENT représentent 98% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2006.


 

L’année 2006 offre des écarts positifs mensuels avec un degré de certitude de +95%

 


En guise de complémentarité, voici les histogrammes des écarts journaliers cumulés par jours correspondant au douze mois de l’année 2006!…

Nous y trouvons un aperçu éclairant des mêmes écarts présentés de façon différente!..


 

L’année 2006 offre des écarts positifs mensuels avec un degré de certitude de +95%



L’histogramme ci-bas indique que les anomalies positives mensuelles cumulées en MOIS représentent 100% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2002.

L’histogramme ci-bas indique également que les anomalies positives mensuelles cumulées en Celcius représentent 100% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2002.

L’année 2002 offre des écarts positifs mensuels avec un degré de certitude de 100%



L’histogramme ci-bas indique que les anomalies positives mensuelles cumulées en MOIS représentent 83% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2003.

L’histogramme ci-bas indique également que les anomalies positives mensuelles cumulées en Celcius représentent 90% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2003.


 

L’année 2003 offre des écarts positifs mensuels avec un degré de certitude combiné de 85%

 


L’histogramme ci-bas indique que les anomalies positives mensuelles cumulées en MOIS représentent 92% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2004.

L’histogramme ci-bas indique également que les anomalies positives mensuelles cumulées en Celcius représentent 94% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2004.


 

L’année 2004 offre des écarts positifs mensuels avec un degré de certitude combiné de 93%

 


L’histogramme ci-bas indique que les anomalies positives mensuelles cumulées en MOIS représentent 100% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2005.

L’histogramme ci-bas indique également que les anomalies positives mensuelles cumulées en Celcius représentent 100% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2005.


 

L’année 2005 offre des écarts positifs mensuels avec un degré de certitude combiné de 100%

 


L’histogramme ci-bas indique que les anomalies positives mensuelles cumulées en MOIS représentent 100% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2006.

L’histogramme ci-bas indique également que les anomalies positives mensuelles cumulées en Celcius représentent 100% des cas de l’année considérée soit : ANNÉE 2006.


 

L’année 2006 offre des écarts positifs mensuels avec un degré de certitude combiné

De :

100%

 


 

Les années ci-haut présentées offrent des écarts positifs annuels avec un degré de certitude combiné de 85 à 100%

 



Les années ci-haut présentées offrent des écarts positifs annuels moyens de 3,5 degrés Celcius avec un degré de certitude combiné de 85 à 100%

 



L’année 2006 ci-haut présentée offre des écarts positifs annuels moyens APPROXIMATIFS de 4,5 degrés Celcius avec un degré de certitude combiné de PLUS DE 85 en terme d’écarts positifs en jours et DE PLUS DE 94% en terme d’écarts positifs en degrés Celcius!…

 



BIEN QU’IL SOIT DU HAZARD, LE PREMIER NOËL BLANC À QUÉBEC SONNE LES CLOCHES POUR L’OFFICIALISATION DES CONSTATS DE L’IPCC,

DU GROUPE ARTICNET, DE L’ÉQUIPE DU SEDNA, DE L’ÉQUIPE DE L’ADMUNDSEN, DE LA NOAA, DE LA NASA, ET ENFIN DU GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>>DE MOINDRE IMPORTANCE QUE DU GROUPE CANADIEN RECONNU <<OURANOS>>, MAIS TOUT DE MÊME RÉALISTE DANS CETTE ÉTUDE D’ENVERGURE RÉGIONALE AVEC APPERÇU GLOBAL !…

Les années 2002-2003-2004-2005-2006, ci-haut présentées, offrent des écarts positifs annuels moyens APPROXIMATIFS de 3,5 degrés Celcius, ET CE, avec un degré de certitude combiné de PLUS DE 90 à 100%

 



 





 


 


Le graphique présenté ci-haut dénote l’importance de la pression et de la densité de l’air en fonction des altitudes!… Nous remarquons que ces deux composantes grandement inflencées par le réseau de montagnes et/ou dénivellations topographiques se retrouvent aux altitudes inférieures à 11 000 mètres!…

Les phénomènes climatiques se jouent dans cette espace restreint et les activités humaines ne peuvent que modifier et/ou perturber ce climat si bien régi universellement mais également planétairement parlant (NOTRE TERRE ET SON SATELLITE NATUREL).

La courbe verte épouse la forme du vortex si actif en activant quelques paramètres environnementaux et énergétiques!….


 

 


 

wpe9.jpg (19641 octets)

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

MIEUX VAUT

PRÉVENIR!…

QUE

GUÉRIR!…

CAR

LES CATASTROPHES

GÉNÉRERONT

PLUS DE TRAVAIL

DE RECONSTRUCTION

ET

RÉDUIRONT D’AUTANT

L’ÉCONOMIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

FAUTE

DE MAINS D’œuvre QUALIFIÉES

ET

D’ÉQUIPEMENTS SPÉCIALISÉS

QUI POURTANT EST LE TYPE :

D’ÉCONOMIE SALVATRICE!…

&

NÉCESSAIRE!…

 


LE GROUPE <<CORIOLIS-VINCI>>

PREND POUR ACQUIS QUE LES PROFESSIONNELS DE LA NOAA

SONT PARFAITEMENT QUALIFIÉS ET HONNÊTES!…

C’EST POURQUOI LES DONNÉES DE NOTRE RECHERCHE RÉGIONALE CONFIRMENT PARFAITEMENT LES DONNÉES DE LA NOAA!…

C’EST À DIRE QUE LES ÉCARTS CALORIFIQUES EXPRIMÉS EN CELCIUS COLLIGÉS PAR LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>> SONT DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR QUE LES DONNÉES PRÉSENTÉES DANS CETTE CARTE GRAPHIQUE, DOCUMENT DE CETTE AGENCE CRÉDIBLE, GOUVERNEMENTALE, NATIONALE, ET RECONNUE INTERNATIONALEMENT, SOIT : << LA NOAA, AGENCE DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN!…

DE PLUS PLUSIEURS MEMBRES DE L’IPCC SONT DES MEMBRES DE CETTE AGENCE POSSÉDANT PLUS DE 15,000 EMPLOYÉS, UN ENSEMBLE D’OUTILS PERFORMANT TEL QUE : AVIONS DE RECONNAISSANCE, SATELLITES, BOUÉES OCÉANIQUES, RADARS <<DOPLER>> DE SECONDE GÉNÉRATION TRÈS SPÉCIALISÉS, INSTRUMENTATION MÉTÉOROLOGIQUE DE PAR LE MONDE ET ENFIN DE GRAND COLLABORATEUR DE L’AGENCE MONDIALE DE MÉTÉOROLOGIE DE L’ONU!….

NOS DONNÉES SONT DONC CRÉDIBLES!…

 


LE GROUPE <<CORIOLIS-VINCI>>

PREND POUR ACQUIS QUE LES PROFESSIONNELS DE LA NOAA

SONT PARFAITEMENT QUALIFIÉS ET HONNÊTES!…

C’EST POURQUOI LES DONNÉES DE NOTRE RECHERCHE RÉGIONALE CONFIRMENT PARFAITEMENT LES DONNÉES DE LA NOAA!…

C’EST À DIRE QUE LES ÉCARTS CALORIFIQUES EXPRIMÉS EN CELCIUS COLLIGÉS PAR LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>> SONT DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR QUE LES DONNÉES PRÉSENTÉES DANS CETTE CARTE GRAPHIQUE, DOCUMENT DE CETTE AGENCE CRÉDIBLE, GOUVERNEMENTALE, NATIONALE, ET RECONNUE INTERNATIONALEMENT, SOIT : << LA NOAA, AGENCE DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN!…

DE PLUS PLUSIEURS MEMBRES DE L’IPCC SONT DES MEMBRES DE CETTE AGENCE POSSÉDANT PLUS DE 15,000 EMPLOYÉS, UN ENSEMBLE D’OUTILS PERFORMANT TEL QUE : AVIONS DE RECONNAISSANCE, SATELLITES, BOUÉES OCÉANIQUES, RADARS <<DOPLER>> DE SECONDE GÉNÉRATION TRÈS SPÉCIALISÉS, INSTRUMENTATION MÉTÉOROLOGIQUE DE PAR LE MONDE ET ENFIN DE GRAND COLLABORATEUR DE L’AGENCE MONDIALE DE MÉTÉOROLOGIE DE L’ONU!….

NOS DONNÉES SONT DONC CRÉDIBLES!…

 


LE GROUPE <<CORIOLIS-VINCI>>

PREND POUR ACQUIS QUE LES PROFESSIONNELS DE LA NOAA

SONT PARFAITEMENT QUALIFIÉS ET HONNÊTES!…

C’EST POURQUOI LES DONNÉES DE NOTRE RECHERCHE RÉGIONALE CONFIRMENT PARFAITEMENT LES DONNÉES DE LA NOAA!…

C’EST À DIRE QUE LES ÉCARTS CALORIFIQUES EXPRIMÉS EN CELCIUS COLLIGÉS PAR LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>> SONT DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR QUE LES DONNÉES PRÉSENTÉES DANS CETTE CARTE GRAPHIQUE, DOCUMENT DE CETTE AGENCE CRÉDIBLE, GOUVERNEMENTALE, NATIONALE, ET RECONNUE INTERNATIONALEMENT, SOIT : << LA NOAA, AGENCE DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN!…

DE PLUS PLUSIEURS MEMBRES DE L’IPCC SONT DES MEMBRES DE CETTE AGENCE POSSÉDANT PLUS DE 15,000 EMPLOYÉS, UN ENSEMBLE D’OUTILS PERFORMANT TEL QUE : AVIONS DE RECONNAISSANCE, SATELLITES, BOUÉES OCÉANIQUES, RADARS <<DOPLER>> DE SECONDE GÉNÉRATION TRÈS SPÉCIALISÉS, INSTRUMENTATION MÉTÉOROLOGIQUE DE PAR LE MONDE ET ENFIN DE GRAND COLLABORATEUR DE L’AGENCE MONDIALE DE MÉTÉOROLOGIE DE L’ONU!….

NOS DONNÉES SONT DONC CRÉDIBLES!…

 


LE GROUPE <<CORIOLIS-VINCI>>

PREND POUR ACQUIS QUE LES PROFESSIONNELS DE LA NOAA

SONT PARFAITEMENT QUALIFIÉS ET HONNÊTES!…

C’EST POURQUOI LES DONNÉES DE NOTRE RECHERCHE RÉGIONALE CONFIRMENT PARFAITEMENT LES DONNÉES DE LA NOAA!…

C’EST À DIRE QUE LES ÉCARTS CALORIFIQUES EXPRIMÉS EN CELCIUS COLLIGÉS PAR LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>> SONT DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR QUE LES DONNÉES PRÉSENTÉES DANS CETTE CARTE GRAPHIQUE, DOCUMENT DE CETTE AGENCE CRÉDIBLE, GOUVERNEMENTALE, NATIONALE, ET RECONNUE INTERNATIONALEMENT, SOIT : << LA NOAA, AGENCE DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN!…

DE PLUS PLUSIEURS MEMBRES DE L’IPCC SONT DES MEMBRES DE CETTE AGENCE POSSÉDANT PLUS DE 15,000 EMPLOYÉS, UN ENSEMBLE D’OUTILS PERFORMANT TEL QUE : AVIONS DE RECONNAISSANCE, SATELLITES, BOUÉES OCÉANIQUES, RADARS <<DOPLER>> DE SECONDE GÉNÉRATION TRÈS SPÉCIALISÉS, INSTRUMENTATION MÉTÉOROLOGIQUE DE PAR LE MONDE ET ENFIN DE GRAND COLLABORATEUR DE L’AGENCE MONDIALE DE MÉTÉOROLOGIE DE L’ONU!….

NOS DONNÉES SONT DONC CRÉDIBLES!…

 


LE GROUPE <<CORIOLIS-VINCI>>

PREND POUR ACQUIS QUE LES PROFESSIONNELS DE LA NOAA

SONT PARFAITEMENT QUALIFIÉS ET HONNÊTES!…

C’EST POURQUOI LES DONNÉES DE NOTRE RECHERCHE RÉGIONALE CONFIRMENT PARFAITEMENT LES DONNÉES DE LA NOAA!…

C’EST À DIRE QUE LES ÉCARTS CALORIFIQUES EXPRIMÉS EN CELCIUS COLLIGÉS PAR LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>> SONT DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR QUE LES DONNÉES PRÉSENTÉES DANS CETTE CARTE GRAPHIQUE, DOCUMENT DE CETTE AGENCE CRÉDIBLE, GOUVERNEMENTALE, NATIONALE, ET RECONNUE INTERNATIONALEMENT, SOIT : << LA NOAA, AGENCE DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN!…

DE PLUS PLUSIEURS MEMBRES DE L’IPCC SONT DES MEMBRES DE CETTE AGENCE POSSÉDANT PLUS DE 15,000 EMPLOYÉS, UN ENSEMBLE D’OUTILS PERFORMANT TEL QUE : AVIONS DE RECONNAISSANCE, SATELLITES, BOUÉES OCÉANIQUES, RADARS <<DOPLER>> DE SECONDE GÉNÉRATION TRÈS SPÉCIALISÉS, INSTRUMENTATION MÉTÉOROLOGIQUE DE PAR LE MONDE ET ENFIN DE GRAND COLLABORATEUR DE L’AGENCE MONDIALE DE MÉTÉOROLOGIE DE L’ONU!….

NOS DONNÉES SONT DONC CRÉDIBLES!…

 


LE GROUPE <<CORIOLIS-VINCI>>

PREND POUR ACQUIS QUE LES PROFESSIONNELS DE LA NOAA

SONT PARFAITEMENT QUALIFIÉS ET HONNÊTES!…

C’EST POURQUOI LES DONNÉES DE NOTRE RECHERCHE RÉGIONALE CONFIRMENT PARFAITEMENT LES DONNÉES DE LA NOAA!…

C’EST À DIRE QUE LES ÉCARTS CALORIFIQUES EXPRIMÉS EN CELCIUS COLLIGÉS PAR LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>> SONT DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR QUE LES DONNÉES PRÉSENTÉES DANS CETTE CARTE GRAPHIQUE, DOCUMENT DE CETTE AGENCE CRÉDIBLE, GOUVERNEMENTALE, NATIONALE, ET RECONNUE INTERNATIONALEMENT, SOIT : << LA NOAA, AGENCE DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN!…

DE PLUS PLUSIEURS MEMBRES DE L’IPCC SONT DES MEMBRES DE CETTE AGENCE POSSÉDANT PLUS DE 15,000 EMPLOYÉS, UN ENSEMBLE D’OUTILS PERFORMANT TEL QUE : AVIONS DE RECONNAISSANCE, SATELLITES, BOUÉES OCÉANIQUES, RADARS <<DOPLER>> DE SECONDE GÉNÉRATION TRÈS SPÉCIALISÉS, INSTRUMENTATION MÉTÉOROLOGIQUE DE PAR LE MONDE ET ENFIN DE GRAND COLLABORATEUR DE L’AGENCE MONDIALE DE MÉTÉOROLOGIE DE L’ONU!….

NOS DONNÉES SONT DONC CRÉDIBLES!…

 


LE GROUPE <<CORIOLIS-VINCI>>

PREND POUR ACQUIS QUE LES PROFESSIONNELS DE LA NOAA

SONT PARFAITEMENT QUALIFIÉS ET HONNÊTES!…

C’EST POURQUOI LES DONNÉES DE NOTRE RECHERCHE RÉGIONALE CONFIRMENT PARFAITEMENT LES DONNÉES DE LA NOAA!…

C’EST À DIRE QUE LES ÉCARTS CALORIFIQUES EXPRIMÉS EN CELCIUS COLLIGÉS PAR LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>> SONT DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR QUE LES DONNÉES PRÉSENTÉES DANS CETTE CARTE GRAPHIQUE, DOCUMENT DE CETTE AGENCE CRÉDIBLE, GOUVERNEMENTALE, NATIONALE, ET RECONNUE INTERNATIONALEMENT, SOIT : << LA NOAA, AGENCE DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN!…

DE PLUS PLUSIEURS MEMBRES DE L’IPCC SONT DES MEMBRES DE CETTE AGENCE POSSÉDANT PLUS DE 15,000 EMPLOYÉS, UN ENSEMBLE D’OUTILS PERFORMANT TEL QUE : AVIONS DE RECONNAISSANCE, SATELLITES, BOUÉES OCÉANIQUES, RADARS <<DOPLER>> DE SECONDE GÉNÉRATION TRÈS SPÉCIALISÉS, INSTRUMENTATION MÉTÉOROLOGIQUE DE PAR LE MONDE ET ENFIN DE GRAND COLLABORATEUR DE L’AGENCE MONDIALE DE MÉTÉOROLOGIE DE L’ONU!….

NOS DONNÉES SONT DONC CRÉDIBLES!…

 


LE GROUPE <<CORIOLIS-VINCI>>

PREND POUR ACQUIS QUE LES PROFESSIONNELS DE LA NOAA

SONT PARFAITEMENT QUALIFIÉS ET HONNÊTES!…

C’EST POURQUOI LES DONNÉES DE NOTRE RECHERCHE RÉGIONALE CONFIRMENT PARFAITEMENT LES DONNÉES DE LA NOAA!…

C’EST À DIRE QUE LES ÉCARTS CALORIFIQUES EXPRIMÉS EN CELCIUS COLLIGÉS PAR LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>> SONT DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR QUE LES DONNÉES PRÉSENTÉES DANS CETTE CARTE GRAPHIQUE, DOCUMENT DE CETTE AGENCE CRÉDIBLE, GOUVERNEMENTALE, NATIONALE, ET RECONNUE INTERNATIONALEMENT, SOIT : << LA NOAA, AGENCE DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN!…

DE PLUS PLUSIEURS MEMBRES DE L’IPCC SONT DES MEMBRES DE CETTE AGENCE POSSÉDANT PLUS DE 15,000 EMPLOYÉS, UN ENSEMBLE D’OUTILS PERFORMANT TEL QUE : AVIONS DE RECONNAISSANCE, SATELLITES, BOUÉES OCÉANIQUES, RADARS <<DOPLER>> DE SECONDE GÉNÉRATION TRÈS SPÉCIALISÉS, INSTRUMENTATION MÉTÉOROLOGIQUE DE PAR LE MONDE ET ENFIN DE GRAND COLLABORATEUR DE L’AGENCE MONDIALE DE MÉTÉOROLOGIE DE L’ONU!….

NOS DONNÉES SONT DONC CRÉDIBLES!…

 


LE GROUPE <<CORIOLIS-VINCI>>

PREND POUR ACQUIS QUE LES PROFESSIONNELS DE LA NOAA

SONT PARFAITEMENT QUALIFIÉS ET HONNÊTES!…

C’EST POURQUOI LES DONNÉES DE NOTRE RECHERCHE RÉGIONALE CONFIRMENT PARFAITEMENT LES DONNÉES DE LA NOAA!…

C’EST À DIRE QUE LES ÉCARTS CALORIFIQUES EXPRIMÉS EN CELCIUS COLLIGÉS PAR LE GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>> SONT DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR QUE LES DONNÉES PRÉSENTÉES DANS CETTE CARTE GRAPHIQUE, DOCUMENT DE CETTE AGENCE CRÉDIBLE, GOUVERNEMENTALE, NATIONALE, ET RECONNUE INTERNATIONALEMENT, SOIT : << LA NOAA, AGENCE DU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN!…

DE PLUS PLUSIEURS MEMBRES DE L’IPCC SONT DES MEMBRES DE CETTE AGENCE POSSÉDANT PLUS DE 15,000 EMPLOYÉS, UN ENSEMBLE D’OUTILS PERFORMANT TEL QUE : AVIONS DE RECONNAISSANCE, SATELLITES, BOUÉES OCÉANIQUES, RADARS <<DOPLER>> DE SECONDE GÉNÉRATION TRÈS SPÉCIALISÉS, INSTRUMENTATION MÉTÉOROLOGIQUE DE PAR LE MONDE ET ENFIN DE GRAND COLLABORATEUR DE L’AGENCE MONDIALE DE MÉTÉOROLOGIE DE L’ONU!….

NOS DONNÉES SONT DONC CRÉDIBLES!…

 


Les écarts calorifiques de septembre 2006 démontrent que l’orbite lunaire générant des concentrations du flux solaire varie selon les jours sidéraux et que ces concentrations varient avec les jours, mois, années!…

les cyclones ou hurricanes ont donc été plus actifs cette année du côté de l’asie que du côté de l’amérique, puisque que la séquence lunaire orbitale est décalée de façon normale et cyclique!…

 


Les écarts calorifiques de OCTObre 2006 démontrent que l’orbite lunaire générant des concentrations du flux solaire varie selon les jours sidéraux et que ces concentrations varient avec les jours, mois, années!…

les cyclones ou hurricanes ont donc été plus actifs cette année du côté de l’asie que du côté de l’amérique, puisque que la séquence lunaire orbitale est décalée de façon normale et cyclique!…

 


Les écarts calorifiques de NOVembre 2006 démontrent que l’orbite lunaire générant des concentrations du flux solaire varie selon les jours sidéraux et que ces concentrations varient avec les jours, mois, années!…

les cyclones ou hurricanes ont donc été plus actifs cette année du côté de l’asie que du côté de l’amérique, puisque que la séquence lunaire orbitale est décalée de façon normale et cyclique!…

NOTRE VENTILATEUR SANS ENTRÉE ET SANS SORTIE, SUBIT LES CHANGEMENTS DE PRESSION ET DE CONCENTRATIONS DES CHARGES IONIQUES, DES MES ET DE LA DENSITÉ DE L’AIR DU À LA VARIATION DU CHAMP DE VAN-ALLEN ET INFLUENCE PV=NRT ET AUTRES VARIABLES DE FAÇON CONTINUE SELON LES ORBITES DES PLANÈTES AYANT LE PLUS D’INFLUENCE SUR LA CEINTURE DE VAN-ALLEN!…

 


Les écarts calorifiques de DÉCEMbre 2006 démontrent que l’orbite lunaire générant des concentrations du flux solaire varie selon les jours sidéraux et que ces concentrations varient avec les jours, mois, années!…

les cyclones ou hurricanes ont donc été plus actifs cette année du côté de l’asie que du côté de l’amérique, puisque que la séquence lunaire orbitale est décalée de façon normale et cyclique!…

 


Les écarts calorifiques de L’ANNÉE 2006, PRÉSENTÉES NON OFFICIELLEMENT MAIS DE FAÇON RÉALISTE LE 15 DÉCEMBRE 2006 SUR LE SITE WEB DE LA NOAA, démontrent DES ANOMALIES DE L’ORDRE DE GRANDEUR DE CEUX ENREGISTRÉES PAR LA STATION

<<CORIOLIS-VINCI>>

les cyclones ou hurricanes ont donc été plus actifs cette année du côté de l’asie que du côté de l’amérique, puisque que la séquence lunaire orbitale est décalée de façon normale et cyclique!…

 


Les écarts calorifiques de L’ANNÉE 2006, PRÉSENTÉES NON OFFICIELLEMENT MAIS DE FAÇON RÉALISTE LE 15 DÉCEMBRE 2006 SUR LE SITE WEB DE LA NOAA, démontrent DES ANOMALIES DE L’ORDRE DE GRANDEUR DE CEUX ENREGISTRÉES PAR LA STATION

<<CORIOLIS-VINCI>>

les cyclones ou hurricanes ont donc été plus actifs cette année du côté de l’asie que du côté de l’amérique, puisque que la séquence lunaire orbitale est décalée de façon normale et cyclique!…

LE GRAPHIQUE PRÉSENTÉ DANS CET ENCADREMENT MONTRE DE FAÇON ÉVIDENTE LE BRAS DE LEVIER CALORIFIQUE DU AUX FORMES DE MONTAGNES HÉMISPHÉRIQUES, DENSITÉ ET/OU CONCENTRATION DES POPULATIONS HÉMISPHÉRIQUES ET CONCENTRATION DES ACTIVITÉS ÉNERGÉTIQUES!…

 


Les écarts calorifiques de L’OCÉAN ATLANTIQUE AU NIVEAU DES BANCS DE TERRE NEUVE & RÉGION DES MARITIMES OFFRENT PLUS DE 3,5 DEGRÉS CELCIUS, SELON MONSIEUR HEARN.

CETTE VALEUR REJOIND LES CARTES GRAPHIQUES PRODUITES PAR LA NOAA ET SEMBLE PARFAITEMENT LOGIQUE AVEC LES DONNÉES COLLIGÉES DE CORIOLIS-VINCI QUE NOUS POUVONS EXTRAPOLLER SANS AUCUNE HONTE.

ÉGALEMENT L’ÉQUIPE DE CHERCHEURS DE LA SEDNA ONT AVANCÉ DES ÉCARTS ATTEIGNANT LES SIX DEGRÉS CELCIUS ( 6 C ) EN RÉGION ARCTIQUE ET ANTARCTIQUE!….

 


Les écarts calorifiques de L’OCÉAN ATLANTIQUE AU NIVEAU DES BANCS DE TERRE NEUVE & RÉGION DES MARITIMES OFFRENT PLUS DE 3,5 DEGRÉS CELCIUS, SELON MONSIEUR HEARN.

CETTE VALEUR REJOIND LES CARTES GRAPHIQUES PRODUITES PAR LA NOAA ET SEMBLE PARFAITEMENT LOGIQUE AVEC LES DONNÉES COLLIGÉES DE CORIOLIS-VINCI QUE NOUS POUVONS EXTRAPOLLER SANS AUCUNE HONTE.

ÉGALEMENT L’ÉQUIPE DE CHERCHEURS DE LA SEDNA ONT AVANCÉ DES ÉCARTS ATTEIGNANT LES SIX DEGRÉS CELCIUS ( 6 C ) EN RÉGION ARCTIQUE ET ANTARCTIQUE!….

 


Les écarts calorifiques FORCERONT-ILS UN RAPPROCHEMENT ENTRE LES HUMAINS OU SI UNE CHICANE GLOBALE ÉCLATERA À CAUSE DU DÉSIQUILIBRE HUMANITAIRE QUI S’APPARENTE DROLEMENT AU DÉSIQUILIBRE FISCAL DES RÉGIONS DE NOTRE PAYS ET DES RÉGIONS CONTINENTALES!….

 


 

 

Les AUTEURS DU RAPPORT PRÉPARÉ PAR OURANOS

SUR L’HOMOGÉNÉITÉ DES DONNÉES

DES STATIONS CLIMATIQUES

ET//OU

DES STATIONS CLIMATOLOGIQUES.

 


Les RÉSULTATS SONT :

  • LES TENDANCES NÉGATIVES SONT NON SIGNIFICATIVES DONC NULLES OU CROISSANTES;
  • LES TENDANCES NULLES SONT CONSIDÉRÉES NON SIGNIFICATIVES, MAIS LES CARTES GRAPHIQUES INDIQUENT UNE AUGMENTATION DES TEMPÉRATURES;
  • LES TENDANCES POSITIVES SONT SIGNIFICATIVES, DONC OFFICIELLEMENT CROISSANTES;
  • L’EFFET DU RÉCHAUFFEMENT EST PLUS ÉVIDENT AUX SOLTICES POUR LES RAISONS EXPLIQUÉES DANS NOTRE RAPPORT!
  • L’EFFET DU RÉCHAUFFEMENT EST MOINS ÉVIDENT ET/OU MOINS MARQUÉ AUX ÉQUINOXES POUR LES RAISONS EXPLIQUÉES DANS NOTRE RAPPORT!

 


 

 

Les écarts NON SIGNIFICATIFS ET SIGNIFICATIFS ONT ÉTÉ ANALYSÉS POUR DIFFÉRENTS TYPES DE BESOINS OU DIFFÉRENTES COMPILATIONS DANS LA GESTION DES BESOINS DE DIFFÉRENTES CONDITIONS HUMANITAIRES.

 


TABLEAU 15 (SUITE)

Les écarts NON SIGNIFICATIFS ET SIGNIFICATIFS ONT ÉTÉ ANALYSÉS POUR DIFFÉRENTS TYPES DE BESOINS OU DIFFÉRENTES COMPILATIONS DANS LA GESTION DES BESOINS DE DIFFÉRENTES CONDITIONS HUMANITAIRES.

 


 

 

Les TEMPÉRATURES MOYENNES EN DEGRÉS CELCIUS SE CHIFFRENT À :

( 1,0 – 2,0 )

LE BIAIS STATISTIQUE EST DE L’ORDRE DE 2 POUR LA PÉRIODE AVANT 1990 ET PLUS GRAND QUE DEUX APRÈS LA PÉRIODE DE 1990!

2,75 FOIS 1,5 = APP. 4,13 CELCIUS

(RÉALITÉ DE LA STATION <<CORILIS-VINCI>>)

&

CORROBORE AVEC LES CARTES GRAPHIQUES DE LA NOAA!…

 


Les TEMPÉRATURES MINIMALES EN DEGRÉS CELCIUS SE CHIFFRENT À :

( 0,5 – 1,5 )

LE BIAIS STATISTIQUE EST DE L’ORDRE DE 2 POUR LA PÉRIODE AVANT 1990 ET PLUS GRAND QUE DEUX APRÈS LA PÉRIODE DE 1990!

2,75 FOIS 1,5 = APP. 4,13 CELCIUS

(RÉALITÉ DE LA STATION <<CORILIS-VINCI>>)

&

CORROBORE AVEC LES CARTES GRAPHIQUES DE LA NOAA!…

 


Les TEMPÉRATURES MINIMALES EN DEGRÉS CELCIUS SE CHIFFRENT À :

( 1,0 – 2,0 )

LE BIAIS STATISTIQUE EST DE L’ORDRE DE 2 POUR LA PÉRIODE AVANT 1990 ET PLUS GRAND QUE DEUX APRÈS LA PÉRIODE DE 1990!

2,75 FOIS 1,5 = APP. 4,13 CELCIUS

(RÉALITÉ DE LA STATION <<CORILIS-VINCI>>)

&

CORROBORE AVEC LES CARTES GRAPHIQUES DE LA NOAA!…

 


Les TEMPÉRATURES MOYENNES EN DEGRÉS CELCIUS SE CHIFFRENT À :

( 1,0 – 2,0 )

LE BIAIS STATISTIQUE EST DE L’ORDRE DE 2 POUR LA PÉRIODE AVANT 1990 ET PLUS GRAND QUE DEUX APRÈS LA PÉRIODE DE 1990!

2,75 FOIS 1,5 = APP. 4,13 CELCIUS

(RÉALITÉ DE LA STATION <<CORILIS-VINCI>>)

&

CORROBORE AVEC LES CARTES GRAPHIQUES DE LA NOAA!…

 


 

 

 

 

 

(RÉALITÉ DE LA STATION <<CORILIS-VINCI>>)

&

CORROBORE AVEC LES CARTES GRAPHIQUES DE LA NOAA!…

LA MASSE FROIDE PLUS DENSE À TENDANCE À OCCUPER LA RÉGION DU GROENLAND À CAUSE DE LA ROTATION DE LA TERRE ET LES MASSES D’AIR CHAUD DE PAR LEUR DENSITÉ ET VOLUME PLUS GRANDS FAVORISENT L’ÉCOULEMENT CALORIFIQUES VERS LES CÔTES EUROPÉENNES ET LES CÔTES DE LA MER DU NORD JUSQU’EN RUSSIE ET/OU ASIE-ORIENTALE!…

 

 


LES GRANDES LIGNES

CONCLUSION DU RAPPORT <<OURANOS>>

IDENTIFICATION DE 114 STATIONS CLIMATIQUES AU QUÉBEC (1960-2003);

ESTIMATION DES VALEURS MANQUANTES;

ESTIMATION DE L’AMPLITUDE DES SAUTS DÉTECTÉS DANS LES SÉRIES DE MESURES;

HOMOGÉNÉISATION DES DONNÉES ET RÉSULTATS POUR 52 STATIONS;

36% DES 106 SÉRIES DE TEMPÉRATURES TRAITÉES SONT HOMOGÈNES;

TENDANCES SIGNIFICATIVES DE RÉCHAUFFEMENT AUX PÉRIODES DE SOLTICES MAIS PLUS MÉTIGÉES AUX PÉRIODES DES ÉQUINOXES;

LES COMMENTAIRES DE <<CORIOLIS-VINCI>>

AU SUJET DE LA CONCLUSION DE CE RAPPORT <<OURANOS>>

L’ÉTUDE TIENT COMPTE QUE D’UNE SEULE PÉRIODE GLOBALE DE PLUS DE 43 ANS;

ESTIMATION DES VALEURS MANQUANTES EST LOUABLE EN SOIT MAIS DÉNOTE UN MANQUE DE STATIONS CLIMATIQUE DANS NOTRE PROPRE RÉSEAU PROVINCIAL;

HOMOGÉNÉISATION DES DONNÉES ET RÉSULTATS POUR 52 STATIONS LOUABLES MAIS L’ENSEMBLE DE L’ÉTUDE NE TIENT PAS COMPTE DU BIAIS DES PÉRIODES COMME NOUS LE FAISONS POUR ANALYSER LES TENDANCES ÉCONOMIQUES SUR UNE BASE D’INDICE OU INDICÉE;

36% DES 106 SÉRIES DE TEMPÉRATURES TRAITÉES SONT HOMOGÈNES DÉNOTENT UN BESOIN DE NORMALISATION DES PRATIQUES EN CE DOMAINE QUI DEVIENT DRÔLEMENT SÉRIEUX ET IMPORTANT;

LE RÉCHAuFFEMENT NORDIQUE EST DE L’ORDRE DE 5 À 6 DEGRÉS CELCIUS, ET CE FAIT EST CONFIRMÉ PAR LES SCIENTIFIQUES DU SEDNA ET DE L’AMUDSEN;

L’ACTUEL MINISTRE DES PÊCHES ET OCÉANS RECONNAÎT QUE LES EAUX OCÉANIQUES NORDIQUES SE SONT RÉCHAuFFÉES DU MÊME ORDRE DE GRANDEUR, SOIT : 4,2 CELCIUS;

LES CHERCHEURS NORVÉGIENS CONFIRMENT QUE LE MOIS D’OCTOBRE 2006 A OFFERT LES ÉCARTS DE TEMPÉRATURE OCÉANIQUE (MER DU NORD) DE PLUS DE 2,5 CELCIUS;

RÉCHAUFFEMENT PLUS SIGNIFICATIF LA NUIT QUE LE JOUR, EXACT;

PÉRIODE DE GEL RACCOURCI ET PÉRIODE DE DEGRÉS-JOURS EN CROISSANCE, EXACT;

TENDANCES SIGNIFICATIVES DE RÉCHAUFFEMENT AUX PÉRIODES DE SOLTICES MAIS PLUS MÉTIGÉES AUX PÉRIODES DES ÉQUINOXES, EXACT!

CONSTAT EXACT POUR LA RAISON TRÈS SIMPLE DU PASSAGE DE LA PÉRIODE DE GEL À LA PÉRIODE DE NON GEL ;

 


 

LES GRANDES LIGNES DE LA CONCLUSION DE CE RAPPORT

<<OURANOS>>

PÉRIODE (1960-2003) RÉGION MAURICIE 90//10

TENDANCES DU PERCENTILE 90 DES TEMPÉRATURES MAX (HIVER) = 3//4 CELCIUS

TENDANCES DU PERCENTILE 90 DES TEMPÉRATURES MAX (PRINTEMPS) = 0//0 CELCIUS

TENDANCES DU PERCENTILE 90 DES TEMPÉRATURES MAX (ÉTÉ) = 0//0 CELCIUS

TENDANCES DU PERCENTILE 90 DES TEMPÉRATURES MAX (AUTOMNE) = 0//2 CELCIUS

TENDANCES DU PERCENTILE 90 DES TEMPÉRATURES MIN (HIVER) = 6//3,5 CELCIUS

TENDANCES DU PERCENTILE 90 DES TEMPÉRATURES MIN (PRINTEMPS) = 3//0 CELCIUS

TENDANCES DU PERCENTILE 90 DES TEMPÉRATURES MIN (ÉTÉ) = 2//2 CELCIUS

TENDANCES DU PERCENTILE 90 DES TEMPÉRATURES MIN (AUTOMNE) = 4//0 CELCIUS

TENDANCES DE L’ÉCART DIURNE (HIVER) = 0//0 CELCIUS

TENDANCES DE L’ÉCART DIURNE (PRINTEMPS) = 0//0 CELCIUS

TENDANCES DE L’ÉCART DIURNE (ÉTÉ) = 0//0 CELCIUS

TENDANCES DE L’ÉCART DIURNE (AUTOMNE) = 0//0 CELCIUS

TENDANCES DE LA LONGUEUR DE LA SAISON DE GEL SOUTENU = -30 JOURS

TENDANCES DE LA LONGUEUR DE LA SAISON DE GEL NON-SOUTENU = -30 JOURS

TENDANCES DU CUMUL DES DEGRÉS-JOURS +5 CELCIUS = 300 DEGRÉS-JOURS

TENDANCES DU CUMUL DES DEGRÉS-JOURS +22 CELCIUS = 25 DEGRÉS-JOURS

TENDANCES DU CUMUL DES DEGRÉS-JOURS -18 CELCIUS = -500 DEGRÉS-JOURS

TENDANCES DU CUMUL DES DEGRÉS-JOURS -00 CELCIUS = -300 DEGRÉS-JOURS

TENDANCES DU CUMUL DES DEGRÉS-JOURS MOYEN CELCIUS (CV) = 480 À 630 DEGRÉS-JOURS

 


 

 

 

 

 

(RÉALITÉ DE LA STATION <<CORILIS-VINCI>>)

ÉCARTS POSITIFS DE PLUS DE 3,5 CELCIUS

&

CORROBORE AVEC LES CARTES GRAPHIQUES DE LA NOAA!…

LA MASSE FROIDE PLUS DENSE À TENDANCE À OCCUPER LA RÉGION DU GROENLAND À CAUSE DE LA ROTATION DE LA TERRE ET LES MASSES D’AIR CHAUD DE PAR LEUR DENSITÉ ET VOLUME PLUS GRAND FAVORISE L,ÉCOULEMENT CALORIFIQUES VERS LES CÔTES EUROPÉENNE ET MER DU NORD LOMGEANT JUSQU’EN RUSSIE!…

 

 


 

LE DISCOURS DU SECRÉTAIRE DE L’ONU MONSIEUR KOFI ANNAN A CLAIREMENT ÉNONCÉ QUE LES SCIENTIFIQUES S’ENTENDENT DE FAÇON CONCENSUELLE QUE LE RÉCHAUFFEMENT DE LA PLANÈTE EST UN FAIT, CE PHÉNOMÈNE ÉTANT DÉJÀ ENCLENCHÉ, QU’IL FAUT AGIR IMMÉDIATEMENT SANS TERGIVERSATION, QUE LES PAYS RICHES INDUSTRIALISÉS DOIVENT FAIRE PREUVE DE LEADERSHIP POLITIQUE ET QU’IL ESPÈRE QUE LA BONNE FOI DES DIRIGEANTS FERA EN SORTE QUE LE RÉCHAUFFEMENT DE LA PLANÈTE SERA CONTRÔLÉ AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD!…

CAR PLUS ON RETARDE À PRENDRE CE PHÉNOMÈNE AU SÉRIEUX, PLUS LES CONSÉQUENCES SERONT GRAVES!….

<<CORIOLIS-VINCI>> EST EN TOTAL ACCORD AVEC UN TEL ÉNONCÉ!…

NOTRE CÉLÈBRE BIOLOGISTE, MONSIEUR LEMYRE, MEMBRE DES CHERCHEURS DE L’ÉQUIPE DU SEDNA AYANT FAIT UN SÉJOUR DE PLUS DE 430 JOURS EN ANTARCTIQUE, CONFIRME DANS LE JOURNAL LA PRESSE DE VENDREDI LE PREMIER DÉCEMBRE 2006 QUE L’ÉCART DES TEMPÉRATURES EN CES LIEUX EST DE PLUS DE SIX (6) DEGRÉS CELCIUS!…

<<CORIOLIS-VINCI>> VOYAIT DONC JUSTE ET PEUT SE FÉLÉCITER D’AVOIR ÉCLAIRÉ LA COMMUNAUTÉ DES INGÉNIEURS À CE SUJET!…

TANT QU’AUX ACTIONS QUE PRENDRONT CETTE COMMUNAUTÉ DE SCIENTIFIQUE, ÇA DEMEURE UN MYSTÈRE!…

 

(RÉALITÉ DE LA STATION <<CORILIS-VINCI>>)

ÉCARTS POSITIFS DE PLUS DE 3,5 CELCIUS

&

CORROBORE AVEC LES CARTES GRAPHIQUES DE LA NOAA!…

LA MASSE FROIDE PLUS DENSE À TENDANCE À OCCUPER LA RÉGION DU GROENLAND À CAUSE DE LA ROTATION DE LA TERRE ET LES MASSES D’AIR CHAUD DE PAR LEUR DENSITÉ ET VOLUME PLUS GRAND FAVORISE L,ÉCOULEMENT CALORIFIQUES VERS LES CÔTES EUROPÉENNE ET MER DU NORD LOMGEANT JUSQU’EN RUSSIE!…

 

 










 

 

 

LES DONNÉES GRAPHIQUES PRÉSENTÉES CI-HAUT MONTRENT UN ACCROISSEMENT PROJETÉ, PAR LES MODÈLES INFORMATISÉS, D’UNE AUGMENTATIOIN DES TEMPÉRATURES

DE L’ORDRE DE :

<< 1,8 À 2,0 CELCIUS >>

EN 2000

POUR LE NORD EST DE LA PROVINCE DE QUÉBEC

AU PARALLÈLE 56 DEGRÉS!…

 

<<CORIOLIS-VINCI>> ANALYSE ET ENREGISTRE DEPUIS PLUS DE SIX ANS

LES TEMPÉRATURES DE TROIS-RIVIÈRES, REPRÉSENTANT LA RÉGION MAURICIENNE, ET NOUS AVONS CONSTATÉ QU’EN 2000, NOUS ENREGISTRIONS DÉJÀ DES VALEURS DE L’ORDRE :

2,5 CELCIUS, MOYENNE ANNUELLE

ET QUE LA TENDANCE 2000 // 2006

NOUS AMÈNE À DES VALEURS DE L’ORDRE DE PLUS DE:

+4,2 CELCIUS, MOYENNE ANNUELLE (2006)!…

 

EN RÉALITÉ,

CES VALEURS REPRÉSENTENT LES PROJECTIONS PESSIMISTES DES ANNÉES 2050 // 2060 ET PLUS!…

NOUS VOUS RÉFÉRONS DONC AU PROCHAIN TABLEAU PUBLIÉ PAR LE CONSORTIUM OURANOS ET NOUS VOUS INVITONS À LA RÉFLEXION SUIVANTE :

<<LE BIAIS STATISTIQUES DES VALEURS MOYENNES, ÉCARTS-TYPES, VARIANCES SONT TROP IMPORTANT POUR UTILISER CES VALEURS DANS UN CONCEPT DE SIMULATEUR INFORMATISÉ QUI NE PEUT QUE PRODUIRE DES RÉSULTATS PROSPECTIFS BIAISÉS!….VRAIMENT IMPORTANT!…

C’EST POURQUOI <<CORIOLIS-VINCI>> FAVORISE UN SIMULATEUR SE RAPPROCHANT DU MODÈLE RÉEL, SOIT UN MODÈLE RÉDUIT POUVANT REPRODUIRE DES RÉSULTATS PROSPECTIFS QUI S’APPROCHERONT RÉELLEMENT ET FAVORABLEMENT DE LA RÉALITÉ!….

AVIS IMPORTANT :

<<AU RYTME OU LES MOYENNES ANNUELLES PROGRESSENT, NOUS AURONS LES SURPRISES DES DÉCISIONS DU LAISSER-FAIRE

ET

DU LAISSER-ALLER!…

ET

NOUS DEVRONS FAIRE UN ENTRETIEN DÈS PLUS COÛTEUX, SOIT LA PRISE EN MAIN DE NOS ÉCONOMIES ÉBRANLÉES ET FRAGILISÉES AVEC UNE MAIN D’ŒUVRE NON PRÉPARÉE ET NON ÉCLAIRÉE POUVANT METTRE EN PÉRIL CERTAINS ACQUIS OU LA TOTALITÉ DE CES DERNIERS!….>>

À NOTER QUE LE GOUVERNEMENT BLAIR ET SON EXPERT CONSEIL DE LA BANQUE MONDIALE ARRIVENT AUX MÊMES CONCLUSIONS!…

 

 



 

LES DONNÉES PRÉSENTÉES AU TABLEAU CI-HAUT MONTRENT UN ACCROISSEMENT PROJETÉ DE L’AUGMENTATIOIN DES TEMPÉRATURES

DE L’ORDRE DE :

<< 1,8 À 2,0 CELCIUS >>

EN 2000

POUR LE NORD EST DE LA PROVINCE DE QUÉBEC

AU PARALLÈLE 56 DEGRÉS!…

<<CORIOLIS-VINCI>> ANALYSE ET ENREGISTRE DEPUIS PLUS DE SIX ANS

LES TEMPÉRATURES DE TROIS-RIVIÈRES ET NOUS AVONS CONSTATEÉ QU’EN EN 2000, NOUS ENREGISTRIONS DÉJÀ DES VALEURS DE L’ORDRE :

2,5 CELCIUS, MOYENNE ANNUELLE

ET LA TENDANCE 2000 // 2006

NOUS AMÈNE À DES VALEURS DE L’ORDRE DE PLUS DE:

4,5 CELCIUS, MOYENNE ANNUELLE!…

CES VALEURS REPRÉSENTENT LES PROJECTIONS PESSIMISTES DES ANNÉES 2050 // 2060 ET PLUS!…

 

 


 

LES DONNÉES PRÉSENTÉES AU GRAPHIQUE CI-HAUT MONTRENT UN ACCROISSEMENT DE L’AUGMENTATIOIN DES TEMPÊTES

DE L’ORDRE DE :

<< 80 TEMPÊTES >>

EN 1990.

<<CORIOLIS-VINCI>> ANALYSE ET ENREGISTRE DEPUIS PLUS DE SIX ANS

LES TEMPÉRATURES DE TROIS-RIVIÈRES ET NOUS AVONS CONSTATEÉ QU’EN 2000, NOUS ENREGISTRIONS DÉJÀ DES VALEURS DE L’ORDRE :

2,5 CELCIUS, MOYENNE ANNUELLE

ET LA TENDANCE 2000 // 2006

NOUS AMÈNE À DES VALEURS DE L’ORDRE DE PLUS DE:

4,5 CELCIUS, MOYENNE ANNUELLE!…

CES VALEURS REPRÉSENTENT LES PROJECTIONS PESSIMISTES DES ANNÉES 2050 // 2060 ET PLUS!…

NOUS POUVONS FACILEMENT CROIRE QUE L’ÉNERGIE CALORIFIQUE PARTIE IMPORTANTE DES CAUSES GÉNÉRANT DES TEMPÊTES FAVORISERA LE DÉVELOPPEMENT DE PLUS D’ÉVÈNEMENTS MÉTÉOROLOGIQUES VIOLENTS ET ÉGALEMENT FAVORISERA UNE PLUS GRANDE FRÉQUENCE DE CES ÉVÈNEMENTS DÉVASTATEURS.

 

 


 

IMAGINONS MAINTENANT L’INTÉGRATION DES PHÉNOMÈNES EXPLIQUÉS DANS LES RAPPORTS DE RECHERCHE

<<CORIOLIS-VINCI >>!…

NOUS SERIONS ASSURÉMENT

ENCORE PLUS PRÈS DE LA RÉALITÉ!…

 

 


 

LES MODÈLES RÉGIONAUX DOIVENT POUVOIR S’INTÉGRER AU MODÈLE GLOBAL DÉCRIT DANS LES RAPPORTS DE RECHERCHE

<<CORIOLIS-VINCI>>

CAR NOUS NE POUVONS PAS LES DISSOCIER!…

 

 


LES MODÈLES RÉGIONAUX DOIVENT POUVOIR S’INTÉGRER AU MODÈLE GLOBAL DÉCRIT DANS LES RAPPORTS DE RECHERCHE

<<CORIOLIS-VINCI>>

CAR NOUS NE POUVONS PAS LES DISSOCIER!…

 


 

Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur négative de 0,175 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1881 à 1893

 

 


 

 

 

Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur négative de 0,400 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1894 à 1906

 

 


 

Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur positive de 0,200 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1907 à 1919

 

 


 

Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur posititive de 0,150 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1920 à 1932

 

 


 

Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur posititive de 0,325 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1933 à 1945

 

 


 

Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur positive de 0,025 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1946 à 1958

 

 


Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur négative de 0,500 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1959 à 1971

 


Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur positive de 0,200 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1972 à 1984

 


Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur positive de 0,225 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1985 à 1997

 


 

Les écarts calorifiques de la noaa indexés d’un facteur 10, représente une valeur positive de 0,200 celcius couvrant la période de treize ans de cycles orbitales lunaire!…

SOIT les années 1998 à 2011

les années 2007 et suivantes présentant une pente extrapollée nulle et non représentative!…

 

 


 

Les écarts calorifiques de la noaa, DE L’IPCC (GIEC) DE L’ONU SONT EN PARFAIT ACCORD AVEC LES DONNÉES ANALYSÉES PAR <<CORIOLIS-VINCI>>!…

ET MÊME SOUS ESTIMÉES, PROBABLEMENT UNE VOLONTÉ SCIENTIFIQUE DE PRUDENCE AFIN D’AVOIR PLUS DE DONNÉES CONFIRMANT LA TENDANCE!…

nOS BRAS DE LEVIER RÉGIONAUX SONT ÉGALEMENT RÉALISTES ET PERTINENTS!… nOS CONTREVÉRIFICATIONS DES EFFETS DU SATELLITE NATUREL DE LA TERRE SONT ÉGALEMENT CONFIRMÉES PAR UNE ACTION SUR LA CEINTURE DE VAN-ALLEN ET LA PRODUCTION ÉNERGÉTIQUE HUMAINE CRÉE DÉFINITIVEMENT LE RÉCHAUFFEMENT DE LA PLANÈTE QUI S’ACCENTUERA DE FAÇON RAPIDE AU COURS DES CINQ PROCHAINES DÉCENNIES!…s.v.p. VÉRIFIER NOS DOCUMENTS DÉJÀ PUBLIÉS!….

 

 



 

Les écarts calorifiques de la noaa, DE L’IPCC (GIEC) DE L’ONU SONT EN PARFAIT ACCORD AVEC LES DONNÉES ANALYSÉES PAR <<CORIOLIS-VINCI>>!…

NOS BRAS DE LEVIER RÉGIONAUX SONT ÉGALEMENT RÉALISTES ET PERTINENTS!… nOS CONTREVÉRIFICATIONS DES EFFETS DU SATELLITE NATUREL DE LA TERRE SONT ÉGALEMENT CONFIRMÉES PAR UNE ACTION SUR LA CEINTURE DE VAN-ALLEN ET LA PRODUCTION ÉNERGÉTIQUE HUMAINE CRÉE DÉFINITIVEMENT LE RÉCHAUFFEMENT DE LA PLANÈTE QUI S’ACCENTUERA DE FAÇON RAPIDE AU COURS DES CINQ PROCHAINES DÉCENNIES!…s.v.p. VÉRIFIER NOS DOCUMENTS DÉJÀ PUBLIÉS!….

 

 


 

BRAVO!.. Monsieur Van Allen!… Vos recherches ont porté de bons et grands fruits, ces derniers nourriront le savoir des ingénieurs-constructeurs pour parfaire le Centre de Recherche en Climatologie <<Coriolis-Vinci>> de Trois-Rivières et des autres Centres régionaux de notre planète terre devenue si petite en terme de relativité!

Voyons l’effet des planètes immédiates les plus influentes entre la TERRE et l’astre SOLAIRE!

Les orbites des planètes suivantes, Mercure et Vénus, peuvent avoir un impact certain mais dilué ou moins évident que notre satellite naturel la <<LUNE>> sur la ceinture de <<Van-Allen>>. Ces deux planètes présentent des caractéristiques physiques tel que densité qui s’approche de celle de notre planète. Donc une influence probable!… Nous pouvons donc émettre les hypothèses suivantes :

  • La planète Mercure influencerait solitairement la ceinture <<Van-Allen>> en la déformant partiellement, et ce, à 52% du temps orbital sidéral de notre planète TERRE, sur QUATRE périodes de 13 ans, mais la distance éloignée de notre planète rend son influence moins apparente;
  • La planète Vénus influencerait la ceinture de <<Van-Allen>> plus fortement que la planète Mercure étant donnée sa proximité avec la planète TERRE. Cette influence solitaire influencerait la déformation à une fréquence approximative de 10% du temps orbital sidéral de la planète TERRE, sur QUATRE périodes de 13 ans;
  • L’alignement orbital jumelé (Mercure et Vénus) influencerait la déformation de la ceinture de <<Van-Allen>> plus fortement, et ce, à 27% du temps orbital sidéral sur QUATRE périodes de 13 ans;
  • Le non-alignement orbital des planètes (Mercure et Vénus) n’influencerait pas, et/ou si peu en apparence, la déformation de la ceinture de <<Van-Allen>>, et ce, à 11% du temps orbital sidéral sur QUATRE périodes de 13 ans.

Nous vous référons au tableau de la page suivante pour une compréhension visuelle de l’inflence des orbites planétaires considérés comme étant fort probable!…

Ces déformations bien que minimes à comparer à la déformation due à notre satellite naturel <<LUNE>>, influencent les marées calorifiques et amplifient le phénomène de déphasage de ces marées. L’analyse statistique devient donc plus complexe et crée des biais d’interprétation importants.

Notre simulateur fonctionnerait et fonctionnera définitivement et offre, avec les derniers concepts de réalisation (construction), toutes les caractéristiques flexibles et adaptables au sein d’un milieu homogène tel que notre environnement physique le permet. Les dernières modifications au design et/ou conception de base sont donc importantes et fort pertinentes. Ce simulateur peut donc analyser en deux étapes simples sur le plan opérationnel, le comportement du climat de l’hémisphère Nord et de l’hémisphère Sud, et ce, en inversant les composantes de la sphère simulant un pivotement de 180 degrés autour de l’axe horizontal!…

 


influences des orbites planétaires sur la ceinture de van-allen

 


 

Les années ci-haut présentées offrent des écarts positifs annuels moyens de 3,5 degrés Celcius avec un degré de certitude combiné de PLUS DE : 85 à 100%!

Les variations dans les courbes ci-jointes trouvent toutes leurs explications par les actions imperceptibles des planètes MERCURE – VÉNUS et notre satellite naturel de la planète TERRE sur le tore de VAN-ALLEN, sujet de cette imposante recherche pour éléminer les incertitudes des effets de l’activité humaine sur cette planète TERRE, à la fois robuste en sa référence propre, mais fragile face aux forces de l’UNIVERS!….

CONSTAT : L’ACTIVITÉ HUMAINE EST IMPORTANTE À SA VIE ET SURVIE!…. À NOUS DE PRENDRE ACTIONS!….

 

 


Bonne lecture, bonne réflexion, bonne conception définitive et bonne réalisation!…

Si vous avez des questions, il me fera plaisir de vous rencontrer et de répondre à ces dernières dans les limites des éléments de connaissance acquis et/ou accumulés.

Nous espérons également que ce projet demeure vivant dans votre esprit malgré la multitude d’activités auxquelles vous avez à vaquer.

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les intéressés au projet du <<Centre de Recherche en Climatologie Coriolis-Vinci>>, nos salutations les plus distinguées.

Pour et au nom des membres du Groupe de Recherche en Climatologie <<Coriolis-Vinci>>.

 

Régis Lapierre, ing.

Président, Centre de Recherche en Climatologie <<Coriolis-Vinci>>.

Janvier 2007

Nota Bene :

Cette outil réaliste et parfaitement réalisable est à la portée de la main des chercheurs qui aiment savoir et aiment transmettre leur savoir et/ou faire connaître leur savoir!…

 


 

 

 

 

LE PROJET

DU

CENTRE DE RECHERCHE

EN

CLIMATOLOGIE

<< CORIOLIS – VINCI >>

Ébauche synthèse d’Août à Décembre 1999 et Février / Mars 2000

Résumé synthèse de Décembre 2001

Résumé synthèse mis à jour Septembre 2003

Résumé synthèse mis à jour Octobre 2003

Version officielle (finale) Novembre 2003

Version officielle (finale révisée (I) ) 3, 5 & 8 Décembre 2003

Version officielle (finale révisée (2) ) 14 Décembre 2003

Version officielle (finale révisée (2) ) 18 Décembre 2003

Rapport # 4, Janvier 2004

 


INTRODUCTION

Le présent document se veut une explication succincte et une description brève de ce que sera le Centre de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >> lorsqu’il verra le jour, si la volonté humaniste, environnementale, scientifique et politique le favorise et en fait un projet d’une priorité ultime!...

Le Centre de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >>, centre de recherche en climatologie pan canadien international mis à la portée des chercheurs en climatologie et de tous les chercheurs des disciplines connexes, pourrait clarifier de près ou de loin les phénomènes climatologiques locaux, régionaux, nationaux, internationaux et ce tout aussi bien pour le secteur privé que pour le secteur public et créerait une synergie positive afin d’éliminer toutes incertitudes soulevées par la publication des rapports du Groupe intergouvernemental d’experts en climat (GIEC / IPCC) mandaté par l’ONU et par l’attitude des pays signataires du Protocole de Kyoto qui semble pour le moment du moins mis en veilleuse. Le fait que l’explosion démographique exige une plus grande utilisation des énergies fossiles ou autres, ces dernières augmenteront de façon accélérée et problématique au cours du présent siècle, nous proposons une méthode de recherche terre à terre pour rayer des esprits toute incertitude et ce selon un échéancier rigide et réalisable en autant que nous trouvions une volonté humaniste, environnementale, scientifique et politique et un groupe de chercheurs passionnés, sincères, tenaces et préoccupés par la survie de l’humanité et de son environnement afin de résoudre les interrogations qui perdurent au sujet du problème climatologique avant que les membres de la communauté internationale n’en souffrent.

De plus, le Centre de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >> offrira un programme complet de formation sur la problématique climatologique et ses effets positifs et pervers et apportera des solutions que la communauté internationale pourra adopter pour assurer la survie de toutes espèces vivantes sur notre planète Terre. Ces cours seront dispensés par des spécialistes de toutes disciplines connexes afin que les gestionnaires locaux, nationaux et internationaux soient parfaitement conscients de l’impact climatologique sur tous les aspects de la vie sur notre planète et soient en mesure de faire face à toutes situations inattendues et dangereuses qui mettent en péril la survie de l’humanité et de son environnement écologique tout en prenant les actions appropriées en fonction des multiples problèmes complexes que peuvent engendrer la modification du climat!...

Une synergie de recherche parallèle est recommandée en implantant un Centre de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >> par continent pour refléter les perceptions différentes des chercheurs régionaux!…

 


UN BREF HISTORIQUE, MATIÈRE À RÉFLEXION ET RÉSULTATS D’UNE RECHERCHE PERSONNELLE APPROFONDIE

Il y a à peine quelques années derrière nous, les dirigeants de nos institutions publiques lançaient un cri d’alarme pour la transition du vingtième siècle au vingt -et- unième siècle du système financier informatisé, car les lobbyistes de l’informatique prévoyaient une crise monumentale et craignaient que des centaines de milliards de dollars binaires s’envolent avec le nouveau millénaire. Ces gens avaient raison, car un crash financier informatique aurait perturbé l’ensemble de l’économie et mis dans la misère des centaines de millions de personnes maintenant habituées à vivre à l’ère de la monnaie binaire.

Nous appellerons ce programme de mobilisation des ressources informatiques "les commandos informatiques" à l’action pour contrer le terrible BUG de l’an 2000. Plusieurs prédisaient la fin du monde et les autorités publiques et privées ont ouvert les coffres pour investir massivement pour contrer ledit "BUG".

Pourtant il ne s’agissait que de quelques instructions informatisées pour solutionner le problème des dates qui ne comptaient que six (6) chiffres au lieu de huit (8) chiffres. Le passage à l’an 2000 et les efforts des informaticiens furent récompensés étant donné qu’aucun soubresaut n’a été ressenti à travers le monde en général.

La problématique climatologique prend une toute autre importance car il n’y a pas que des soubresauts économiques qu’elle met en jeu mais bel et bien la survie et la qualité de vie sur terre qui sont la base même d’une vie économique saine. C’est pourquoi, plusieurs scientifiques se sont penchés sur cette problématique depuis déjà quelques siècles :

  • Jean-Baptiste Fourrier, un avant-gardiste de (1827), définit et prévoit l’effet de serre;
  • Bivante Arrhenius, un avant-gardiste de (1895), se penche sur la problématique du CO2;
  • Un premier groupe d’experts dès 1967 prédit un effet de serre global de l’ordre de 2,5 degrés centigrades;
  • L’ONU à Genève en 1979 organise la première conférence mondiale sur le climat;
  • L’ONU forme officiellement le premier groupe du (GIEC / IPCC) en 1988;
  • L’ONU tient une deuxième conférence sur le climat à La Haye en 1990.

Pendant les deux dernières décennies, des scientifiques qui sont déjà à l’œuvre prévoient et préviennent la communauté internationale de la problématique du réchauffement de la planète causée par l’effet de serre, lequel est engendré par l’utilisation massive de combustibles fossiles afin de pourvoir aux nouvelles exigences des sociétés dites avancées et ultra - industrialisées. On clame avec raison que des espèces sont en voie d’extinction à cause d’un irrespect environnemental et que la survie de l’humanité même pourrait en être grandement affectée.

L’Organisation des Nations Unies mandate un groupe d’experts intergouvernementaux pour l’étude du climat (GIEC / IPCC) pour étudier ce nouveau problème dès le début des années ‘88. Plusieurs rencontres ont lieu dont les principales sont énumérées ci-dessous :

  • Rencontres à Genève en 1988 et formation du (GIEC / IPCC) ;
  • Rencontre à Rio de Janeiro en 1992 avec le dépôt d’un premier rapport (FAR) alarmant qui évalue l’effet de serre avec une augmentation probable de la température globale moyenne de l’air de 0,5 à 1,5 degrés centigrades, valeur largement sous la réalité locale et régionale pour le Québec et le Canada. L’ONU prolonge le mandat de ce groupe de recherche internationale dans un mandat encore plus exigeant;
  • La rencontre de Kyoto en 1997 avec le dépôt d’un second rapport (SAR) plus alarmant qui définit l’effet de serre avec une nouvelle fourchette des températures globales moyennes probables de 1,0 à 3,5 degrés centigrades. Cette dernière rencontre permet de concocter un premier protocole totalement insuffisant mais tout de même progressiste, appelé "Protocole de Kyoto" dont plusieurs pays signataires semblent conscients de la problématique de l’effet de serre. Ces derniers pays signataires semblent avoir une volonté politique d’agir mais la lourdeur administrative et décisionnelle influencée par la culture des différentes régions ainsi que leur disparité régionale rendent la tâche lourde et les progrès sont lents;
  • Le 8 janvier 1998, le Québec est sous une couverture de glace qui paralyse plus de trois millions de personnes par la destruction sans contredit des lignes d’alimentation et des lignes de distribution du fluide invisible qui procure tant de confort et tant de sécurité dans notre monde moderne dit civilisé!… Des membres de la famille par alliance furent particulièrement affectés à cause de leur implication dans le milieu industriel agro-alimentaire et plus spécifiquement dans le domaine des produits congelés, ce qui amena tous les membres de la famille incluant les rajoutés à se mobiliser pour minimiser les impacts d’un tel sinistre!.. De plus, un de mes oncles ayant un âge avancé à souffert à cause de ce sinistre, ayant contracté une pneumonie sévère qui l’obligea de vivre attacher à un tube respiratoire d’oxygène et ce 24 heures sur 24!… Il n’en fallait pas plus pour me stimuler à la compréhension de ce phénomène rarissime ou plutôt inconscient!…
  • L’année budgétaire du gouvernement fédéral 1998 gonfla, avec raison, de plusieurs centaines de millions les montants alloués à la recherche et aux études qui permettraient de faire la lumière en ce qui regarde cette problématique. La quasi totalité des budgets alloués furent assignés à des chercheurs des Universités de l’Ouest canadien, des Territoires du Nord-Ouest et des Prairies, étant les régions les plus affectées selon les études préliminaires de prospectives réalisées par environnement Canada!….Des montants non significatifs sont alloués au Québec ?!…. C’est à rien y comprendre car selon notre survol de cette problématique, la région de la Vallée du Saint-Laurent sera grandement affectée par les changements climatiques ayant déjà des écarts de plus de ( + 4 ) à ( + 8 ) degrés Centigrade en utilisant l’étalon ou année de référence 1971!…
  • Ce phénomène éveille donc en moi le sens des responsabilités parentales, civiques et sociales en une curiosité passionnée (sorte d’envoûtement conscientisé) tout à fait insoupçonnée de parfaire la connaissance et la compréhension de ce qui venait de se passer et surtout de ce qui pourrait probablement se passer avec une activité humaine industrialisée et consommatrice d’énergie croissante face aux générations à venir ! La recherche débute donc lentement mais sûrement et s’accélère avec la publication du rapport de la commission << Nicolet >> sur les événements de la tempête du VERGLAS, que j’ai feuilleté et scruté avec grand intérêt!…
  • L’été 1999 est particulièrement fécond dans l’évaluation des sciences de la physique incluant l’énergie calorifique et la géométrie de la planète <<terre>> en approfondissant mes connaissances dans les domaines géographiques et connexes. La conception du centre de recherche en climatologie sans dénomination a pris forme. Elle fut expéditive et une ébauche fut expédiée au Ministère << Industrie, Commerce, Sciences et Technologie >> en mars 2000 avec accusé de réception par la représentante du Ministre en poste au cours de la même période soit mars 2000!… Le cumul d’informations, l’analyse, la synthèse et la conception se poursuivirent avec entrain!…Beaucoup de convaincus de la pertinence de leur démarche ne suffit pas à lancer le changement de cap des habitudes humaines de la planète!…
  • Pendant cette période, la rencontre de Montréal en 1998 favorise certains arrangements, mais l’inaction persiste;
  • Les rencontres à Nice, La Haye, Bruxelles en 2000 se succèdent sans progrès évidents;
  • Le salon international de l’environnement << Américana >> en 2001, à Montréal, démontre que les chercheurs canadiens sont parfaitement conscients de la problématique climatologique par la publication d’un document scientifique percutant en ce qui concerne leur territoire décrivant des écarts de température pouvant atteindre 20 Celcius d’ici l’an 2100!… Un centre d’information et de recherche Québécois (CRIACC) est annoncé lors de ce congrès en mars 2001 et un site WEB est également inauguré;
  • Plusieurs conférences d’experts et / ou rencontres des ministres de l’environnement se sont tenues à Québec, Paris, La Haye et Bonn au cours de l’année 2001. À Bonn, une entente historique est intervenue entre tous les pays signataires, excluant les États-Unis, le Canada et l’Australie, ces derniers pays étant en désaccord avec certains des objectifs du Protocole de Kyoto qui font craindre à ces derniers de lourdes conséquences économiques faisant ainsi perdurer l’incertitude et la mise en application du dit Protocole;
  • En mars et avril 2001, le (GIEC / IPCC) publie son troisième rapport (TAR) avec une fourchette de température globale moyenne de 1,5 à 6,5 degrés centigrades. Ce rapport présente toujours, de la part des auteurs, des avertissements adressés aux décideurs, face aux difficultés d’interpréter les résultats puisque les projections sur une période aussi longue ne sont pas chose courante et que les changements climatiques est source de cette nouvelle science qui en est à ses premiers balbutiements et que très peu de spécialistes consacrent leur temps de recherche dans ce domaine. L’incertitude perdure et s’accentue!…
  • À l’été et à l’automne 2001, la valse des rencontres se poursuit à Nice, Marrakech, Genève, Bruxelles, Rio de Janeiro et Paris afin de préparer le grand rendez-vous des mois d’août et septembre 2002 à Johannesburg en Afrique du Sud intitulé  << Le Grand Sommet de la Terre >> afin de débattre de l’important sujet du développement durable. À Johannesburg, tous ont espoir de trouver une solution miracle pour éviter une catastrophe humaine globalisée;
  • Quelle surprise!… Le 11 septembre 2001, une attaque terroriste frappe de plein fouet l’Amérique et plus particulièrement les USA. L’Amérique est durement secoué et l’incertitude est à son comble!… Depuis ce jour, la guerre au terrorisme prend forme et occupe toute la classe politique et médiatique. Les budgets porteurs de solutions à la problématique de la climatologie sont utilisés à d’autres fins. Les scientifiques sont écartés du palmarès des décisions lesquels peuvent assurer la sécurité et la survie humaine à long terme.
  • Fin 2001 et début 2002, les conflits d’Afghanistan et d’Israël s’intensifient. La psychose et la paranoïa s’accentuent et par hasard le CLIMAT qui nous intéresse se refroidit quelques peu!… Bizarrerie ou coïncidence !…
  • L’Amérique est sur un pied de guerre et l’incertitude s’accroît parce que nous passons au problème urgent de nous défendre contre le terrorisme visible et invisible. La crise géopolitique passe définitivement de la guerre froide à la guerre chaude et virale que nous connaissons depuis les événements du Trade Center. Donc, l’incertitude est encore plus concrète, plus présente et plus envahissante que jamais. Conséquence de ce terrorisme, la mise en évidence des enjeux géopolitiques de la planète TERRE!…
  • C’est la politique du OUI qui signifie un NON et un NON qui sous entend un OUI!… Quoi de plus humain que de ne pas vouloir se mouiller et d’attendre de voir la direction que prendra les événements!…C’est la Gestion de Projets par crise et / ou Gestion de maintenance une fois que le véhicule est en panne!… Personne n’est coupable et tout le monde s’affaire à réparer les pots cassés!… D’ailleurs, c’est beaucoup moins gênant et nous n’avons pas l’odieux de dire que notre action n’était pas justifiée et que c’était définitivement trop coûteux d’aller de l’avant avec un tel protocole!…
  • Mais Attention!… Le développement économique gonflé de paradigme et de non respect environnemental crée une sorte de Paquebot de l’humanité, <<Un Méga–Titanic humain>> de comportements sociaux quasi irréversibles qui se dirige dangereusement vers un <<iceberg calorifique>> qui créera des dommages inestimables pour notre société!…
  • La guerre chaude énergétique s’accentue avec la guerre en IRAQ au printemps 2003!…
  • Notre recherche personnelle et le développement du Centre de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >> bat son plein de façon isolée, solitaire et je dirais même de façon monastique favorisant une inspiration privilégiée par le temps de chercher, le temps de lire, le temps de connaître, le temps d’analyser, le temps de comprendre, le temps de synthétiser, le temps de concevoir et le temps de recommander des solutions réalistes porteuses de créativité et de réponses assurées et rassurantes!…
  • Plusieurs tentatives d’intéresser des ingénieurs, des élus, des scientifiques, des administrateurs se sont avérées vaines!…Et par HASARD, un matin d’automne de 2001 en balayant les feuilles accumulées sur notre terrain, un passant qui prenait sa marche de santé, engagea une conversation anodine qui nous amena à discuter de la problématique climatologique, sujet qui intéressa grandement ce passant à ma plus grande surprise!... Cet interlocuteur était un retraité de l’UQTR, (ex doyen de la recherche et enseignement du premier cycle) et ex professeur émérite de cette dernière!… Et j’ai nommé Monsieur Raymond Champagne!… L’oreille attentive de Monsieur Champagne au sujet des propos que je tenais, m’a permis de rencontrer en novembre et décembre l’assistant recteur à la recherche et à l’enseignement soit Monsieur Rémy Tremblay, me laissant l’opportunité de lui présenter le projet du Centre de Recherche en Climatologie sans dénomination pouvant faire partie intégrante de l’UQTR, espérant que l’intérêt de la direction de l’Université à participer à la clarification et à solutionner la problématique climatique des années futures deviendra une priorité… C’était la première réunion informelle du groupe de recherche sans dénomination << Coriolis-Vinci >>, et ce sans prise de conscience immédiate de cette dernière. Monsieur Tremblay, bien que fortement intéressé par ma présentation, m’a fait connaître et entendre l’incapacité de l’UQTR de participer à un projet d’envergure international, cette dernière n’ayant pas les ressources financières et humaines pour mener à bien un tel projet!…C’était clair dans ma tête que sans le support du milieu universitaire, ce projet ne verrait pas le jour!… Ce fut clair dans mon esprit que la première réunion informelle était également la dernière réunion du Groupe de Recherche en Climatologie sans dénomination << Coriolis-Vinci >>.
  • En février 2002, Monsieur Rémy Tremblay me contacta pour me faire savoir qu’il avait regarder attentivement, et avec grand intérêt, les documents électroniques de format << POWER-POINT >> décrivant le projet de recherche climatologique et que sans engager l’UQTR, trois membres du département de Géographie de l’UQTR étaient intéressés à me rencontrer pour discuter et visionner les documents présentés à ce dernier!… Bien qu’étant sceptique, je fus emballé de ce nouveau développement et me disais que nous n’avions rien à perdre d’élargir le groupe des intéressés aux faits de ce projet!… Ce fut donc la deuxième réunion informelle du Groupe de Recherche en climatologie sans dénomination << Coriolis-Vinci >>!… Après avoir fait connaissance et socialisé quelques peu suite à cette rencontre avec Messieurs Claude Genest, Ph.D., Joseph Litinsky, Ph.D., et François Bellemare, B.Sc.A. géographe et étudiant en climatologie au niveau Maîtrise, un dîner rencontre fut organisé par le promoteur et une présentation de survol du projet global fut assimilé par les intéressés en présence de Monsieur Champagne, l’initiateur de ces rencontres!… Tous furent d’accord de garder les pieds sur terre, de collaborer tout en gardant une priorité première à leurs propres projets en cours qui mobilisaient déjà l’ensemble de leurs efforts d’études, de recherche et d’enseignement!… Messieurs Champagne et Genest ont été généreux de leur temps pour réviser certains documents de demande de subvention tout en faisant connaître le Projet de recherche aux autorités fédéral, provincial et universitaire (UQTR) et autres (SVP référer aux diaporamas).
  • Les démarches entreprises en 2002 ne furent guère fructueuses, du moins, de la part du gouvernement fédéral qui refusa toute participation!… Toutefois le Gouvernement du Québec et un organisme para - gouvernemental se montra fort élogieux envers ce projet sans engager de fonds et / ou de contribution, nous invitant à nous intégrer au Groupe de Recherche en Climatologie formé en mai 2002 sous la dénomination Consortium << OURANOS >>, groupe de recherche rassemblant plusieurs acteurs gouvernementaux, universitaires, et autres ayant un budget annuel de plus de neuf millions de dollars pour étudier tous les aspects de la problématique climatologique régionale et continentale et internationale!…Suite à une discussion avec un des co - présidents du Groupe de Recherche, soit Monsieur Claude Genest qui m’informait de l’impossibilité, en ce qui le concernait, d’investir du temps sur ce projet et ce pour la prochaine année et demie, j’ai informé le conseil d’administration du Consortium << OURANOS >> par l’intermédiaire de Monsieur Martel, directeur général de l’IREQ (HYDRO-QUÉBEC), membre du Conseil d’administration du consortium << OURANOS >> en poste en décembre 2002, de notre intérêt de participer à Trois-Rivières avec le Consortium << OURANOS >>!… Notre lettre fut sans réponse et l’auteur de ce document continue quand même de transmettre les résultats de notre recherche et de notre réflexion sur cette problématique qui dépasse de beaucoup et de loin les intérêts professionnels personnels!…
  • Depuis le onze septembre 2001, quelques constats furent notés :
  • La température fut à la baisse pendant l’automne 2001 et particulièrement pendant l’hiver 2002 et le printemps 2002, laissant l’été se faire attendre et laissant les gens reprendre graduellement leurs habitudes délaissées par le drame du TRADE CENTER;
  • L’hiver 2003 fut symboliquement plus froid que les trois dernières années;
  • Le protocole de Kyoto fut entériné en décembre 2002 par la chambre des communes laissant croire que des orientations majeures sont à l’étude et devront être mises en place pour faire face à la problématique des changements climatiques!… Et ce, à court terme!… Espérons-le pour nos moussaillons qui poussent et vivront intensément la problématique décrite par les membres du (GIEC / IPCC)!… ;
  • Les experts du Consortium d’organismes gouvernementaux et universitaires << OURANOS >> rassemblant les chercheurs en climatologie et les chercheurs des spécialités connexes rencontrent et renseignent les dirigeants de groupes impliqués dans toutes les sphères de la société par l’intermédiaire de son directeur général, Monsieur Réal Décoste. Ces présentations sur les impacts socio-économiques et climatiques présentées par ce dernier reflètent parfaitement bien les évaluations faite par le Groupe de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >>!… Nous sommes en accord que le protocole de Kyoto sera loin d’être suffisant et que des mesures énergiques drastiques devront être mises de l’avant pour contrer la problématique qui progresse sournoisement!… La différence majeure dans notre approche est l’outils pour prévoir l’imprévisible!… Le Consortium << OURANOS >> favorisant que les modèles informatisés tandis que le Groupe de Recherche en Climatologie << CORIOLIS-VINCI >> préconise l’utilisation en parallèle du système préconisé par OURANOS et du simulateur à l’échelle (outil indispensable) qu’est le CENTRE DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE << CORIOLIS-VINCI >> optimisant ainsi les chances de créer les bons cocktails de hasards qui généreront les réponses à nos attentes afin de planifier correctement les activités humaines des prochaines décennies et des prochains siècles!…
  • Les changements climatiques n’ont pas que des aspects négatifs, bien au contraire, ils ouvrent des marchés imperceptibles auparavant dans toutes les sphères de l’activité humaine!… Toutefois le tout doit être conçu dans le respect de l’humanité et de son environnement (environnement nécessaire à la vie et à la survie)!… La main d’œuvre doit être formée en qualité et quantité suffisante pour rencontrer les besoins du développement durable et de la reconstruction due aux événements climatiques incontrôlables qui surviendront!…;
  • Air-France et British-Airways, DE CONCERT, ont décidé sagement de remiser leurs supersoniques (160,000 HP / aéronef) voyageant à une altitude générant une problématique inconnue et mal perçue par ignorance!… Et cette problématique certaine se doit d’être clarifiée!…Cette problématique semble avoir trouvé réponse dans une recherche intensive de la NASA en collaboration avec les deux compagnies mentionnées ci haut!… Cette problématique clarifiée, connue sera porteuse de solution innovatrice et permettra sûrement la réutilisation des supersoniques propulsés avec des moteurs turbo dont le combustible sera l’hydrogène!…
  • La guerre contre le terrorisme, les ralentissements économiques, la globalisation des marchés, le SRASS, le virus du Nil, la vache folle, les crises énergétiques et autres réorientent la vie de tous les jours des individus et des sociétés de la planète terre, quelques soit leurs cultures!…;
  • La panne énergétique du Nord - Est américain et d’une grande partie du territoire ontarien, représentant plus de 60 millions de consommateurs, semble avoir créé une prise de conscience du problème de surconsommation énergétique en période estivale soit les airs climatisés!… Cette réalité est démontrée et / ou présentée sur le graphique montrant les résultats hebdomadaires colligés en la humble station météorologique << Coriolis-Vinci >>. Tous ces facteurs énumérés, explicités, vulgarisés, démontrés et défendus dans les documents et diaporamas du Groupe de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >> ont été remis à l’IREQ (HYDRO-QUÉBEC) et mis à jour par l’entremise de Monsieur Martel, directeur général de ce lieu de haut savoir!…

Les trouvailles du Groupe de Recherche en Climatologie <<Coriolis-Vinci>> et remises au CA du Consortium <<OURANOS >> par l’intermédiaire de Monsieur Martel se décrivent comme suit :

  • L’influence des montagnes agissant comme les pales d’un ventilateur centrifuge sans entrée et sans sortie d’air;
  • L’aspect géométrique de ces pales et l’orientation de ces dernières agissant sur le comportement des masses d’air et sur l’activité calorifique;
  • La répartition des continents et des océans face aux concentrations démographiques consommatrices d’énergie sous toutes ses formes;
  • L’effet des marées calorifiques générée par l’orbite de notre satellite terrestre naturelle (notre LUNE) modifiant la géométrie de l’atmosphère visible et invisible qui épouse approximativement la forme d’un œuf porteur des germes de vie au sens large de notre langue française;
  • Cette géométrie de l’atmosphère respecte définitivement les lois physiques optiques des lentilles minces lors de la pénétration des rayons lumineux et des radiations à travers cette dernière. Selon la position de notre satellite naturel par rapport au soleil dans le plan de l’orbite terrestre et lunaire (Cycle défini en Équinoxes Est et Ouest, Solstices Nord et Sud d’une durée approximative de 27,3 jours sidéraux), l’entrée directionnelle de l’énergie lumineuse se concentre et / ou diverge créant une maximisation et une minimisation calorifique selon une courbe sinusoïdale représentant l’apport calorifique à la surface de notre planète terre et ce en fonction de la position de la terre par rapport à son orbite solaire de (365-366) jours sidéraux;
  • Les marées calorifiques due aux phases lunaires et les explications qui sont fournies dans les documents électroniques POWER-POINT intitulés <<OFFICIOM>> de nos diaporamas;
  • Les Flip-Flop(s) calorifiques générés par la géométrie des chaînes de montagnes et de la topographie lors des équinoxes causant soit une amorce de compression calorifique et / ou une relâche calorifique accompagnée par des changements volumétriques des masses d’air (DÉMONSTRATION POUVANT SE FAIRE À L’AIDE LA THÉORIE DE LA GÉOMÉTRIE DESCRIPTIVE);
  • La compression calorifique (positive et / ou négative des solstices);
  • La relâche calorifique (positive et / ou négative) des équinoxes;
  • L’autoroute calorifique créant la file d’attente qui peut devenir intolérable et nocive;
  • Le Flip-Flop du stockage calorifique des océans et des mers pouvant créer un déséquilibre calorifique croissant et non linéaire, augmentant et / ou gonflant de façon marquée la file d’attente calorifique expliquée et vulgarisée dans nos diaporamas;
  • Les solutions au développement durable doivent être contre vérifier par le CENTRE DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE <<CORIOLIS-VINCI >> et / ou par son équivalent et ce, à l’échelle, tel que proposé avec les facilités décrites et la facilité et la flexibilité d’utiliser les cocktails de mélanges calorifiques, des mélanges gazeux, des mélanges de matières en suspension, des colorants et une possibilité de combinaisons multiples de ces derniers, et ce, selon les contraintes spatiales, qu’aucun système binaire, octal, hexadécimal et autres ne pourront démontrer!,,, Car les éléments inconnus et leurs lois réactives totalement inconnues lors d’une telle simulation informatisée seront absents et absentes, créant ainsi un hasard nul de provoquer une réaction inconnue souhaitable et d’apporter des solutions valables globales ( c.a.d. prévoir l’imprévisible et / ou le provoquer innocemment par des essais et erreurs )!... Ces paramètres inconnus et absents lors d’une simulation informatisée ne pourront pas être sollicités et ne pourront reconstituer la réaction que nous voulons connaître et déterminer pour planifier les actions à prendre pour éviter toutes réactions contraires à l’harmonie de la vie et de son environnement!… Et cette réalité doit, d’abord et avant tout, être comprise par les promoteurs et les décideurs pour réussir à vendre et justifier cet outil primordial qu’est le simulateur <<CORIOLIS-VINCI>>, outil devenant une nécessité et / ou un <<MUST>> pour s’assurer de prévoir l’imprévisible ( dixit : Victor Hugo et Monsieur Roger Nicolet, ing. )!…
  • N’oublions pas que la découverte de plusieurs technologie fut le jeu du hasard provoqué (exemple : le ANFO comme explosif; l’invention de la photographie; les rayons X; etc…)!… Alors comment pouvons-nous provoquer un hasard sans les composantes nécessaires qui pourraient apporter une solution et comment prévoir l’imprévisible si nous nous obstinons sur la pertinence évidente de la création d’un outils indispensable sans nuire et rejeter ce qui est en cours et qui fut nécessaire!… La complémentarité est évidente et l’outils informatique à permis en premier lieu de sensibiliser les dirigeants de la planète que les changements climatiques sont réels et qu'il y a des inconnus et des impondérables à clarifier et ce avant qu'il ne soit trop tard!… Et ce, sans être alarmiste, mais en étant conscient de la réalité telle qu’elle est, et en évitant de reporter à demain ce que nous devons faire immédiatement pour le bénéfice et le respect de tout ce qui vie et habite et cohabite sur cette planète terre!.. Il faudrait plus que de l’intuition et de la prémonition pour qu’un modèle informatisé reproduise ce que l’homme ne soupçonne même pas et établisse par lui-même un design pour déterminer les lois régissant les paramètres inconnus. Et nous savons par expérience que les simulations informatisées ne feront que reproduire très fidèlement après de multiples validations de ce que nous savons déjà et non pas de ce que nous ne savons pas!…

C’est un choix raisonné scientifiquement et humanitaire valable, défendable et faisable pour une société moderne, évoluée, avertie, progressiste et consciente des enjeux en cours!…Ceux qui tiennent à la vie et à la survie de l’humanité et de l’environnement sur la seule planète que nous connaissons à date, s’engagerons dans ce projet porteur de grande révélation scientifique!… Selon la relativité de Einstein, la probabilité de trouver une solution à la problématique climatologique terrestre est probablement à notre portée dans notre propre système terrestre et ce en un temps d’action et de réaction moindre que d’essayer de s’évader pour y trouver un refuge dans un autre système qui exigera temps, énergie et contraintes pour une minorité qui ne survivront probablement pas à cause du manque de ressources!…

La recherche spatiale ne doit pas être mise aux rancarts et réduite pour réaliser ce projet. Au contraire il est plus qu’important et j’ajouterais qu’il est nécessaire de provoquer les heureux hasards de la découverte et des révélations spatiales tout comme expliqués ci haut pour justifier le CENTRE DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE << CORIOLIS-VINCI >> sans minimiser l’importance des applications informatisées!…

 


LES POLITICIENS ONT DONC D’AUTRES PRIORITÉS TOUT COMME LES DIRIGEANTS DES BANQUES CENTRALES...

Également, il ne faut pas minimiser et négliger l’incertitude générée par les approches et les solutions proposées par nos scientifiques qui ne réussissent pas à convaincre les sceptiques. Chez ces derniers, l’incertitude et le doute sont aussi très présents et très importants, créant chez certains chercheurs une angoisse incontrôlable et insoupçonnée, motivant et justifiant le report aux calendes grecques des décisions primordiales.

Les États-Unis, le Canada et l’Australie ne s’entendent pas sur la façon d’appliquer le Protocole de Kyoto. Ces derniers considèrent les soubresauts économiques de l’hémisphère Nord des Amériques trop importants pour aller de l’avant immédiatement. Pourtant tous les autres pays signataires s’entendent pour dire que le problème est bien réel et qu’il faille aller de l’avant coûte que coûte avec le Protocole de Kyoto bien qu’il semble imparfait et loin d’être suffisant.

Les scientifiques canadiens ont tout de même convaincus leur gouvernement d’aller de l’avant avec l’entérinement du dit PROTOCOLE!…

L’incertitude scientifique, causée par une non unanimité et une soif d’études méticuleuses, précises et certaines chez certains d’entre eux qui se penchent sur les problèmes climatologiques et/ou "effets de serre", met en question la légitimité d’une telle démarche et cause des tergiversations au sein des groupes politiques décisionnels et particulièrement sur les coûts et les solutions à adopter pour conserver une activité économique saine!... Pourtant cette problématique est plus que bénéfique sur tous les aspects de la vie humaine en créant un marché innovateur amenant une prospérité économique, un bien être planétaire, une sécurité sociale et culturelle enrichissante!…

Les néophytes s’y perdent et ne veulent pas entendre parler de ce problème, car ce problème n’est pas évident pour eux et la gêne créée par l’ignorance de cette problématique paralyse même certains politiciens et certains décideurs!...

La contre verse est grande puisque certains scientifiques sont convaincus du réchauffement de la planète et que d’autres sont sceptiques. Ces derniers ne préconisent pas de solutions fermes et définitives, considérant que les recherches doivent continuer pour suivre les tendances afin de réduire la marge d’erreur, oubliant que le temps qui s’écoule rapidement n’améliorera pas la situation de la communauté internationale si les hypothèses de base s’avèrent véridiques. Alors les événements catastrophiques prendront place sans demander notre opinion et fera place à l’erreur réelle soit l’erreur de l’inaction!…

L’incertitude est encore plus grande chez les hommes politiques qui veulent de prime à bord éviter le pire et tout à la fois satisfaire un électorat conservateur et majoritairement ignorant face aux nouveaux problèmes climatologiques à long terme. L’électeur néophyte s’intéresse d’abord et avant tout à son confort journalier, au présent et au court terme, ingénu et insouciant face à une problématique à long terme, mais qui l’affecte déjà à court terme et l’affectera également à moyen terme et long terme!…

 


UN SURVOL DE LA PROBLÉMATIQUE

Ce résumé présente une description brève des différents volets étudiés lors de nos premières démarches de demande de contribution financière aux organismes gouvernementaux. Ces volets, qui nous ont amenés à concevoir un tel Centre de Recherche en Climatologie dans le but de réduire et idéalement d’éliminer les incertitudes présentes et futures sur le comportement du climat et de ses effets nocifs sur l’extinction probable de l’humanité et/ou d’une survie lourde de conséquences.

Ce résumé décrit donc les volets suivants ainsi que les trouvailles des dernières réflexions et des dernières recherches:

  1. Problématique climatologique;
  2. Historique des extinctions des espèces sur terre;
  3. L’incertitude des simulations informatisées;
  4. L’incertitude présente et future;
  5. L’incertitude de l’effet El Niño sur le climat;
  6. L’incertitude de l’influence de la volcanologie sur le climat;
  7. L’incertitude de l’influence de l’océanographie sur le climat;
  8. L’incertitude de l’influence de l’univers sur le climat;
  9. L’incertitude de l’influence des supers volcans et des volcans sur le climat;
  10. L’incertitude de l’influence de stockage d’énergie éolienne sur le climat;
  11. L’incertitude de l’influence du stockage d’énergie hydraulique sur le climat;
  12. Le Centre de climatologie Coriolis-Vinci et ses composantes;
  13. Une recherche prioritaire afin de prouver la faisabilité de la simulation de la gravité et du champ magnétique à petite échelle et l’utilisation de fines particules chargées électriquement pour simuler les MES;
  14. Des programmes de recherche appropriée et d’intérêts humanitaires;
  15. Les retombées scientifiques;
  16. Les retombées économiques et sociales;
  17. L’amoindrissement du risque des impacts géopolitiques;
  18. Le leadership de la sauvegarde de la vie en général au sens le plus large de notre langue française et de la vie humaine, animale, végétale et de son environnement écologique.
  19. La théorie des FLIP-FLOP des équinoxes;
  20. La théorie des compressions - détentes en périodes de solstice;
  21. Les marées calorifiques créées par l’orbite du satellite naturelle de la planète terre;
  22. L’effet EGG’S LUNAR sur la géométrie de l’atmosphère et ce phénomène créé par la gravitation et ou l’orbite du satellite naturelle de la planète terre soit la LUNE;
  23. L’impact de la ceinture de VAN ALLEN sur la pénétration de l’énergie lumineuse dans l’atmosphère;
  24. Le respect des lois de la physique optique des lentilles minces lors de la pénétration des rayons lumineux dans l’atmosphère terrestre;
  25. Les dernières trouvailles :
  • Septembre et octobre ont été porteurs des fruits d’une réflexion intense et la cueillette des nouveautés se présentent comme suit :
  • La ceinture de VAN ALLEN (TORE) formée de particules négatives (électrons) et de particules positives (protons) semble affecter grandement les radiations absorbées et ou réfléchies par notre terre et notre satellite naturel. Les effets de la ceinture de VAN ALLEN étant connus et décrits par son découvreur en ce qui regarde notre planète TERRE, mais ne faisant aucune mention de l’effet de cette ceinture sur notre satellite naturel, n’a créé l’intérêt des chercheurs précédents!…Le diaporama OFFICIOM présente donc les effets fort probables et certains de la ceinture VAN ALLEN sur notre satellite naturel et sur la forme de la ceinture de VAN ALLEN elle-même;
  • Une première phase lunaire, en milieu chargé négativement (électrons), dure une période approximative de 17 à 20 jours sidéraux (voir diaporama);
  • Une seconde phase lunaire, en milieu chargé positivement (partie du tore à forte concentration de particules positives (protons), dure une période approximative de 6 à 7 jours sidéraux (voir diaporama);
  • L’orbite lunaire affecte plus que nous pourrions l’imaginer les formes du tore (ceinture de radiations) ainsi que les champs électriques et champs ioniques de l’atmosphère terrestre, et ce combiné au champ magnétique, lui-même affecté par cette ceinture énergétique;
  • Septembre et octobre ont donc été riches en inspiration pour les milieux de la recherche future :
  1. Pour mieux comprendre et prévoir le climat;
  2. Pour le milieu de la micro - astronomie (Notre terre et son satellite naturel);
  3. Pour l’aérospatial pouvant dessiner des satellites pour fin d’investigation du comportement de notre planète et de son satellite naturel;
  • Voici un programme de recherche adapté à l’ensemble des trouvailles mises à jour (voir le diaporama <<Conception définitive>>):
  • Octobre a également favorisé la rencontre des grands décideurs de l’APEC, qui heureusement, semble avoir rapproché les grands de l’ASIE et des Amériques pour améliorer le fonctionnement de l’ONU et en particulier son organisme <<l’O.M.C,>> qui a remplacé le GATT;
  • Octobre favorise également les espoirs d’une plus grandes prise de conscience de la problématique climatologique par la promesse et l’intérêt soudains de la grande RUSSIE d’entériner le protocole de KYOTO, qui est définitivement insuffisant, mais tout de même un bon point de départ!…
  • Octobre favorise également le concept définitif amélioré du centre de recherche en climatologie en intégrant les composantes nécessaires pour refléter les dernières trouvailles scientifiques affectant notre climat (voir le diaporama CONCEPTION DÉFINITIVE);
  • L’IPCC favorise également l’intégration d’études régionales rédigées par des spécialistes (sans être experts) dans son quatrième rapport prévu pour 2007, en autant qu’elles apportent des éléments nouveaux de solution qui rencontrent les critères du développement durable et les règles du comité de sélection et de rédaction du quatrième rapport (FOURTH-AR = FAR);

 


26. Lunar-Heart-Ionic-Pulses (LHIP)

Les Flip-Flop(s) de LUNAR-HEART-ELECTRIC-PULSE et la distribution des charges ioniques qui créent la pression ioniques (PI), générés par l’orbite lunaire et les effets des radiations solaires et de la distribution géométrique spatiale des particules chargées positivement et / ou négativement selon la position orbitale, épouse une courbe en forme de cœur représentant les phases de relâchement de charges positives et de charges négatives selon que la lune voyage perpendiculairement au flux solaire, dans la même direction du flux solaire ou dans le sens opposé du flux solaire qui créent ainsi une compression énergétique et une détente énergétique et / ou une neutralité énergétique.

     

Voyons maintenant un à un ces grands thèmes

  1. La problématique climatologique

Depuis des millénaires que les êtres vivants sont influencés par les soubresauts du climat et les phénomènes météorologiques. L’humain, en particulier, influencé par le climat dans ses activités sociales et économiques se penche sur ces phénomènes depuis plus de trois mille ans, mais l’intérêt de la compréhension de ces phénomènes s’est accru lors des deux derniers siècles avec une science évolutive rapide qui permit à l’homme, avec son inspiration et son génie, d’élaborer, de concevoir et de fabriquer des outils et des instruments de mesure qui lui permettent maintenant de mieux connaître et de mieux comprendre les phénomènes climatologiques et météorologiques ainsi que leurs impacts sur nos activités humaines. C’était la phase analytique du phénomène.

Depuis les cinq dernières décennies, les scientifiques et les sociologues ont cumulé une expertise impressionnante sur ce sujet dans le domaine des sciences sociales concentration "GÉOGRAPHIE" et cette expertise a grandement évoluée lors des deux dernières guerres mondiales qui exigeaient des connaissances plus évoluées au sujet du climat et de la météorologie pour les besoins cruciaux de planification des activités des armées de terre, des armées de l’air et des armées navales. La croissance démographique de cette période favorisa aussi les besoins de meilleurs pronostiques climatologiques et météorologiques pour les secteurs du transport, agro-alimentaire, forestier, aérospatial, médical et autres.

Les scientifiques et les démographes ont eu un éveil particulier et soutenu de cette problématique au cours des deux dernières décennies et particulièrement lors des sommets de la TERRE et de son CLIMAT, tenus à différents endroits énumérés précédemment dans ce rapport.

Le groupe de recherche (GIEC), mobilisé par l’ONU, déposa au cours des dix dernières années, trois rapports présentant une série de scénarios et de projections de l’influence des gaz à EFFET DE SERRE à la hausse. En effet, les fourchettes des températures globales moyennes se lisent comme suit :

  • FAR (First Assessment Report en 1992) ; 0,5 @ 1,5 degrés centigrades ;
  • SAR (Second Assessment Report en 1997) ; 1,0 @ 3,5 degrés centigrades ;
  • TAR (Third Assessment Report en 2001) : 1,5 @ 6,5 degrés centigrades.

Il est dommage que les recommandations des scientifiques soient conservatrices et inspirent l’incertitude en ce qui regarde les résultats et les solutions à préconiser pour freiner et gérer de façon adéquate la problématique climatologique que tous admettent comme étant bien réelle.

Une simple revue de certaines évaluations non formelles dans le temps révèle l’ampleur probable de l’iceberg calorifique soit :

 


individu

ou

groupes

année

évaluation

centigrade

CELCIUS (C)

remarques

J.B.F.

Avant

météo

1827

PRÉVOIT

EFFET DE SERRE

 


individu

ou

groupes

année

évaluation

centigrade

CELCIUS (C)

remarques

B.A.

Début

Météo

1895

PRÉVOIT

IL Y A 110 ANS DÉJÀ,

L’EFFET DU CO2

G.E.I (N.I)

1967

2,5 C

EFFET DE SERRE GLOBAL

GIEC-IPCC (ONU)

1992

0,5 À 1,5 C

2 CO2

EFFET DE SERRE GLOBAL

F.A.R.

GIEC-IPCC

(ONU)

1997

1,0 À 3,5 C

2 À 4 CO2

EFFET DE SERRE GLOBAL

S.A.R.

G.C.V.

INFORMEL

1999

14 À 29 C

24 à 59 C

OU

1 À 2,2 CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

25 À 50 % DE RICHESSE

12 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

G.C.V.

INFORMEL

2000

14 À 29 C

40 à 80 C

OU

1 À 3 CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

25 À 75 % DE RICHESSE

12 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

 


individu

ou

groupes

année

évaluation

centigrade

CELCIUS (C)

remarques

G.C.V.

INFORMEL

2000

14 À 29 C

45 À 91 C

OU

1 À ( +3,4 ) CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

100 % DE RICHESSE

12 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

G.C.V.

INFORMEL

2000

14 À 68 C

27 À 136 C

OU

1 À (+5,1) CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

100 % DE RICHESSE

18 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

ENVIRON-NEMENT CANADA

2001

1 À 20 C

OU

INTERÉRÉTATION

COMPARATIVE

12 À 53 C

1 À (+ 2,0) CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

40 % DE RICHESSE

12 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

GIEC-IPCC

(ONU)

2001

1,5 À 6,5 C

+ 1,3

À

+ 4 CO2

+ 1 À + 4 CO2

EFFET DE SERRE GLOBAL

 


individu

ou

groupes

(SUITE)

année

(SUITE)

évaluation

centigrade

CELCIUS (C)

(SUITE)

remarques

(SUITE)

OURANOS

PRÉSENTATION

(A)

2003

10 FOIS LES BESOINS DE KYOTO

40 % RE : 4 %

( + 4 CO2) SEMBLABLE

AUX ESTIMATIONS DE GCV

2000

VOIR DIAPORAMA

OURANOS

PRÉSENTATION

(B)

2003

> 10 FOIS LES BESOINS DE KYOTO

35 % RE : 3 %

( + 4 CO2) SEMBLABLE

AUX ESTIMATIONS DE GCV

2000

VOIR DIAPORAMA

GCV

INFORMEL

CONTRE

VÉRIFICATION

OURANOS

*********

RÈGLE

DE

TROIS

2003

VALEUR

RÉGIONALE

BASÉE 1971 COMME ÉTALON DONNANT

= ( +4 À + 8)

VALEUR RÉGIONALE

PONDÉRÉE

AVEC LES FACTEURS HÉMISPHÉRIQUES

= =

( + 13 C À + 26C )

( + 53 C À + 106 C )

SOIT

VALEUR OURANOS

1 À +4 CO2

 


EN CONCLUSION LA VALEUR LÉTALE ( 40 DEGRÉS CELCIUS) POURRAIT-ÊTRE ATTEINTE PLUS RAPIDEMENT QUE NOUS POURRIONS L’IMAGINER SANS UNE PLANIFICATION ÉNERGÉTIQUE PRUDENTE ET SÉCURITAIRE!…

AUTRES VÉRIFICATIONS << RULE OF TOMB >> : 0,3 CO(2) REPRÉSENTE DE 4 À 8 CELCIUS RÉGIONALEMENT, ALORS 25 DEGRÉS CELIUS PERMETTRAIENT UNE ÉMISSION DE 1,8 CO2 POUR LE 4 DEGRÉS CELCIUS ET / OU 1,0 CO(2) POUR LE 8 DEGRÉS CELCIUS!…

 

individu

ou

groupes

(SUITE)

année

(SUITE)

évaluation

centigrade

CELCIUS (C)

(SUITE)

remarques

(SUITE)

  • DONC L’ICEBERG CALORIFIQUE EST FORT PROBABLE !.. MAIS INCERTAIN !…
  • L’EFFET DE BRASSAGE DE LA MASSE D’AIR PAR LES MONTAGNES PERMETTRAIT L’ÉMISSION D’UNE QUANTITÉ MAXIMALE DE CO2 DE ( 2,7 CO2 ), ESTMÉE NE DEVANT PAS ÊTRE DÉPASSÉ !… (voir graphique du Diaporama );
  • VÉRIFIONS AVEC LA RÈGLE  << RULE OF TOMB ET / OU RÈGLE DE TROIS>> :
  • 0,3 CO2 REPRÉSENTE UN RÉCHAUFFEMENT GLOBAL CONNU DE 0,6 CELCIUS;
  • ALORS UN RÉCHAUFFEMENT MAXIMAL DE 6,5 CELCIUS DEVRAIT GÉNÉRER UN MAXIMUM DE ( 4,6 CO2 ). UN RÉCHAUFFEMENT MAXIMAL DE 1,5 CELCIUS DEVRAIT GÉNÉRER UN MAXIMUM DE ( 2,1 CO2 );
  • À NOTER QUE LE RÉCHAUFFEMENT GLOBAL ACTUEL GÉNÈRE DÉJÀ UN ACCROISSEMENT CALORIFIQUE RÉGIONAL DE ( + 4 À + 8 )CELCIUS EN PÉRIODE ESTIVALE;
  • VÉRIFIONS LA RÈGLE << RULE OF TOMB ET / OU RÈGLE DE TROIS>> : 0,6 CELCIUS GLOBAL CONNU GÉNÈRE 4 À 8 CELCIUS EN RÉGION ALORS QUE 6,5 CELCIUS GLOBAL GÉNÉRERAIT ( 45 À 87 CELCIUS) !… ALORS 0,3 CO2 DU 1,3 CO2, RÉSULTAT DE OURANOS/IPCC REPRÉSENTE ENVIRON 25 % DE RICHESSE POUR UNE POPULATION DE 6 MILLIARDS;
  • ALORS (100 %) DE RICHESSE DEMANDERAIT UN NIVEAU DE CONSOMMATION ET D’ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE DE 1,2 CO2, SOIT : MOINS DE LA DEMIE DE LA CAPACITÉ DE BRASSAGE MAXIMAL DU RÉSEAU DES CHAÎNES DE MONTAGNES DE LA PLANÈTE CALCULÉE COMME ÉTANT 2,7 CO2 !..(RÉGIONALEMENT = +16C À +32C;
  • 100 % DE RICHESSE POUR UNE POPULATION DE 12 MILLIARDS POURRAIT TOLÉRER UNE ÉMISSION PROBABLE DE 2,4 CO2 !... (RÉGIONALEMENT = + 32C À + 64C );
  • !…SOIT : 89% du BRASSAGE MAXIMALE DU RÉSEAU DES MONTAGNES;
  • UNE POPULATION DE 16 MILLARDS D’INDIVIDUS PRODUIRAIT UNE ÉMISSION DE 3,2 CO2 SOIT : 119% De la capacité MAXIMALE DE brassage du réseau des chaînes de montagnes!…. ( Régionalement = + 44 C à + 80 C );
  • IL SERAIT DONC SOUHAITABLE ET SAGE DE FIXER LA CAPACITÉ DE PRODUCTION DE GAZ À EFFET DE SERRE À UN NIVEAU MAXIMUM DE 2 CO2 OU MOINS !!! ???? TOUT COMME KYOTO SOIT : 2 CO2 ; SOIT DE 50 % À 75 % DE RICHESSE POUR UNE POPULATION DE 12 MILLIARDS D’ÊTRES HUMAINS ( PERSONNES )!…
  • NOUS DEVONS DONC NOUS LIMITER À LA DEMIE DE LA VALEUR DE LA CAPACITÉ DE BRASSAGE DES MONTAGNES, SOIT : (1,35 CO2) ET DES EXIGENCES DE L’AUTOROUTE D’ÉVACUATION CALORIFIQUE, UNE NÉCESSITÉ VITALE TERRESTRE, CAR LES INCERTITUDES ET LE RISQUE DEMEURENT INSOUPÇONNÉS!.. LES VALEURS DE 1990 TEL QUE LES SCIENTIFIQUES DE L’IPCC LE SUGGÈRENT ET LE RECOMMANDENT, SEMBLENT D’UNE GRANDE SAGESSE!!.. NOUS VOUS RECOMMANDONS DE PORTER UNE ATTENTION TOUT À FAIT PARTICULIÈRE AU DIAPORAMA EXPLIQUANT NOTRE PERCEPTION ET LA COMPLEXITÉ DES RISQUES!…
  • LE TEMPS : SERA DONC UN GOULOT D’ÉTRANGLEMENT TRÈS, TRÈS IMPORTANT & L’HYDROGÈNE COMME COMBUSTIBLE PRINCIPAL LE SERA ÉGALEMENT, ET CE, SI ET SEULEMENT SI LE PROBLÈME CALORIFIQUE (THERMODYNAMIQUE) GÉNÉRÉ PAR CE COMBUSTIBLE AMÉLIORE LE GRADIENT DE L’AUTOROUTE CALORIFIQUE!…; NOUS ESPÉRONS UNE AMÉLIORATION MARQUÉE DE L’ORDRE DE 2,5, CE QUI PERMETTRAIT UNE DISTRIBUTION DE RICHESSE DE 100%, ET CE POUR UNE POPULATION DE

    15 MILLIARDS D’HABITANTS!.. (RECHERCHE IMPORTANTE À COMPLÉTER!…);

  • L’éducation sera sûrement le meilleur outil pour répandre le message important et incontournable de la problématique du climat et de l’utilisation des énergies dans son ensemble!….

 


wpeB.jpg (25723 octets)

 


Le scepticisme politique et économique à propos des solutions préconisées est alors à son summum lors d’un processus de négociations complexes à l’aide d’un protocole complexe et incomplet (appelé Protocole de Kyoto paraphé en 1997). Texte de droit à saveur d’une multitude de règles impliquant un nombre imposant de pays (184), membres de l’ONU, impliqués dans ces négociations dont certains d’entre eux offrent des disparités politiques, sociales, économiques et régionales très marquées.

 

Tous ces pays signataires du Protocole de Kyoto semblent engager pour aller de l’avant avec cet outil sans l’engagement ferme des pays signataires suivants mais qui s’abstiennent soit :

  • Les États-Unis
  • Le Canada
  • L’Australie

Ce protocole devait aller de l’avant à la rencontre de Bonn, mais les États-Unis maintiennent leur dissidence avec une production de gaz à effet de serre supérieur à 30 % du total de la production des gaz à effet de serre planétaire.

Le Canada fait cavalier seul, étant le premier partenaire économique des États-Unis, démontrant son intérêt d’aller de l’avant avec ce protocole, mais aussi se faisant l’avocat du diable entre le bloc européen, asiatique, africain et l’Amérique du Nord pour atténuer les différences des deux forces économiques en cause. Les petits pollueurs jouent surtout le rôle d’observateurs lesquels pourront devenir des joueurs importants dans les orientations futures que les États-Unis y participent ou pas.

Le Canada entend donc jouer sa dernière carte à Johannesburg (Afrique du sud) en août et septembre, puisque les membres de la Fédération canadienne auront, espérons-le, terminé leur évaluation des impacts économiques des exigences de ce protocole.

Donc le temps passe, les tergiversations vont bon train, le dossier est sur les tablettes à cause de petits scandales qui prennent la vedette, mais les solutions d’assurer la SURVIE et la VIE sur la planète n’est plus au premier plan.

Le Centre de climatologie Coriolis-Vinci se veut d’abord et avant tout un outil de recherche pratico-pratique, terre à terre, faisable, flexible, avec un potentiel de recherche illimité pour amoindrir et/ou éliminer la majorité des incertitudes créant le présent scepticisme.

 

  1. Historique des extinctions des espèces sur terre
  2. Plusieurs hypothèses sont émises et demeurent en vigueur à l’étude au sujet de l’extinction des différentes espèces sur terre.

    L’humain pourrait-il créer sa propre extinction?

    L’histoire du passé de la planète Terre et de ses occupants et de leurs environnements se veulent fort complexe et ne peut se résoudre sans émettre des hypothèses, d’exécuter des recherches, d’effectuer des vérifications et des contre vérifications qui exigent patience, temps, ténacité, car certaines hypothèses prennent des décennies à obtenir une première validation.

    Donc, par intuition et simple raisonnement, l’humain peut créer sa propre extinction rapide par ses activités industrielles, énergétiques et militaires. Sachant que l’histoire de la planète et ses occupants remonte à plusieurs millions d’années et que des phénomènes inconnus mais hypothétiquement probables doivent être vérifiés par des méthodes accélérées dans le temps, il faut établir des stratégies de survie et de qualité de vie afin de favoriser des méthodes de validation qui ne prendront pas des décennies à confirmer nos hypothèses. Le temps et l’inaction pourraient nous conduire et/ou faire vivre des conditions de vie infernale, misérable et catastrophique.

    L’explosion démographique du prochain siècle sera particulièrement critique, puisque simultanément l’augmentation de la population formera une concentration de personnes âgées qui ne pourront être productives sans soins, exigeant une demande énergétique supérieure et exigeant de la part du groupe démographique des (15 à 45 ans) des outils consommant beaucoup d’énergie pour subvenir à la demande croissante du phénomène de l’industrialisation, de la productivité et de l’augmentation de la précarité.

    La précarité, synonyme d’incertitude, d’inquiétude et de risque, doit être analysée par des moyens efficaces, rapides, concrets, visuels. Ces dits moyens référent au maximum d’éléments connus et de procédés scientifiques prouvés qui diminueront et élimineront sûrement une grande part de la précarité future. Nous pourrons alors à l’aide du Centre de climatologie Coriolis-Vinci planifier et gérer adéquatement les utilisations des ressources humaines et énergétiques qui sont primordiales pour toutes activités humaines, sociales et économiques sur cette terre. Car sans l’Homme, aucune activité économique n’existerait ou n’existera sur la planète Terre. C’est donc un devoir moral, social et humanitaire de s’y arrêter et d’aller de l’avant avec des programmes de recherche qui favoriseront la "Survie" et la <<Vie>>.

    Il ne faut pas oublier que la plus grande richesse naturelle sur terre, après le Créateur, est la "VIE" au sens le plus large que notre esprit puisse l’imaginer et/ou la définir.

    Nous devons agir pour cette <<VIE>> et pour la <<SURVIE>>.

  3. L’incertitude des simulations informatisées
  4. L’avènement des outils informatisés semblait et semble pour plusieurs l’outil idéal pour parfaire la politique définitive de l’utilisation des énergies fossiles et de solutionner la problématique climatologique.

    Certains chercheurs admettent que la modélisation prend approximativement une décennie avant de valider un nouveau modèle informatique et que cette validation s’effectue naturellement sur l’expérience cumulée du passé. Plusieurs modèles déjà ont été expérimentés, rejetés, et certains autres sont utilisés abondamment, et d’autres sont en voie de conception et/ou de validation. Les coûts d’infrastructure sont définitivement plus modestes, mais le risque n’en demeure pas moins grand à cause du fait du grand nombre d’années qui s’écoulent pour valider sa conception, son utilisation et sa précision des résultats espérés. L’explosion démographique rapide de ce présent siècle et le phénomène de surconsommation énergétique fortement probable dans les prochains soixante-quinze ans nous amènent à une réflexion approfondie des outils que nous devons nous donner pour évaluer les impacts de nos décisions collectives et de nous tracer un avenir de sérénité.

    Nous proposons de construire un simulateur du climat à l’échelle, le Centre de climatologie Coriolis-Vinci, qui nous semble une solution concrète bien que l’infrastructure soit plus complexe et dispendieuse à court terme, mais combien avantageuse à long terme. Ce simulateur réel servira comme outil de base complémentaire à peaufiner les simulateurs informatiques et à réduire le degré d’incertitude plus rapidement et plus efficacement avec une gamme complète de programmes de recherche indispensables qu’un simulateur informatique ne peut vérifier et/ou contre vérifier du fait de l’interdépendance de plusieurs disciplines.

  5. L’incertitude présente et future

L’incertitude scientifique actuelle est trop concrète au sein des milieux politiques et économiques et dans la population en général. Il ne faudrait pas laisser passer le temps dans une inaction certaine pour avoir et/ou créer et/ou vivre notre "Pearl Harbour climatique", car ce serait catastrophique pour l’humanité tout entière et ce à l’échelle planétaire.

Le futur, c’est demain, car en terme démographique la machine à reproduction ne ralentira pas dans la prochaine décennie et des solutions PRO-VIE doivent être maintenues et mises de l’avant au cours de cette prochaine période pour contrecarrer l’incertitude et cela avant qu’il ne soit trop tard! L’incertitude du futur vu par Victor Hugo se présente comme suit : "Il faut prévoir l’imprévisible" et de cette prémisse, il faut donc se donner tous les outils pour rencontrer et/ou satisfaire cette citation réaliste "Car la misère engendre la détresse", seconde prémisse de Victor Hugo.

Le Centre de climatologie Coriolis-Vinci doit naître, doit aider à réduire l’incertitude, doit minimiser et idéalement éliminer l’incertitude de la <<SURVIE>> sur notre planète terre. Nous devons au moins cela aux générations futures car c’est nous qui avons créé la situation conflictuelle et l’incertitude dans lesquelles nous vivons présentement.

Il est de notre devoir de tracer des pistes de solutions.

Le Centre de climatologie <<Coriolis-Vinci>> facilitera nos choix futurs et ceux des générations futures afin d’optimiser le bien-être de tous.

5. L’incertitude de l’influence d’El Niño sur le climat

El Niño, phénomène dit cyclique du réchauffement de l’océan Pacifique au niveau du Pérou (zone équatoriale) peut s’expliquer par trois phénomènes dont deux sont naturels :

  1. L’activité industrielle et humaine de l’hémisphère Sud et Nord produit un effet thermodynamique au point de relâche des Amériques centrales (Panama) en direction de la zone océanique équatoriale du Pacifique;
  2. La Cordillère des Andes forme un boomerang au niveau de l’Équateur concentrant les mouvements et circulation de masse d’air et/ou leur latence, créant une zone favorable d’accumulation d’énergie thermique;
  3. Les Îles Galápagos formées par une activité volcanique intense et non négligeable, mais latente, offrent un plateau marin insulaire et/ou un plateau marin continental qui favorise les masses d’eaux plus restreintes et/ou moins profondes d’où l’effet d’une thermocline qui prend un sens tout à fait particulier et énergique à partir des côtes Ouest de l’Amérique du sud jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres dans l’océan Pacifique.

6. L’incertitude de l’influence de la volcanologie sur le climat

Une étude des phénomènes volcaniques et/ou activités volcaniques démontre que plusieurs éruptions dans l’hémisphère Nord se sont produites tout au cours de la période 1995 à 2001. Ce cycle d’éruptions semble maintenant à la baisse depuis 2002. L’évaluation thermodynamique approximative est d’une moyenne globale de deux degrés centigrades pour cette période.

  1. L’incertitude de l’influence de l’océanographie sur le climat
  2. Une revue de la littérature des phénomènes océanographiques démontre que la Méditerranée peut atteindre en période estivale une température de surface de 30 degrés à certains endroits et que la thermocline, c’est-à-dire l’effet thermodynamique à cause de la salanité des 100 premiers mètres a permis au bassin de la Méditerranée d’atteindre des températures de 13 degrés centigrades jusqu’à une profondeur de 2 000 mètres. En ce qui regarde l’océan Atlantique et l’océan Pacifique qui offrent des bassins d’eaux salées beaucoup plus volumineux, les températures de surface à certains endroits à cause de la thermocline et des plateaux insulaires et des plateaux continentaux peuvent atteindre des températures de 30 degrés centigrades, mais les températures de profondeur sont de l’ordre de 1 à 2 degrés passés les 300 mètres.

    Les pôles Nord et sud agissent comme échangeur de chaleur maintenant les températures près du point de congélation en profondeur.

    Une évaluation et/ou extrapolation des températures, basée sur les deux derniers siècles d’expérience d’activité humaine européenne, nord-africaine et du moyen orient aux abords du bassin Méditerranéens, peut laisser présager que les océans Atlantique et Pacifique pourraient atteindre les 13 degrés centigrades à une profondeur de 2 000 mètres pendant le prochain siècle si l’activité humaine et industrielle de la communauté internationale croît au même rythme ou à un rythme supérieur.

  3. L’incertitude de l’influence de l’univers sur le climat

Il y a quelques années, Hydro-Québec a vécu une période difficile avec son réseau de transport électrique influencé par des champs électromagnétiques lors d’éruption solaire.

Connaissons-nous tous les effets de l’univers pouvant affecter l’humeur du climat? Le Centre de Climatologie Coriolis-Vinci compte se pencher sur l’influence de l’univers sur notre climat et comprendre les impacts sur la SURVIE et sur la VIE sur terre.

Nous nous pencherons d’abord et avant tout sur tous les phénomènes terrestres, mais nous exécuterons les recherches par ordre d’importance relative les thèmes suivants :

  • Influence du champ magnétique sur notre climat;
  • Influence de la chimie atmosphérique sur notre climat;
  • Influence du tore de VAN ALLEN sur notre climat;
  • Influence des vols à haute altitude sur notre climat;
  • Influence du satellite naturel (lune) terrestre sur notre climat;
  • Influence des éruptions solaires sur notre climat;
  • Influence des vents solaires sur notre climat;
  • Influence orbital sur notre climat;
  • Influence des planètes Vénus et Mercure sur notre climat;
  • Influence des planètes plus éloignées de la terre sur notre climat;
  • Influence de la voie lactée sur notre climat;
  • Influence des galaxies sur notre climat;
  • Etc;

Nous sommes convaincus que nous découvrirons des merveilles dans toutes ces recherches qui influencent à court, moyen et long terme la VIE sur notre planète.

9. Lìncertitude de l’influence des supers volcans et des volcans sur le climat

Selon la littérature et selon les reportages de Radio canada, les supers volcans sont des bombes à retardement. En effet, ces types de volcans bâtissent leur énergie à partir des magmas en profondeur qui créent des zones ou des poches gazeuses à très haute température et à très haute pression. Quand la pression est suffisamment grande et que la calotte de rétention servant de soupape se relâche, nous assistons à un dégagement d’énergie sous toutes ses formes en catastrophe naturelle qui peut s’étendre sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés et même sur des centaines de kilomètres carrés.

Le parc Yellowstone aux États-Unis est un exemple typique de super volcan pouvant relâcher à tout instant tout son énergie cumulée depuis plusieurs siècles dans ce présent siècle. Les experts évaluent à plus de 4 000 mégawatts l’énergie stockée.

Il serait donc prudent et grandement temps d’exploiter ces genres de source thermale afin d’éviter des catastrophes naturelles irréversibles. La technologie est disponible pour exploiter ce genre d’énergie.

Cette énergie déjà stockée pourrait être stockée à nouveau sous forme d’hydrogène liquide et/ou accumulée dans des piles électriques rechargeables. En émettant l’hypothèse que le super volcan en constante évolution, nous pouvons supposer que l’utilisation de 15 à 30 % de cette énergie pourrait éviter une catastrophe régionale et permettre l’exploitation de 4,5 téra-wattheures de stockage énergétique sous forme d’hydrogène liquide et/ou de piles électriques rechargeables.

10. L’incertitude de l’influence de stockage d’énergie éolienne sur le climat

Le Canada offre de grandes superficies nordiques ainsi que le Québec avec ses plusieurs kilomètres de littoral pourrait facilement développer l’énergie éolienne pour stocker sous forme d’hydrogène liquide et/ou de piles électriques rechargeables. Seulement pour le territoire du Québec, le potentiel éolien le long des deux versants des côtes de la Baie d’Hudson, du Labrador, du fleuve St-Laurent, des îles Anticosti et de la Baie des Chaleurs pourrait produire plus de 3 téra-wattheures pouvant être stockés sous forme d’hydrogène liquide et/ou de piles électriques rechargeables.

11. L’incertitude de l’influence du stockage d’énergie hydraulique sur le climat

Les réserves hydroélectriques nordiques sont gigantesques et peuvent permettre l’accroissement de la production d’énergie stockée sous forme d’hydrogène liquide et/ou piles électriques rechargeables pour une quantité d’énergie dépassant les 4,5 téra-wattheures. Le coût de production de cet hydrogène liquide (équivalent kilowattheure) ne devrait pas être supérieur à 0,25 $ / kwh.

12. Le Centre de climatologie Coriolis-Vinci et ses composantes

Bâtiment de recherche en climatologie pour le troisième cycle doctoral et post doctoral et de formation clarifiant la problématique climatologique par l’enseignement de tous ces phénomènes aux gestionnaires internationaux des prochaines décennies. Bref, ce dernier se compose des éléments suivants :

  • Une structure extérieure statique de béton armé, de forme cylindrique à sa partie inférieure et sphérique à sa partie supérieure, est surmontée d’une coupole où est situé le centre des communications. Cette structure offre tous les espaces suffisants pour insérer les composantes nécessaires à l’étude, à la compréhension et à la recherche climatologique;
  • Des structures statiques secondaires donnent la forme sphérique des parois de la stratosphère et permettent d’y insérer les systèmes de lumière de type solaire ainsi que tous les radiateurs réfrigérants et frigorifiants pour simuler l’activité solaire et le froid spatial. Cette structure statique secondaire permet aussi un accès aux différentes chambres mécaniques, électriques, électroniques, salle d’observation, salle des caméras, salle des radars, salle des échantillonneurs et salle des capteurs, etc. Pour de plus amples détails, bien vouloir référer au diaporama;
  • Une structure dynamique tertiaire consiste en des anneaux métalliques d’acier ou de métaux légers (aluminium, magnésium) et agit comme axe de rotation de la terre et donne aussi accès pour fins d’entretien de la climat-sphère. Cette dernière structure agissant de support pour donner la forme sphérique de notre terre;
  • Une structure dynamique quaternaire de métaux légers (aluminium, magnésium) donne la forme sphérique de la terre. Cette dite structure auto portante se compose de cellules d’abeilles (réservoirs légers) et de câbles tenseurs qui se rattachent sur l’axe principal de rotation. Les réservoirs simulent les océans et les parois de la croûte terrestre fabriquées avec des matériaux de métaux légers et des recouvrements qui offrent des caractéristiques absorbantes et réfléchissantes sur le plan de l’énergie lumineuse;
  • Un système d’entraînement hydraulique à vitesse variable simule la rotation de la terre, le tout motorisé à l’aide d’énormes génératrices fonctionnant à l’hydrogène, au pétrole et gaz naturel afin que le Centre soit autosuffisant sur le plan énergétique et produise les gaz à effet de serre évitant ainsi un approvisionnement complexe et problématique;
  • Des salles de contrôle informatisées ultra modernes;
  • Une salle de communications informatisées d’avant-garde pour recevoir et transférer des bases de données pertinentes et des résultats;
  • Des ateliers d’entretien fortement outillés;
  • Des bureaux administratifs;
  • Des bureaux pour les chercheurs et des espaces nécessaires pour les bibliothèques pertinentes;
  • Un stationnement souterrain;
  • Des entrepôts;
  • Un amphithéâtre de 1 500 places avec toute la technologie de fine pointe du progrès scientifique pour les projections, les traductions simultanées et le son;
  • Un programme de formation continue avec projection de documentaires mis à jour pour les étudiants gestionnaires.

Pour de plus amples détails, voir le diaporama.

13. Une recherche prioritaire afin de prouver la faisabilité de la simulation de la gravité et du champ magnétique à petite échelle et de l’utilisation de particules chargées pour simuler les MES

La première recherche pouvant concrétiser la naissance du Centre de climatologie Coriolis-Vinci est de confirmer que la gravité peut-être reproduite à l’aide de champs électriques selon des théories déjà bien connues.

Il en est de même pour la reproduction du champ magnétique que nous pouvons concrétiser à l’aide d’une bobine à travers laquelle le courant sera variable.

Des produits offrant une granulométrie très fine et même microscopique peuvent posséder des caractéristiques diélectriques pouvant être utilisés pour simuler les matières en suspensions dan l’atmosphère.

14. Des programmes de recherche approprié et d’intérêts humanitaires

S.V.P. référer au tableau et à la diapositive ci-jointe.

15. Les retombées scientifiques

Le Centre de recherche Coriolis-Vinci peut être un phare pour les scientifiques locaux, régionaux, nationaux et internationaux, puisque nous pourrons à travers les différents programmes de recherche collaborer à l’avancement de :

  1. l’utilisation des nouvelles énergies;
  2. la consolidation de la recherche à travers le réseau de l’Université du Québec;
  3. le renforcement et la consolidation de la recherche spatiale en climatologie avec le Centre spatial canadien;
  4. le renforcement de la consolidation de la recherche océanographique avec la constituante de l’Université du Québec à Rimouski;
  5. le renforcement et/ou la consolidation de la recherche en volcanologie avec la constituante de l’U.Q.A.M.;
  6. le renforcement et/ou la consolidation de la recherche en géothermie avec la constituante de l’U.Q.A.M;
  7. le renforcement et/ou la consolidation de la recherche sur les effets des éruptions solaires avec l’Agence spatiale canadienne;
  8. le renforcement et/ou la consolidation de la recherche des effets El Niño, la Niña, la Noa et autres;
  9. le renforcement et/ou la consolidation de la recherche des effets du transport;
  10. le renforcement et/ou la consolidation de la recherche des effets sur les réserves hydrauliques et réserves d’eau potable;
  11. etc.

16. Les retombées économiques et sociales

Les retombées économiques et sociales sont gigantesques dans le sens que les décisions futures seront prises sereinement avec un esprit global communautaire dans le respect des diversités humaines, fauniques, environnementales et géographiques.

Les incertitudes climatiques et incertitudes de la survie étant éliminées ou du moins réduites, il sera plus simple de niveler les besoins énergétiques, de créer et de partager les richesses pour optimiser le bien-être de tous.

Pour le détail des investissements globaux mondiaux, veuillez référer au diaporama. En ce qui concerne la rentabilité du Centre, il ne fait aucun doute dans la tête des soussignés que cet outil de recherche et de formation qu’est le Centre de climatologie Coriolis-Vinci sera rentable sur la base de subventions fournies par les pays membres de l’ONU pour amortir l’investissement en infrastructure et que le Centre s’autofinancera par les subventions des entreprises privées intéressées dans les domaines énergétiques, militaires, transport, agro-alimentaire, pharmaceutique, médical et autres, car le succès économique de ces secteurs est fonction de la survie de l’Humanité.

L’éducation et la formation prônées par le Centre de climatologie <<Coriolis-Vinci>> assurera à elle seule la rentabilité du projet par une formation obligatoire de tous les gestionnaires des secteurs publics et privés sur tous les aspects primordiaux climatologiques touchant la survie et la vie planétaire. Pour la rentabilité et les coûts opérationnels, veuillez référer au tableau du diaporama.

17. L’amoindrissement du risque des impacts géopolitiques

Le Centre de recherche en climatologie <<Coriolis-Vinci>> sera aussi un centre de formation des gestionnaires en activités humaines, publiques et privées amoindrissant et/ou minimisant les risques de conflit pour le partage des ressources naturelles, tous ayant une vue globale et impartiale de la problématique climatologique de ses impacts sur la vie et la survie humaine et de son environnement écologique.

18. Le leadership de la sauvegarde de la vie en général au sens le plus large de notre langue française et de la vie humaine, animale, végétale et de son environnement écologique

La région, la province et/ou le pays qui implantera ce Centre de recherche jouira un prestige international en matière d’éducation, de formation et de recherche au sujet de la sauvegarde de la vie sur terre.

Ce pays sera également le leader pour établir le respect des droits et libertés de l’Homme.

19. à 26. Nous vous référons au diaporama intitulé : << OFFICIOM >> pour les explications, la vulgarisation et la compréhension des phénomènes, théories et / ou effets avancés par notre recherche!…Également après avoir pris connaissance d’un document publié en septembre 2003 par le ( IPCC / GIEC ) démontrant leur intérêt de clarifier de façon plus exhaustive les incertitudes et les risques reliés aux évaluations scientifiques sur le climat, nous avions déjà ébauché un modèle à base de probabilité pour répondre à cette problématique quasi insoluble à moins de construire le Centre de Recherche en Climatologie <<Coriolis-Vinci>>. Vous trouverez donc le Diapo intitulé <<RISKINC>> qui rassemble quelques paramètres créant interrogations, incertitudes et risques chez nos décideurs !…Espérant que ce diapo apporte une clarification simple et une justification rationnelle de la nécessité de construire un outils qui provoquera les paramètres forcés à révéler leur lois de comportement !…

 


 

DEMANDE EXPRESS DU CO-PRÉSIDENT

(MONSIEUR RAYMOND CHAMPAGNE, Ph.D.)

LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

EN

QUELQUES MOTS !...

LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

EXPLIQUÉS

SOUS FORME DE

TABLEAUX & GRAPHIQUES

&

LES INCERTITUDES & LES RISQUES

EXPLIQUÉS

SOUS FORME DE

GRAPHIQUES

Version officielle (finale révisée (2) ) 18 Décembre 2003

 


 

ÉST-CE QUE LA PLANÈTE SE RÉCHAUFFE !

  • RDI grand reportage, le (11 décembre 2003), présentait un documentaire qui laisse les néophytes très perplexes!...
  • En effet plusieurs scientifiques se penchent sur cette problématique et les opinions sont définitivement partagées pour de multiple raisons et entre autre, à cause d’un phénomène de perception et des méthodes d’analyse qui ne répondent pas au besoin!...
  • Le narrateur du reportage RDI clamait qu’il y avait deux écoles de climatologues :
    1. LES OPTIMISTES qui clament qu’il ne faut pas s’en faire et / ou s’alarmer, car notre planète à connu des cycles de réchauffement et de refroidissement au cours des siècles et / ou millénaires précédents et que la nature et le temps arrangera les choses;
    2. LES PESSIMISTES qui font du climat un instrument de propagande de catastrophes et l’annonce de la fin du monde;
  • Laissez-moi, si vous permettez, vous faire savoir que les écoles des climatologues présentent plusieurs écoles ou visions selon la personnalité des professionnels en cause :
  1. LES STATISTICIENS et / ou LES COLLIGEURS des paramètres du climat, soit ceux qui ne font que les compiler, les rapporter, les commenter à sa plus simple expression. Le climatologue qui fait un boulot pour gagner sa vie, QUOI!;
  2. LES IRRÉALISTES que nous pouvons associer aux optimistes qui ne perçoivent aucun problème dans la vie et qu’un OUI signifie un NON et un NON signifie un OUI, car c’est plus facile de suivre que de s’attarder à une problématique non évidente sans recherche et compréhension. C’est le caméléon parfait! Ce climatologue épouse les intempéries de son temps comme étant un phénomène normal de notre planète qui offre quelques fois des soubresauts. Ils s’adaptent donc à tous les environnements et même les événements catastrophiques;
  3. LES CONSCIENTISÉS qui perçoivent la problématique mais ne peuvent pas l’expliquer et ils ne peuvent pas faire le poids d’une explication et d’une solution ou de solutions pour réduire, minimiser et / ou éliminer les incertitudes et les risques inhérents;
  4. LES SINCÈRES ET LES CONVAINCUS, types de chercheurs acharnées qui veulent le bien-être de toutes les espèces vivantes de la planète;
  5. LES EXTRÉMISTES qui sont aussi des convaincus, mais ces derniers terrorisent les décideurs avec des arguments qui manquent de prospectives et de solutions de transition qui augmentent le degré des incertitudes et des risques inhérents et ce selon un ton qui ne convient pas et qui ne convainc pas;
  6. LES RÉALISTES ONUSIENS DE L’IPCC ET LES INIITIATEURS DU PROTOCOLE DE KYOTO qui ont une vision globale de notre planète et qui perçoivent les impacts positifs et négatifs du réchauffement de la planète. Ces derniers, DES VISIONNAIRES, veulent, par leurs recherches et leurs interrogations pertinentes, éviter des périodes de détresse et cherchent à préserver la vie sur notre planète;
  7. LES INSOUCIANTS ET LES AMBITIEUX qui ne font que profiter du moment présent sans se soucier du développement durable pour les générations futures;
  8. LES SILENCIEUX qui perçoivent cette problématique mais qui savent pertinemment bien qu’ils ne peuvent rien faire seuls;
  9. LES EXCLUS régis par un climat humain d’intolérance innée depuis des millénaires.

En réalité, il y a donc une grande nuance dans la définition des écoles, mais il n’en demeure pas moins que l’ignorance humaine, MÈRE DE TOUS LES VICES, conduit souvent cette humanité sur des chemins périlleux, des routes cahoteuses, des rivières tumultueuses, des océans déchaînés et des espaces inconnus. L’humanité apprend par expérience vécue et nouvelle! La prudence doit être de mise quand nous parlons de développement durable et nous devons analyser la pertinence de multiples scénarios y incluant les plus catastrophiques!... LA SAGESSE NOUS L’ENSEIGNE !... Car les maux rencontrés exigent des changements de CAP, de direction et des façons de vivre!...

L’effet de serre peut donc s’expliquer en ces termes vulgarisés :

  • Problème calorifique ou surchauffe d’une maison ayant un thermostat avec un ajustement déréglé pour des gens frileux mais qui ne tolèrent pas la chaleur! La fournaise s’emballe et on étouffe de chaleur!...
  • Problème calorifique créé par l’autoroute qui offre trop d’accès aux calories, ralentissant ainsi une circulation idéalement fluide, mais congestionnée par surabondance et manque de voies de circulation;
  • Une tuyauterie calorifique offrant des diamètres insuffisants pour rencontrer les débits, ces derniers générant une augmentation de pression et une surchauffe du moteur d’entraînement de la pompe;
  • Problème de surchauffe d’une voiture ou camion qui traîne une charge trop grande pour la capacité du moteur intégré;
  • Un convoyeur pouvant transporter 10 tonnes par heure dont l’alimentation est de 20 tonnes par heure! Alors il y a débordement au point d’alimentation!... Il faut donc mettre en pile (EN RÉSERVE) ou réduire l’alimentation et / ou la régulariser;
  • Un système sanguin donc les artères sont trop petites pour l’effort cardiaque nécessité par un surcroît d’effort physique. Donc augmentation de pression et de sudation;

Les GAZ À EFFET DE SERRE sont présentés au tableau qui suit. Ce tableau a été produit par le groupe de recherche de l’IPCC et repris par les chercheurs du GROUPE OURANOS.

Le principal GAZ À EFFET DE SERRE est la vapeur d’eau ou l’humidité de l’air ambiant. Les autres GAZ présentés dans ce tableau sont compilés avec un facteur équivalent CO2 et le temps nécessaire à sa dissipation!

Comme information supplémentaire nous vous joignons le graphique de l’annexe I du Protocole de Kyoto qui parle de lui-même en analysant la courbe de projection des combustibles fossiles.

 


wpeF.jpg (25723 octets)

 


wpeE.jpg (35863 octets)

 


Les sources énergétiques qui créent un cumul calorifique sont;

  • Les rayons cosmiques identifiés et non identifiés;
  • Les radiations solaires (la lumière);
  • L’activité volcanique;
  • L’activité humaine;
  • L’activité biologique;
  • L’activité bactériologique;
  • L’activité virale;

L’activité solaire varie dans le temps, mais son cycle établi à onze ans, peut être considéré comme étant constant pour fin de simplification de la problématique climatologique.

Les tableaux suivants résument et présentent les évaluations faites par quelques groupes de recherche reconnus ou non reconnus:

  1. Un groupe d’expert ONUSIEN sans dénomination;
  2. Le groupe d’experts intergouvernementaux de l’ONU soit l’IPCC (GIEC);
  3. Le consortium de recherche québécois ``OURANOS``;
  4. Le Groupe de recherche en climatologie ``CORIOLIS-VINCI``;

La première colonne identifie le ou les chercheurs et l’année de publication des résultats. La deuxième colonne présente les résultats des fourchettes calorifiques exprimées en degrés Celcius, et en second lieu, les résultats correspondants en valeur équivalente CO2. La troisième colonne classifie l’étendue de l’évaluation en régionale et globale.

Nous tenons à préciser que la température létale pour les êtres humains et plusieurs espèces vivantes est de 40 à 42 Celcius. Alors les données des tableaux parlent par eux-mêmes, et de fait, n’exigent aucune explication supplémentaire.

Je tiens tout de même à préciser que l’évaluation (1999) du Groupe de Recherche en Climatologie [Coriolis-Vinci] coïncide favorablement avec les résultats des experts de L’IPCC // GIEC (TAR-2001) et du Consortium OURANOS (2003)!... À peu de choses près, les résultats sont concordants!...

 


 

individu

ou

groupes

année

évaluation

centigrade

CELCIUS (C)

remarques

J.B.F.

Avant

météo

1827

PRÉVOIT

EFFET DE SERRE

B.A.

Début

Météo

1895

PRÉVOIT

IL Y A 110 ANS DÉJÀ,

L’EFFET DU CO2

G.E.I (N.I)

1967

2,5 C

EFFET DE SERRE GLOBAL

GIEC-IPCC (ONU)

1992

0,5 À 1,5 C

2 CO2

EFFET DE SERRE GLOBAL

F.A.R.

GIEC-IPCC

(ONU)

1997

1,0 À 3,5 C

2 À 4 CO2

EFFET DE SERRE GLOBAL

S.A.R.

G.C.V.

INFORMEL

1999

14 À 29 C

24 à 59 C

OU

1 À 2,2 CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

25 À 50 % DE RICHESSE

12 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

G.C.V.

INFORMEL

2000

14 À 29 C

40 à 80 C

OU

1 À 3 CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

25 À 75 % DE RICHESSE

12 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

 


individu

ou

groupes

année

évaluation

centigrade

CELCIUS (C)

remarques

G.C.V.

INFORMEL

2000

14 À 29 C

45 À 91 C

OU

1 À ( +3,4 ) CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

100 % DE RICHESSE

12 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

G.C.V.

INFORMEL

2000

14 À 68 C

27 À 136 C

OU

1 À (+5,1) CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

100 % DE RICHESSE

18 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

ENVIRON-NEMENT CANADA

2001

1 À 20 C

OU

INTERÉRÉTATION

COMPARATIVE

12 À 53 C

1 À (+ 2,0) CO2

EFFET DE SERRE RÉGIONAL

40 % DE RICHESSE

12 MILLIARDS DE POPULATION

AVEC PONDÉRATION HÉMISPHÉRIQUE

GIEC-IPCC

(ONU)

2001

1,5 À 6,5 C

+ 1,3

À

+ 4 CO2

+ 1 À + 4 CO2

EFFET DE SERRE GLOBAL

 


individu

ou

groupes

(SUITE)

année

(SUITE)

évaluation

centigrade

CELCIUS (C)

(SUITE)

remarques

(SUITE)

OURANOS

PRÉSENTATION

(A)

2003

10 FOIS LES BESOINS DE KYOTO

40 % RE : 4 %

( + 4 CO2) SEMBLABLE

AUX ESTIMATIONS DE GCV

2000

VOIR DIAPORAMA

OURANOS

PRÉSENTATION

(B)

2003

> 10 FOIS LES BESOINS DE KYOTO

35 % RE : 3 %

( + 4 CO2) SEMBLABLE

AUX ESTIMATIONS DE GCV

2000

VOIR DIAPORAMA

GCV

INFORMEL

CONTRE

VÉRIFICATION

OURANOS

*********

RÈGLE

DE

TROIS

2003

VALEUR

RÉGIONALE

BASÉE 1971 COMME ÉTALON DONNANT

= ( +4 À + 8)

VALEUR RÉGIONALE

PONDÉRÉE

AVEC LES FACTEURS HÉMISPHÉRIQUES

= =

( + 13 C À + 26C )

( + 53 C À + 106 C )

SOIT

VALEUR OURANOS

1 À +4 CO2


EN CONCLUSION LA VALEUR LÉTALE ( 40 DEGRÉS CELCIUS) POURRAIT-ÊTRE ATTEINTE PLUS RAPIDEMENT QUE NOUS POURRIONS L’IMAGINER SANS UNE PLANIFICATION ÉNERGÉTIQUE PRUDENTE ET SÉCURITAIRE!…

AUTRES VÉRIFICATIONS << RULE OF TOMB >> : 0,3 CO(2) REPRÉSENTE DE 4 À 8 CELCIUS RÉGIONALEMENT, ALORS 25 DEGRÉS CELIUS PERMETTRAIENT UNE ÉMISSION DE 1,8 CO2 POUR LE 4 DEGRÉS CELCIUS ET / OU 1,0 CO(2) POUR LE 8 DEGRÉS CELCIUS!…

 


individu

ou

groupes

(SUITE)

année

(SUITE)

évaluation

centigrade

CELCIUS (C)

(SUITE)

remarques

(SUITE)

  • DONC L’ICEBERG CALORIFIQUE EST FORT PROBABLE !.. MAIS INCERTAIN !…
  • L’EFFET DE BRASSAGE DE LA MASSE D’AIR PAR LES MONTAGNES PERMETTRAIT L’ÉMISSION D’UNE QUANTITÉ MAXIMALE DE CO2 DE ( 2,7 CO2 ), ESTMÉE NE DEVANT PAS ÊTRE DÉPASSÉ !… (voir graphique du Diaporama );
  • VÉRIFIONS AVEC LA RÈGLE  << RULE OF TOMB ET / OU RÈGLE DE TROIS>> :
  • 0,3 CO2 REPRÉSENTE UN RÉCHAUFFEMENT GLOBAL CONNU DE 0,6 CELCIUS;
  • ALORS UN RÉCHAUFFEMENT MAXIMAL DE 6,5 CELCIUS DEVRAIT GÉNÉRER UN MAXIMUM DE ( 4,6 CO2 ). UN RÉCHAUFFEMENT MAXIMAL DE 1,5 CELCIUS DEVRAIT GÉNÉRER UN MAXIMUM DE ( 2,1 CO2 );
  • À NOTER QUE LE RÉCHAUFFEMENT GLOBAL ACTUEL GÉNÈRE DÉJÀ UN ACCROISSEMENT CALORIFIQUE RÉGIONAL DE ( + 4 À + 8 )CELCIUS EN PÉRIODE ESTIVALE;
  • VÉRIFIONS LA RÈGLE << RULE OF TOMB ET / OU RÈGLE DE TROIS>> : 0,6 CELCIUS GLOBAL CONNU GÉNÈRE 4 À 8 CELCIUS EN RÉGION ALORS QUE 6,5 CELCIUS GLOBAL GÉNÉRERAIT ( 45 À 87 CELCIUS) !… ALORS 0,3 CO2 DU 1,3 CO2, RÉSULTAT DE OURANOS/IPCC REPRÉSENTE ENVIRON 25 % DE RICHESSE POUR UNE POPULATION DE 6 MILLIARDS;
  • ALORS (100 %) DE RICHESSE DEMANDERAIT UN NIVEAU DE CONSOMMATION ET D’ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE DE 1,2 CO2, SOIT : MOINS DE LA DEMIE DE LA CAPACITÉ DE BRASSAGE MAXIMAL DU RÉSEAU DES CHAÎNES DE MONTAGNES DE LA PLANÈTE CALCULÉE COMME ÉTANT 2,7 CO2 !..(RÉGIONALEMENT = +16C À +32C;
  • 100 % DE RICHESSE POUR UNE POPULATION DE 12 MILLIARDS POURRAIT TOLÉRER UNE ÉMISSION PROBABLE DE 2,4 CO2 !... (RÉGIONALEMENT = + 32C À + 64C );
  • !…SOIT : 89% du BRASSAGE MAXIMALE DU RÉSEAU DES MONTAGNES;
  • UNE POPULATION DE 16 MILLARDS D’INDIVIDUS PRODUIRAIT UNE ÉMISSION DE 3,2 CO2 SOIT : 119% De la capacité MAXIMALE DE brassage du réseau des chaînes de montagnes!…. ( Régionalement = + 44 C à + 80 C );
  • IL SERAIT DONC SOUHAITABLE ET SAGE DE FIXER LA CAPACITÉ DE PRODUCTION DE GAZ À EFFET DE SERRE À UN NIVEAU MAXIMUM DE 2 CO2 OU MOINS !!! ???? TOUT COMME KYOTO SOIT : 2 CO2 ; SOIT DE 50 % À 75 % DE RICHESSE POUR UNE POPULATION DE 12 MILLIARDS D’ÊTRES HUMAINS ( PERSONNES )!…
  • NOUS DEVONS DONC NOUS LIMITER À LA DEMIE DE LA VALEUR DE LA CAPACITÉ DE BRASSAGE DES MONTAGNES, SOIT : (1,35 CO2) ET DES EXIGENCES DE L’AUTOROUTE D’ÉVACUATION CALORIFIQUE, UNE NÉCESSITÉ VITALE TERRESTRE, CAR LES INCERTITUDES ET LE RISQUE DEMEURENT INSOUPÇONNÉS!.. LES VALEURS DE 1990 TEL QUE LES SCIENTIFIQUES DE L’IPCC LE SUGGÈRENT ET LE RECOMMANDENT, SEMBLENT D’UNE GRANDE SAGESSE!!.. NOUS VOUS RECOMMANDONS DE PORTER UNE ATTENTION TOUT À FAIT PARTICULIÈRE AU DIAPORAMA EXPLIQUANT NOTRE PERCEPTION ET LA COMPLEXITÉ DES RISQUES!…
  • LE TEMPS : SERA DONC UN GOULOT D’ÉTRANGLEMENT TRÈS, TRÈS IMPORTANT & L’HYDROGÈNE COMME COMBUSTIBLE PRINCIPAL LE SERA ÉGALEMENT, ET CE, SI ET SEULEMENT SI LE PROBLÈME CALORIFIQUE (THERMODYNAMIQUE) GÉNÉRÉ PAR CE COMBUSTIBLE AMÉLIORE LE GRADIENT DE L’AUTOROUTE CALORIFIQUE!…; NOUS ESPÉRONS UNE AMÉLIORATION MARQUÉE DE L’ORDRE DE 2,5, CE QUI PERMETTRAIT UNE DISTRIBUTION DE RICHESSE DE 100%, ET CE POUR UNE POPULATION DE

    15 MILLIARDS D’HABITANTS!.. (RECHERCHE IMPORTANTE À COMPLÉTER!…);

  • L’éducation sera sûrement le meilleur outil pour répandre le message important et incontournable de la problématique du climat et de l’utilisation des énergies dans son ensemble!….

 


Ces tableaux sont repris pour fins de clarifications, de compréhension et d’explications supplémentaires à la demande express de Monsieur Raymond Champagne, Co-Président du Groupe de recherche << Coriolis-Vinci >>.

Les deux graphiques suivants présentent de façon visuelle et avec une grande simplicité, les variations des émissions des gaz à effet de serre en (CO2 équivalent) et ces dernières en fonction du niveau de la répartition de la richesse et de l’activité énergétique selon les projections démographiques pour le prochain centenaire. L’information présentée dans les carrés teintés de gris spécifie l’effort requis pour éviter un effet de serre dévastateur.

 


 

wpeC.jpg (38337 octets)

 


 

wpeD.jpg (41226 octets)

 


En guise de conclusion, après analyse de ces deux graphiques, le niveau de richesse et des activités énergétiques (combustibles fossiles actuels) ne pourront pas dépasser 50% d’une population de 12 milliards d’humains!...

Le texte qui suit les tableaux ci-haut explique les exigences de la configuration structurale de notre planète en terme de brassage des masses d’AIR pour assurer un niveau de température inférieure à la limite de la température létale soit (de 40 à 42 degrés Celcius). Pour des fins de sécurité vitale, la quantité de (CO2 équivalent) est régie par la configuration des montagnes à une valeur qui ne doit pas excéder (2,7 CO2 équivalent)!...

Il est à noter que le protocole de KYOTO favorise un plafond de (2 CO2 équivalent)!...

Les documents techniques des Experts de L’IPCC, [ FAR (1992), SAR (1997), TAR (2001) ] laissent planer l’incertitude et n’élabore pas sur les solutions spécifiques et le degré de risque à envisager!...

Toutefois ces rapports recommandent et favorisent de mobiliser les cerveaux pouvant générer une recherche intensive, progressiste et innovatrice pour favoriser un développement durable!... On y recommande également une mise en place de politiques pouvant atténuer les effets néfastes des changements climatiques qui sont bel et bien enclenché!...

Le Groupe de Recherche en Climatologie [ Coriolis-Vinci ] est parfaitement conscient de cette problématique qui est en soit une réalité établie et prouvée par une recherche de plus de 7 000 heures. Suite à cette recherche approfondie et crédible, nous recommandons de mettre en place un outils de recherche essentiel, soit une CLIMAT-SPHÈRE pour réduire, minimiser et probablement éliminer les incertitudes qui persistent sur les changements climatiques qui nous attendent dans le prochain siècle et bien avant!...Et ce, pour réduire les risques d’une politique passive, de laisser-faire et / ou de laisser-aller!..

 

Cet outils est le Centre de Recherche en Climatologie [ Coriolis-Vinci ], une climat-sphère ou simulateur à l’échelle décrit dans nos diaporamas distribués aux autorités gouvernementales, para-publiques et privées, cette dernière ou ce dernier pouvant simuler plusieurs paramètres que les simulateurs informatisés qui prennent de cinq à dix ans à valider ne pourront reproduire les lois qui régissent ces nouveaux paramètres que nous voulons y étudier car ces lois sont totalement inconnues!...

Pour une compréhension rapide du projet, nous vous suggérons de regarder les diaporamas suite à la lecture de ce résumé synthèse de cette recherche intense afin de mieux connaître ce projet de recherche en climatologie tout en persévérant avec les simulateurs informatiques afin de réduire le risque principal, soit le << TEMPS >> dont nous disposons pour provoquer les heureux hasards de la découverte pour sécuriser la VIE sur notre planète TERRE!...

 


 

L’EFFET DE SERRE

 

SES INCERTITUDES

&

SES RISQUES

Version officielle (finale révisée (2) ) 18 Décembre 2003

 

 


 

Les incertitudes et les risques exprimés de façon combinée sous forme de graphiques et sous forme de probabilités :

Nous pouvons présenter les incertitudes et les risques sous forme de probabilités et / ou sous forme graphiques, et ce, avec une grande latitude de présentations.

Nous avons combiné les deux méthodes afin d’optimiser la compréhension des impacts réels!...

Nous vous proposons donc quatre graphiques parmi une multitude de graphiques possibles qui peuvent représenter différents aspects qui augmentent ou diminuent les incertitudes et les risques de ne pas s’occuper de la problématique de l’effet de serre!...

Voici ces quatre graphiques significatifs :

  1. Les risques calorifiques rattachés à une fourchette de variation de la hausse des températures globales en fonction de la production des rapports de l’IPCC soit les rapports ( FAR-1992 ), ( SAR-1997 ), ( TAR-2001 );
  2. L’INDICE combiné reflète l’impact du temps, du niveau d’éducation, du niveau de communication et du niveau d’énergie par une société idéale;
  3. IDEM à l’explication (2), mais reflète un niveau de communication qui varie de 5 % à 95% d’utilisateurs. Le peu de communication et l’information erronée et ou désinformation peut accroître la perception négative de certains faits;
  4. IDEM à l’explication (2), mais la déficience au niveau de l’éducation augmente les incertitudes et les risques par le phénomène des paradigmes inconscients mais bel et bien présents et bien ancrés;

Expliquons donc ces quatre graphiques :

1. Le premier graphique présente le degré des incertitudes croissantes et des risques inhérents croissants en fonction des dates de production des trois premiers rapports des experts de l’IPCC qui s’étalent sur une période de plus de dix ans (1988 à 2001) et celui qui sera publié en 2007. Si la tendance se maintient, nous aurons des surprises en 2007 que nous avons extrapolées en terme d’indice prévisible probable!... Et de fait, si rien ne bouge entre la production du prochain rapport prévue pour 2007, la problématique, ELLE, ne s’atténuera pas!…

 


     

    wpe10.jpg (30065 octets)

    Le premier graphique présente donc l’indice des incertitudes et des risques au niveau le plus bas soit (de 1 à 2) pour une fourchette inférieure de l’augmentation de la température globale comme étant l’élément principal des contraintes créatrices de cette problématique climatique!... Nous constatons sur le graphique que pour tous les rapports publiés et à venir la fourchette inférieure de la température globale passe de (1 à 2) et que l’indice de la fourchette supérieure des températures globales passe de (2 à 20) soit un facteur de croissance de plus de 10. Alors le TEMPS et le cumul des connaissances précisent les incertitudes et les risques!... Une PRO-ACTION serait un élément important dans le désamorçage de la problématique des changements climatologiques et la réduction de l’indice!...

    2. Le deuxième graphique représente le niveau des incertitudes et des risques inhérents d’une société idéale, éduquée, conscientisée, ayant à sa disposition un réseau de communication parfait et l’utilisation de différents niveaux d’énergie (0% à 100%). Nous remarquons que les différents niveaux d’énergie se confondent en une courbe unique pour ce cas idéal et présente l’indice du niveau des incertitudes et du niveau des risques à une moindre valeur fixée (de 1 à 20 )!...

     


     

    wpe11.jpg (38579 octets)

     


3. Le troisième graphique reflète un niveau d’éducation qui varie de 5% à 95% des individus (instruits et / ou éduqués)!... Et ce pour des niveaux d’utilisation des énergies disponibles variant de 0% à 100%. Nous remarquons que l’indice des risques inhérents et des incertitudes demeure inférieure à ( 50 ) pour une utilisation des énergies disponibles à un niveau inférieur à ( 60% ) du niveau maximal!.. Par contre l’utilisation d’un niveau d’énergie supérieur et / ou maximal fait grimper de façon marquée l’indice des incertitudes et des risques inhérents à un niveau de ( plus de 400, soit huit ( 8 ) fois supérieur)!...

     


    wpe12.jpg (38354 octets)

4. Le quatrième graphique présente un indice des incertitudes et des risques inhérents qui se situe au niveau minimal, soit entre ( 0 et 1 ) et ce jusqu’à concurrence d’un niveau de (25% ) des gens qui possèdent un niveau de communication déficient et un bagage de connaissances acquis sur une trop longue période!...Alors, plus nous retardons à éduquer les gens sur le climat et d’une utilisation néfaste des énergies fossiles et autres, plus le niveau des incertitudes et des risques inhérents augmentera avec un indice combiné de grande valeur qui atteint une valeur plus de (8 000)!... Pour des gens éduqués qui communiquent positivement à un niveau de (75%) et ce au moment opportun, l’indice des incertitudes et des risques inhérents demeure à un niveau acceptable soit de (0 à 200) !... Pour ce qui est du niveau d’éducation de ( 5% ), d’une communication déficiente et cette dernière faite en retard et / ou au mauvais moment, l’indice des incertitudes et des risques inhérents grimpe en flèche pour atteindre des valeurs de l’ordre de ( 8 000 ) soit : 40 fois supérieur!...

 


wpe13.jpg (40483 octets)

 


EN GUISE DE CONCLUSION DE CE THÈME:

 

Le cocktail idéal pour favoriser le terrorisme, la révolte, les dégâts, les soubresauts du climat se définit par une communauté internationale exploitée et tenue à l’écart pour des divergences d’opinions, qu’elles soient philosophiques, matérialistes, éducationnelles, confessionnelles, politiques, économiques ou autres!... Le TEMPS est extrêmement important et suit les lois de la relativité d’Einstein!...

Le temps peut être source :

  • D’un cumul d’ignorance;
  • D’un manque ou de difficultés de communication efficace;
  • D’une répartition et une utilisation des énergies allant à l’encontre des limites des lois qui régissent la vie humaine;
  • D’un laisser-faire qui défavorise la communauté internationale ou planétaire;
  • D’un laisser-aller qui défavorise la communauté internationale ou planétaire;
  • D’une mauvaise gestion des facteurs humains et des caractéristiques imprévisibles d’un milieu ( le CLIMAT ) partiellement connu qui défavorisera la communauté internationale ou planétaire;

 

Espérant que ce rapport synthèse rédigé pour les décideurs conscientisés du niveau institutionnel, universitaire, gouvernemental et privé favorise un éclairage supplémentaire, une réflexion positive et progressiste, et une action pro-active, emballant pour tous et toutes au nom du respect et de la sauvegarde de la vie qui règne sur notre planète [ TERRE ]!...

 


CONCLUSION DES MISES À JOUR

Le Centre de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >> doit aller de l’avant avec les modifications de la structure architecturale du bâtiment évalué à plus de 400 millions de dollars US!… Somme qui s’ajoute au 1,6 milliards de dollars USA prévue lors de la planification initiale de ce projet!… La poursuite de notre recherche malgré les revers et / ou refus des gestionnaires de fonds afin de financer ce projet, nous a permis la découverte des marées calorifiques et l’effet des phases lunaires sur la géométrie de l’atmosphère et de la ceinture de radiations VAN ALLEN, elle-même!… Malgré les coûts élevés de cet ajout ou modification au concept de base de la structure architecturale, le rôle premier de cet outils indispensable ne change en rien car nous connaissons quelques critères de design supplémentaires fort important!…Le risque de ne pas aller de l’avant avec ce projet sera grand !…Et sûrement, il sera gênant d’expliquer les drames humains causés par cette problématique connue de par nos experts et de nos décideurs!… Quand il faudra justifier devant une commission technique le pourquoi de l’inaction, nous ne pourrons pas nous défendre pour des raisons de manque d’outils potentiels à notre portée car ils existent bel et bien!… Il suffit de les construire et de les utiliser à bon escient et au meilleur de nos connaissances temporelles!…De plus la réflexion sur la problématique climatologique que nous vivons et les aspects conceptuels de se doter d’un outils de recherche innovateur nous a permis de clarifier l’importance et l’influence du satellite naturelle de la planète TERRE!… Preuve que le cocktail du choc de certaines idées provoque l’émergence de perceptions différentes bénéfiques qui clarifient des paramètres inconnus de notre climat et qui pourront provoquer la découverte de plusieurs autres paramètres inconnus et insoupçonnés par l’utilisation des cocktails calorifiques et autres substances qui seront designer pour forcer ce simulateur à nous révéler l’inconnu de nos connaissances acquises et de prévoir l’imprévisible <<ON LIVE>> à l’échelle réduite!…

En ce qui concerne le retour sur investissement, il sera de moins de 50 ans et représente une courte période de l’existence de l’humanité pour des investissements en développement durable et en reconstruction qui représentent plus de 90,000 x 1012 dollars (USA). Donc cette recherche est une goutte d’eau dans les océans et les mers du développement durable, mais combien bénéfique pour les administrateurs, les gouvernements, les entreprises, les industries, la sécurité publique et la survie de l’humanité et son environnement!…

Comment pouvons-nous encore hésiter après plus de dix saisons estivales dépassant de loin les valeurs normales des températures maximales journalières en se référant à l’étalon (période de référence 1971).

Une ré - ingénierie complète des statistiques météorologiques sont à parfaire et il ne faut pas attendre les nouvelles données pour prendre action dans cette recherche nécessaire pour la prise de décision éclairée!…

Les revenus de formation obligatoire et les bénéfices économiques énormes permettront une transition harmonieuse entre les vieilles énergies et les énergies renouvelables nouvelles ainsi que les nouveaux concepts d’urbanisme qui seront nécessaires pour accueillir les six prochains milliards d’individus sur terre. Les bénéfices humanitaires seront supérieurs et assureront la survie et une meilleure qualité de vie.

 


RECOMMANDATIONS SANS ÊTRE ALARMISTE

  • Faire connaître ce projet de recherche modifiée et / ou mis à jour pour comprendre, clarifier la problématique climatologique que nous vivons à l’aide de la technologie de l’information électronique (WEB) en utilisant les diaporamas conçus par Régis Lapierre, ing., présentés aux autorités universitaires de l’UQTR en compagnie de Monsieur Raymond Champagne, ex Doyen à l'enseignement du premier cycle de l’UQTR et autres membres intéressés de l’UQTR ainsi qu’à toutes les instances gouvernementales et autres. La somme requise pour une opération annuelle sera de l’ordre de 10 000,00$ par année;
  • Compléter dans les meilleurs délais la conception et les plans de réalisation et de construction de ce magnifique et indispensable Centre de Recherche en Climatologie d’envergure internationale et le construire dans les meilleurs délais;
  • car le temps passe, la démographie croît et progresse à pas de géant, les besoins humanitaires abondent et le climat présente des signes avant coureur qu’une meilleure connaissance des paramètres de notre climat planétaire doit favoriser une politique de développement durable et ce avec certitude car des conséquences insoupçonnées et indésirables se feront sentir;

 


Cette dernière mise à jour soit le rapport synthèse et les diaporamas reflètent le fruit d’un travail de recherche de plus de sept milles heures démontrant le sérieux de cette problématique à ne pas minimiser et à ne pas ignorer car l’iceberg calorifique causera des dommages sérieux au TITANIC humain.

Régis Lapierre, ing., (août à décembre 1999)

Régis Lapierre, ing., (19 mars 2000)

Régis Lapierre, ing., (8 décembre 2001)

Régis Lapierre, ing., (25 août 2003)

Régis Lapierre, ing., (25 septembre 2003)

Régis Lapierre, ing., (25 octobre 2003)

Régis Lapierre, ing., (25 novembre 2003)

Régis Lapierre, ing., (18 décembre 2003)

Président du :

<<Groupe Coriolis-Vinci>>

&

Président du :

<<Centre de Recherche en Climatologie Coriolis-Vinci>>

 

Pj : Ébauche du Centre de Recherche en Climatologie UQTR

Août à Décembre 1999

Février / Mars 2000

 


CLIMAT-FRONT-CLARA-CARLOS.jpg (75183 octets)


ÉBAUCHE

DU

CENTRE CLIMATIQUE

DE L’UNIVERSITÉ DU QUÉBEC

TROIS-RIVIÈRES

SOMMAIRE DU PROJET

AOÛT-SEPTEMBRE-OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE

1999

DOCUMENT PRÉSENTÉ

AU

MINISTÈRE

( INDUSTRIE-COMMERCE / SCIENCES-TECHNOLOGIE )

EN

FÉVRIER-MARS 2000

ACCUSÉ DE RÉCEPTION MARS 2000

Un rappel historique!…

SCHÉMAS STRUCTURAL

DU

BÂTIMENT ET DES ÉQUIPEMENTS

RETOMBÉS ÉCONOMIQUES

Mars 2000

 


DESCRIPTION

EMPLOIS

COÛTS

P.B./C.D.R.E.C.

COMMENTAIRES

CONSTRUCTION

2400

1,200 M$

0,08 AN

PAR SINISTRE PROVINCIAL

6 MM$

IDEM

IDEM

IDEM

0,80 AN

PAR SINISTRE NATIONAL

120 MM$

IDEM

IDEM

IDEM

0,00010 AN

PAR SINISTRE INTERNATIONAL120 MM$

INVESTISSE-MENT/BÉNÉFI-CIAIRE

     

0,20$/HUMAIN

OPÉRATION

237

15 M$

X

X

PROJETS COMPARATIFS

DESCRPTION

EMPLOIS

COÛTS

P.B./PROJET

COMMENTAIRES

STADE OLYMPIQUE

 

1,4 MM$

40 ANS

24$/BÉNÉFI-CIAIRE

TRÈS PEU RENTABLE

PONT DE LA

CONFÉDÉRA-TION

 

1 MM$

50 ANS?

5$/BÉNÉFI-CIAIRE

TRÈS PEU RENTABLE

MUSÉE DE T.R.

 

12 M$

XX ANS?

400$/BÉNÉFI-CIAIRE

CATASTRO-PHIQUE

 


 


 

CROQUIS ISOMÉTRIQUE SIMPLIFIÉ

DU

CENTRE CLIMATIQUE UQTR

 

SPHÈRE CLIMATIQUE

BÂTIMENT (300M X 300MX 300M)

 


wpe14.jpg (21806 octets)

 


  • PAROI ORANGE FIXE COUVERTE DE LUMIÈRES SOLAIRES ET AUTRES!
  • PAROI JAUNE MOBILE OU EN ROTATION SELON AXE NORD-SUD
  • ROTATION DANS LE SENS DES AIGUILLES D’UNE MONTRE!
  • ENTRAINEMENT DE ROTATION PAR MOTEUR HYDRAULIQUE À LA BASE ET AU SOMMET DE LA SPHÈRE…
  • STRUCTURE PÉRIPHÉRIQUE DE BÉTON ARMÉ…
  • STRUCTURE DE LA SPHÈRE EN ACIER ET OU EN ALUMINIUM/MAGNÉSIUM…
  • PAROI DES RÉSERVOIRES EN ACIER RECOUVERT D’UNE MEMBRANE D’ÉTANCHÉITÉ ET PROTECTRICE CONTRE LES EFFETS CORROSIFS…
  • SPHÈRE DE LA TERRE ET DES OCÉANS EN VERRE POUR LES PARTIES OCÉANOGRAPHIQUES ET EN MATÉRIAUX AYANT LES CARACTÉRISTIQUES RÉFLÉCHISSANTES DU SOL TERRESTRE POUR LES CONTINENTS…
  • LA TOPOGRAPHIE DES MONTAGNES ET DU FOND MARIN SERONT SELON LES ÉLÉVATIONS PROPORTIONNELLES…
  • LA PARTIE ORANGE POINTILLÉE SERA DE L’AIR QUI CIRCULERA À LA VITESSE PROPORTIONNELLE DE LA ROTATION DE LA TERRE….(APPROXIMATIVEMENT 1640 KM/HRE X (FACTEUR ÉCHELLE))…
  • LES PÔLES MAGNÉTIQUES SERONT SIMULÉS…
  • LES PÔLES (GLACÉS) SERONT SIMULÉS PAR CONGÉLATION…MAX –18 DEGRÉ CENTIGRADE??
  • L’HUMIDITÉ SERA SIMULÉE PAR DES HUMIDIFICATEURS…
  • LA TEMPÉRATURE SERA SIMULÉE PAR CHAUFFAGE ET CLIMATISATION…
  • LE RÉCHAUFFEMENT DE LA MASSE D’AIR ET DES RÉSERVOIRS MARINS SERA SIMULÉ PAR DES LUMIÈRES SOLAIRES QUI SERONT CONTRÔLÉES PAR DES SYSTÈMES ORDINÉS AFIN DE GÉNÉRER LES EFFETS DU JOUR ET DE LA NUIT AINSI QUE L’ANGLE D’ENTRÉE DES RAYONS DU SOLEIL DANS L’ATMOSPHÈRE SELON L’AXE DE ROTATION DE LA TERRE….
  • LES SOURCES GÉOTHERMALES ET VOLCANIQUES SERONT SIMULÉES PAR DES SYSTÈMES DE CHAUFFAGE APPROPRIÉS…
  • LES PHÉNOMÈNES D’IONIZATION ET DES CHAMPS ÉLECTRIQUES SERONT SIMULÉS PAR DES APPAREILS APPROPRIÉS…
  • LES CHERCHEURS CUMULERONT AUSSI TOUTES LES DONNÉES DÉJÀ EXISTENTES EN PROVENANCE DES VOLS AÉRIENS TRANSCONTINENTAUX ET DES VOLS SPATIAUX AINSI QUE TOUS LES RÉSULTATS DES SONDES ATMOSPHÉRIQUES LARGUÉES DE PAR LE MONDE, LES DONNÉES DE NAVIGATION DES NAVIRES DE SURFACE ET DES SOUS-MARINS EN PROFONDEUR, AINSI QUE TOUTES LES DONNÉES DES BOUÉES DE SURFACE ET EN PROFONDEUR DANS LES OCÉANS TRANSMISES PAR SATELLITES AFIN DE CORRELER LES DONNÉES AVEC LES RÉSULTATS DE RECHERCHE DU CENTRE CLIMATIQUE DE TROIS-RIVIÈRES…

 


 

COUPE TRANSVERSALE

DU

CENTRE CLIMATIQUE

UQTR

 

 

CENTRE CLIMATIQUE UQTR

COUPE TRANSVERSALE

 


wpe15.jpg (49661 octets)

 


 

BÉNÉFICES DU CENTRE CLIMATIQUE

ET/OU

DE CET INVESTISSEMENT

INFRA-STRUCTURE UNIVERSITAIRE

 


 

COMPLÉMENTARITÉS DIRECTES :

  • EN MÉTÉOROLOGIE;
  • EN AÉROSPATIAL;
  • RADARSAT;
  • EN ENVIRONNEMENT DE L’AIR(QUALITÉ DE L’AIR);
  • EN PRÉVISIONS DES TORNADES, CYCLONE, VENTS VIOLENTS;
  • EN PRÉVISION DES PRÉCIPITATIONS;
  • EN PRÉVISION DU RÉCHAUFFEMENT DE L’AIR;
  • EN PRÉVISION DU RÉCHAUFFEMENT DES MASSES D’EAU(SURFACE ET PROFONDEUR, VOLUME);
  • EN PRÉVISION DE LA DÉSERTIFICATION;
  • EN PRÉVISION DE LA DÉFORESTATION ET FEUX DE FORÊT;
  • EN PRÉVISION DE L’AGRICULTURE;
  • EN PRÉVISION DE LA FAUNE;
  • EN PRÉVISION DE LA FLORE;
  • EN PRÉVISION DES INONDATIONS;
  • EN PRÉVISION DE LA FONTE DES CALOTTES GLACIÈRES;
  • ET AUTRES;

 


COMPLÉMENTARITÉS INDIRECTES

  • EN PLANIFICATION DES TRANSPORTS AÉRIENS, AÉROSPATIALES, NAVAUX, FERROVIAIRES, ROUTIERS;
  • EN PLANIFICATION DES INFRA-STRUCTURES HYDRAULIQUES;
  • EN PLANIFICATION DES INFRA-STRUCTURES DU TRANSPORT;
  • EN PLANIFICATION DES INFRA-STRUCTURES URBAINES;
  • EN PLANIFICATION DES INFRA-STRUCTURES TOURISTIQUES;
  • EN PLANIFICATION DE FORMATION(ÉDUCATION, ENSEIGNEMENT, RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT);
  • EN PLANIFICATION ÉCONOMIQUE;
  • EN PLANIFICATION SOCIALE(SANTÉ, SÉCURITÉ, HYGIÈNE, ETC.);

 


COMPLÉMENTARITÉS RÉGIONALE, PROVINCIALE, NATIONALE, INTERNATIONALE :

  • TROIS-RIVIÈRES(UQTR EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET ENVIRONNEMENT);
  • CHICOUTIMI(UQAC AVEC LES CHANGEMENTS CLIMATOLOGIQUES);
  • RIMOUSKI(UQAR EN OCÉANOGRAPHIE);
  • MONTRÉAL(UQUAM AVEC URBANISME ET GESTION DE PROJETS);
  • OTTAWA(ENVIRONNEMENT CANADA AVEC LES CHERCHEURS SUR LES EFFETS DU CHANGEMENTS CLIMATIQUE);
  • ONU(AVEC LEUR DÉPARTEMENT ENVIRONNEMENTAL ÉTUDIANT LES EFFETS DES CHANGEMENTS CLIMATOLOGIQUES);
  • LA NASA(AVEC LA RECHERCHE PAR SATELLITE EN COURS);

 


BÉNIFICES ÉCONOMIQUES DE TROIS-RIVIÈRES :

  • 1,200 M$ D’INVESTISSEMENT;
  • 2400 EMPLOIS EN CONSTRUCTION ET EN USINE;
  • 237 EMPLOIS PERMANENTS DE HAUTE TECHNOLOGIE;
  • ATTRAITS UNIVERSITAIRES POUR LES CHERCHEURS DE L’EXTÉRIEUR;
  • ATTRAITS TOURISTIQUES POUR LES PROFANES ET SCIENTIFIQUES;
  • LOGEMENTS;
  • CONGRÈS;
  • HÔTELLERIE & RESTAURATION;
  • RENOMMÉE INTERNATIONALE…;
  • ETC….

 


 

TABLEAU DU PERSONNEL REQUIS

LE PERSONNEL

NOMBRE

MATHÉMATICIENS

10

INFORMATICIENS

10

MÉTÉOROLOGISTES

5

CLIMATOLOGISTES

5

VULCANOLOGUES

5

OCÉANOGRAPHES

5

ÉLECTRONICIENS

5

MÉCANICIENS

5

ÉLECTRICIENS

5

GÉOLOGUES

5

SPÉCIALISTES DE L’ATMOSPHÈRE

5

PHYSICIENS

5

TECHNICIENS

120

SECRÉTAIRES

15

DIRECTEUR GÉNÉRAL

1

DIRECTEURS DE GROUPE

11

COMPTABLÉS

5

RECHERCHISTES

5

RELATIONISTES

5

ASTRO-PHYSICIENS

5

TOTAL :

237

ET PLUS ENCORE!

 


LES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES

LES PLUS IMPORTANTS DU 20ÈME SIÈCLE


 

wpe16.jpg (12159 octets)

 


wpe17.jpg (23418 octets)

 


wpe18.jpg (21663 octets)

 

 

 

 

 

 

 

 


 

wpe19.jpg (10666 octets)wpe1A.jpg (15920 octets)

 


ÉTALEMENT DES FONDS DE RECHERCHE REQUIS

RÉALISATION

OURANOS

CORIOLIS-VINCI

Version officielle (finale révisée (2) ) 18 Décembre 2003

À la demande express du Co-Président

Du

Groupe de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >>

Monsieur Raymond Champagne, Ph.D.

 


 

ÉTALEMENT DES FONDS DE RECHERCHE REQUIS

RÉALISATION

OURANOS

CORIOLIS-VINCI

 

 


 

wpe1B.jpg (22734 octets)

 


#

PROJETS

DESCRIPTION

MONTANTS (MILLION $)

ORGANISMES

DE RECHERCHE

1

PAROIS TRANSPARENTES

EGG’S LUNAR

RECHERCHE EN OPTIQUE

ÉQUIVALENTE ET STRUCTURALE

1,5

URGENT

CENTRE DE RECHERCHE EN OPTIQUE DU QUÉBEC

2

LES UNITÉS SOLAIRES

0,5

LES CONSULTANTS VFP INC.

ET

GE ET/OU SYLVANIA

3

LES UNITÉS SIDÉRALES

2,0

LES CONSULTANTS MESAR ET UQTR GÉNIE MÉCANIQUE

4

ÉTANCHÉITÉ DES PAROIS

DE EGG’S LUNAR

0,5

LES CONSULTANTS

JOHNSTON VERMETTE

PLURITEC LTÉE

5

ROBOTISATION

DES

ÉCHANTILLONNEURS

MULTIPLE FONCTION

5,0

CRIQ

ET

ARMAND FRAPPIER

UQAM

6

SYSTÈMES INFORMATIQUES

DES CONTÔLES

ÉLRCTRIQUES

MÉCANIQUES

HYDRAULIQUES

PNEUMATIQUES

AUTRES

5,0

UQTR & SHERBROOKE

GÉNIE ÉLECTRIQUE

INFORMATIQUE

7

ANALYSE STRUCTURALE

STATIQUE

MÉTAUX LOURDS

2,0

POLY

8

ANALYSE STRUCTURALE

DYNAMIQUE

MÉTAUX LÉGERS

&

COMPOSITES

2,0

POLY

&

UQTR

ETS

 


#

PROJETS

DESCRIPTION

MONTANTS (MILLION $)

ORGANISMES

DE RECHERCHE

9

SYSTÈME MANAGÉRIAL

D’OPÉRATION

&

SÉCURITÉ D’EXPLOITATION

0,5

ISONORM GROUPE CONSEIL INC.

10

SYSTÈME DE SÉCURITÉ

COMMUNICATION

0,5

MCGILL

GÉNIE INFORMATIQUE

11

SYSTÈME DE COMMUNICATION

MANAGÉRIALE

5,0

UQAM-ETS

INFORMATIQUE

TÉLÉBEC

RADIO-Canada

TÉLÉ-FILM Canada

12

SYSTÈME DE CONTRÔLE

INFORMATISÉ INTERNE

SIMULATION CLIMATOLOGIQUE

DE LA

CLIMAT-SPHÈRE

10,0

LAVAL

GÉNIE

MÉCANIQUE

ET

ÉLECTRIQUE

ET

INFORMATIQUE

13

SYSTÈME D’ENTRAINEMENT

ROTATION

DE LA

CLIMAT-SPHÈRE

0,5

POLY-MCGILL

GÉNIE

MÉCANIQUE

MÉTALLURGIE

DOMINION BRIDGE

ALLIS-CHALMERS

14

SYSTÈME DE SUPPORTS

POUR

ROULEMENT À BILLES

DE GRANDES DIMENSIONS

5,0

POLY-MCGILL

GÉNIE

MÉCANIQUE

MÉTALLUERGIQUE

CRIC

15

RECHERCHE SYSMIQUE

&

DESIGN DES FONDATIONS

APPROPRIÉES

2,0

POLY-MCGILL

GÉNIE

CIVIL STRUCTURE

GPR GÉOPHYSIQUE INTERNATIONAL INC.

16

RECHERCHE ÉDUCATIONNELLE

SALLE DE PROJECTION

TRADUCTION SIMULTANÉE

EFFETS SPÉCIAUX

DÉMONSTRATION

1,0

RADIO-Canada

TÉLÉ-QUÉBEC

TÉLÉ-FILM Canada

POLY

GÉNIE

ÉLECTRIQUE-INFORMATIQUE

17

SALLE DE RECHERCHEURS

&

EXPERTS

2,0

UQAM-LAVAL-MONTRÉAL

ARCHITECTURE

DESIGN INTÉ.RIEURE

GÉNIE INFORMATIQUE

 


#

PROJETS

DESCRIPTION

MONTANTS (MILLION $)

ORGANISMES

DE RECHERCHE

18

SALLE DES COMMUNICATIONS

GLOBALES

3,0

POLY

GÉNIE

19

RECHERCHES DES PAROIS SOLAIRES

1,0

LAVAL

CRIQ

20

RECHERCHE POUR RECYCLAGE

DES GAZ INTERNES

TOXICOLOGIE

&

MANUTENTION

2,0

UQAM

ARMAND-FRAPPIER

UQAM-ETS

GÉNIE

MÉCANIQUE

CHIMIQUE

21

SYSTÈME D’ENTRAINEMENT

MÉCANIQUE

INFÉRIEURE & SUPÉRIEURE

5,0

POLY UQAM-ETS MCGILL

GÉNIE MÉCANIQUE

MÉTALLURGIQUE

22

SYSTÈME D’ENTRAINEMENT

HYDRAULIQUE

INFÉRIEURE & SUPÉRIEURE

5,0

POLY UQAM-ETS MCGILL

GÉNIE MÉCANIQUE

MÉTALLURGIQUE

23

FORMATION CONTINUE

VULGARISATION

MANAGEMENT

PROSPECTIVE

SÉCURITÉ

CLIMATOLOGIE

MÉTÉOROLOGIE

5,0

UQTR-UQAM-MCGILL

GÉOGRAPHIE

SCIENCES DE LA TERRE

&

SCIENCES DE L’ATMOSPHÈRE

24

RECHERCHES

BASSINS OCÉANOGRAPHIQUES

5,0

LABORATOIRE HYDRAULIQUE

LASALLE

POLY

GÉNIE HYDRAULIQUE

25

RECHERCHES

MATÉRIAUX COMPOSITES

SIMULANT

RÉFLEXION TERRESTRE

2,0

LAVAL

GÉNIE FORESTIER

GÉNIE GÉOLOGIQUE

26

RECHERCHES

SUPERFICIES OCÉANIQUES EXPOSÉES ÉQUIVALENTES

&

ÉVAPORATION

2,0

LABORATOIRE HYDRAULIQUE

LASALLE

ET POLY

GÉNIE CIVIL

GÉNIE HYDRAULIQUE

27

RECHERCHES ÉLECTROMAGNÉTISME

2,0

LOYOLA

ELECTRICAL ENGINEERING

28

RECHERCHES

CHAMPS ÉLECTRIQUES

2,0

UQTR, UQAM-ETS

GÉNIE ÉLECTRIQUE

GÉNIE ÉLECTROMAGNÉTIQUE

29

RECHERCHES

CHAMPS MAGNÉTIQUES

3,0

MCGILL

GÉNIE GÉOLOGIQUE

GÉNIE ÉLECTRIQUE

#

PROJETS

DESCRIPTION

MONTANTS (MILLION $)

ORGANISMES

DE RECHERCHE

30

RECHERCHES

COMPOSANTES DES COCKTAIS

CLIMATIQUES

MES

CHIMIQUES

BACTÉRIOLOGIQUES

10,0

UQTR

UQAM-ARMAND-FRAPPIER

ÉPÉDIMIOLOGIE

CHIMIE

BIOLOGIE

GÉOGRAPHIE

31

RECHERCHES

SUIVI ON LIVE

JEU DE CAMÉRAS

10,0

AGENCE SPATIALE

POLY

UQAM-ETS

GÉNIE OPTIQUE

GÉNIE ÉLECTRIQUE

GÉNIE COMMUNICATION

32

RECHERCHES

PROGRAMME D’ÉCHANTILLONNAGES

3,0

UQTR-LAVAL

GÉNIE INDUSTRIEL

GÉNIE SANTÉ –SÉCURITÉ AU TRAVAIL

33

RECHERCHES

VENTILATION

2,0

LAVAL-POLY

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE HYDRAULIQUE

34

RECHERCHES

CLIMATISATION

2,0

LOYOLA-MCGILL

GÉNIE MÉCANIQUE

35

RECHERCHES

RÉFRÉGIRATION

2,0

LOYOLA-MCGILL

GÉNIE MÉCANIQUE

36

RECHERCHES

GAZ IMMISCIBLES

3,0

BISHOP

GÉNIE CHIMIQUE

37

RECHERCHES

JEU DES PRESURISATIONS

2,0

SNS-LAVALIN

UQAM-ETS

GÉNIE MÉCANIQUE

38

RECHERCHES

COMPOSANTES ATMOSPHÉRIQUES ÉQUIVALENTES

5,0

UQTR

UQAM-ARMAND-FRAPPIER

GÉNIE CHIMIQUE

39

RECHERCHES

CONCEPTION

DESIGN INTÉRIEUR

SALLE DE RÉFLEXIONS

2,0

MONTRÉAL-MCGILL

ARCHITECTURE

40

RECHERCHES

DESIGN INTÉRIEUR

2,0

MONTRÉAL-MCGILL

ARCHITECTURE

41

RECHERCHES

ÉCLAIRAGE INTÉRIEUE

1,0

UQTR-CONSULANTS VFP INC.

GÉNIE ÉLECTRIQUE

ET GE ET SYLVANIA ET AUTRES

42

RECHERCHES ERGONOMIQUES

2,0

UQTR-LAVAL

GÉNIE INDUSTRIEL

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

#

PROJETS

DESCRIPTION

MONTANTS (MILLION $)

ORGANISMES

DE RECHERCHE

43

RECHERCHES CHAUFFAGE

5,0

LABORATOIRE HYDRAULIQUE LASALLE

44

RECHERCHES HUMIDIFICATION

5,0

UQTR-UQAR-UQAC

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE OCÉANOGRAPHIQUE

45

RECHERCHES

MATIÈRES EN SUSPENSION

10,0

UQAC

GÉNIE UNIFIÉ

GÉNIE MÉCANIQUE

46

RECHERCHES

DISTRIBUTION DES CHARGES ÉLCTRIQUES, IONIQUES

10,0

UQAC

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE UNIFIÉ

47

RECHERCHES

DISTRIBUTION

ÉNERGIE THERMIQUE ET STATIQUE

AU SOL

10,0

UQAC

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE UNIFIÉ

48

RECHERCHES

DISTRIBUTION

ÉNERGIE THERMIQUE ET DYNAMIQUE AU SOL

10,0

UQAC

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE UNIFIÉ

49

RECHERCHES

DISTRIBUTION DES CHARGES ÉLCTRIQUES, IONIQUES

AU NIVEAU DES OCÉANS

10,0

UQAR

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE MARITIME

ET

OCÉANOGRAPHIE

50

RECHERCHES

DISTRIBUTION

ÉNERGIE THERMIQUE ET STATIQUE

AU NIVEAU DES OCÉANS

10,0

UQAC

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE UNIFIÉ

51

RECHERCHES

DISTRIBUTION

ÉNERGIE THERMIQUE ET DYNAMIQUE

AU NIVEAU DES OCÉANS

10,0

UQAC

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE UNIFIÉ

52

RECHERCHES

PHÉNOMÈNE DU VORTEX

DES

TOURS DE GIRATION

0,5

LABORATOIRE HYDRAULIQUE

LASALLE

53

RECHERCHES

DISTRIBUTION

ÉNERGIE THERMIQUE STATIQUE

DES VOLCANS

10,0

UQAC-MCGILL

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE UNIFIÉ

GÉNIE GÉOLOGIQUE

VOLCANOLOGUE

 


#

PROJETS

DESCRIPTION

MONTANTS (MILLION $)

ORGANISMES

DE RECHERCHE

54

RECHERCHES

DISTRIBUTION

ÉNERGIE THERMIQUE ET DYNAMIQUE DES VOLCANS

10,0

UQAC-MCGILL

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE UNIFIÉ

GÉNIE GÉOLOGIQUE

VOLCANOLOGUE

55

RECHERCHES

DISTRIBUTION

ÉNERGIE THERMIQUE ET STATIQUE DES GEYSERS

10,0

UQAC-MCGILL

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE UNIFIÉ

GÉNIE GÉOLOGIQUE

VOLCANOLOGUE

56

RECHERCHES

DISTRIBUTION

ÉNERGIE THERMIQUE ET DYNAMIQUE DES GEYSERS

10,0

UQAC-MCGILL

GÉNIE MÉCANIQUE

GÉNIE UNIFIÉ

GÉNIE GÉOLOGIQUE

VOLCANOLOGUE

57

RECHERCHES

DES COURANTS MARINS

DES ESTUAIRES ET DES OCÉANS

10,0

UQAR

GÉNIE MARITIME

OCÉANOGRAPHIE

58

SATELLITES ORBITE LUNAIRE

600,0

AGENCE SPATIALE CANADIENNE

&

NASA

59

STATIONS LUNAIRES

ANALYSE SPECTRALE

&

ANALYSE IONIQUES

PHOTONIQUES, ÉLECTRIQUES

&

MAGNÉTIQUES

400,0

AGENCE SPATIALE CANADIENNE

&

NASA

60

ANALYSES SIMILAIRES

AU SOL TERRESTRE

1 000,0

SERVICES MÉTÉOROLOGIQUES-QUÉBEC

SERVICES

MÉTÉOROLOGIQUES-Canada

&

OMM

61

ANALYSES SIMILAIRES

EN VOL TERRESTRE

AVIONS ET BALLONS SONDES

1 000,0

SERVICES MÉTÉOROLOGIQUES-QUÉBEC

SERVICES

MÉTÉOROLOGIQUES-Canada

&

OMM

 


 

#

PROJETS

DESCRIPTION

MONTANTS (MILLION $)

ORGANISMES

DE RECHERCHE

62

ANALYSES SIMILAIRES

EN MERS//OCÉANS

BATEAUX ET SOUS MARINS

ET BOUÉES

1 000,0

SERVICES MÉTÉOROLOGIQUES-QUÉBEC

SERVICES

MÉTÉOROLOGIQUES-Canada

&

OMM

63

BOUÉES DANS LES RÉSERVES

D’EAU DOUCE (LACS ET NAPPES PHRÉATIQUES)

1 000,0

SERVICES MÉTÉOROLOGIQUES-QUÉBEC

SERVICES

MÉTÉOROLOGIQUES-Canada

&

OMM

T

O

T

A

L

 

TOTAL PARTIEL :

PROJET ÉTATIQUE

ET

PRIVÉ!...

5 258,5

RECHERCHES NÉCESSAIRES

POUR

LA CONCRÉTISATION

DE

<< CORIOLIS-VINCI >>

 


 

 


 

ÉTALEMENT DES FONDS DE RECHERCHE REQUIS

POUR LES SIX CENTRES RÉPARTIS

SUR LES CINQ CONTINENTS

PROPOSITION DE RÉALISATION

OURANOS

&

CORIOLIS-VINCI

Version officielle (finale révisée (2) ) 12 JANVIER 2006

À la demande express du Co-Président RAYMOND CHAMPAGNE, Ph.D., Professeur émérite UQTR

Du

Groupe de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >>

Monsieur Raymond Champagne, Ph.D.

Version officielle (MODIFIÉE PAR CETTE AJOUT 28 FÉVRIER 2006)

À la demande express du Co-Président

Du

Groupe de Recherche en Climatologie << Coriolis-Vinci >>

Monsieur Raymond Champagne, Ph.D.

 


12 JANVIER 2006

À VOTRE DEMANDE MONSIEUR CHAMPAGNE, Ph.D.,

CO-PRÉSIDENT DU GROUPE DE RECHERCHE <<CORIOLIS-VINCI>>.

VOICI QUELQUES PAGES EN FORMAT WORD RÉSUMANT LE PROJET DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE <<CORIOLIS-VINCI>>.

ESPÉRANT QUE CE TEXTE VOUS CONVIENT.

TOUTEFOIS, N’HÉSITEZ PAS À EXIGER DES MODIFICATIONS ET CLARIFICATIONS SI NÉCESSAIRE!

BONNE LECTURE,

 

Régis Lapierre, ing.

Président DU CENTRE DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE

<<CORIOLIS-VINCI>>

28 FÉVRIER 2006

 


 

LE CENTRE DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE

<< CORIOLIS-VINCI >>

 


SOMMAIRE EN BREF (JANVIER/FÉVRIRE/MARS 2006)

 

  • INTRODUCTION ET BREF HISTORIQUE

Ce projet a pris inconsciemment naissance dans ma tête, suite aux épisodes de verglas survenus en janvier 1997 et couvrant les régions suivantes : ( Mauricie // Lanaudière // Bois-Franc ). Le second épisode de 1998 stimula définitivement ma curiosité scientifique par l’ampleur d’un tel phénomène. Suite à plusieurs vérifications de données scientifiques, calculs, conceptions préliminaires de scénarios de différents types de Centre de Recherche en Climatologie, j’ai complété avec soin mon premier survol par une lecture intéressée et inspirante du rapport de la Commission du grand verglas présidé par Monsieur Roger Nicolet, ing.. Toutefois, en plus de l’excellent contenu de ce rapport, l’étincelle officielle et définitive qui déclencha l’engouement pour compléter cette recherche intense et fructueuse, fut la phrase de Monsieur Victor Hugo citée dans le préambule du rapport de la commission qui se lit comme suit :

    << Il faut prévoir l’imprévisible>>.

Le premier survol de cette problématique et l’analyse en bref des outils informatiques déjà en œuvre pour prévoir l’imprévisible, bien que fort intéressant et très utile, ne me convainquaient pas dans le sens de leurs utilités pour favoriser la réduction de l’incertitude et favoriser la capacité de provoquer des conditions gagnantes et inconnues par les jeux du hasard en modifiant un ensemble de paramètres dans une climat-spère pouvant provoquer des découvertes nombreuses au sujet de certaines nouvelles lois du comportement du climat encore inconnues jusqu’à ce jour. Un premier programme de recherche en la matière et les composantes structurales et architecturales du Centre prirent l’aspect d’un premier rapport conceptuel qui fut remis à notre ministre régional titulaire du ministère de l’Industrie, Commerce, Sciences et Technologie avec accusé de réception en mars 2000. Depuis le dépôt de ce premier document décrivant :

  • Le Centre de recherche en climatologie;
  • Le personnel requis :
  • La liste des recherches non exhaustives à mener à bien;

Ce projet devrait être idéalement implanté au sein des installations du parc immobilier sous l’égide de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Suite à ce premier effort, la recherche intense personnelle se poursuivit sous forme de cumul de données des variations de températures à l’aide d’une station météorologique locale et personnelle ( incluant cinq thermomètres localisés à des endroits stratégiques pour définir le comportement calorifique du climat journalier ), et ce, afin de compiler des données fiables sans biais selon un protocole personnel scientifique sévère et de comparer ces dernières données cumulées à deux étalons climatiques reconnus, soit :

  1. Les données statistiques climatiques présentant les maximum calorifiques journaliers exprimés en degrés Celcius des années (1940-1970) sous forme de courbe représentant la région Montréalaise corrigée d’un facteur tenant compte des coordonnées ou de la latitude nordique de la ville de Trois-Rivières afin de refléter les conditions de la région mauricienne;
  2. Les données statistiques colligées par Environnement Canada à la station météorologique de NICOLET couvrant la période (1971-2000), données cumulées sur une période de trente ans.

    Nos données cumulées et enregistrées sur une période de trente quatre mois démontrent à l’aide de multiples courbes et histogrammes que les hypothèses émises et vérifiées confirment sans aucun doute le réchauffement atmosphérique régional. Le degré de certitude étant défini par le cumul et la constance des données des trente quatre mois sur trente quatre mois (34/34) démontrant la réalité du réchauffement globale. Et ce, avec un degré de confiance de plus de 85% (12 mois sur 12 mois, période annuelle totale) et enfin avec un degré de confiance de plus de 93% (10 mois sur 10 mois, excluant les résultats de décembre et janvier, pour la même période annuelle totale). De plus, les données vérifiées sporadiquement mais non enregistrées de façon appropriée selon notre protocole rigide de recherche, démontrent également la confirmation de nos hypothèses émises et vérifiées, et ce pour une autre période aval de 44 mois. Notre étude ayant été mené par une seule personne n’offre aucun biais dans les fonctions et manières de relevés les données et de faire l’analyse et l’interprétation des résultats.

De plus, ces résultats sont parfaitement en accord avec les recherches menées par le groupe de recherche scientifique reconnu par les gouvernements du Québec et du Canada et par les instances Universitaires, soit le Consortium Ouranos, qui œuvre depuis 2002 avec un personnel de (150 à 250 chercheurs et techniciens) qui ont pour mandat clarifier quatorze grands thèmes affectant les régions de la Province de Québec à cause des changements climatiques qui justifie grandement ce nouveau champ de recherche. De plus nos résultats concordent également et favorablement avec les résultats publiés par les membres experts de l’IPCC, organisme sous l’égide de l’ONU et de l’Agence fédérale américaine <<NOAA>>, dont les rapports et informations disponibles sur l’INFO-ROUTE (WEB) ont été scrutés avec grand intérêt pour faciliter notre compréhension et comparer nos résultats et interprétations.

Toutefois, au meilleur de notre connaissance, seul <<Coriolis-Vinci>> avisait les autorités pertinentes et fut le premier à soulever le fait que les règles du protocole de KYOTO ne suffiraient pas pour faire face aux changements climatiques. En 2004, le Consortium OURANOS rencontrait plusieurs responsables des États limitrophes au territoire du Québec pour les informer de leurs constats qui allaient exactement dans le sens des avancées de <<CORIOLIS-VINCI>>.

Les responsables d’OURANOS ont également multiplié les rencontres avec tous les responsables des différentes sphères d’activités de la Société québécoise afin de les aviser et de les mobiliser sur l’importance d’une planification prospective qui devra tenir compte de la réalité des changements climatiques en cours.

Et l’année 2005 confirma les avancées de <<Coriolios-Vinci>> avec plus de 200 milliards de dollars US en dommage dû à l’énergie calorifique et à l’effet multiplicateur d’un environnement propice aux catastrophes régionalement.

Ce centre de recherche unique au monde d’une forme architecturale similaire au dôme de l’Oratoire Saint-Joseph, dont le dimensionnement gigantesque de 400 mètres de haut par de 400 mètres de diamètres lui est définitivement supérieur en terme de volume architectural et structural. Ce bâtiment demeure toutefois parfaitement réalisable avec les technologies de construction que nous connaissons en 2006.

Un premier Centre de ce type devrait être implanté d’abord et avant tout pour fins de mise au point des techniques de construction et de rodage opérationnel. Par la suite cinq autres Centres du même type seraient implantés dans les villes universitaires choisis par les gouvernements locaux respectifs en collaboration avec les autorités respectives de l’ONU.

Sachant que ce Centre est physiquement réalisable et qu’il peut opérer, ce dernier représente un outil de recherche indispensable pour l’humanité, la faune, la flore, les éco-systèmes et leurs environnements. Nous sommes donc rendus à la phase publicitaire ou en d’autres mots à la phase <<MARKETING-VENTE>> de cet OUTIL en y insérant dans le processus temporel de réalisation un document informatisé publicitaire décrivant la réalisation de ce Centre international de recherche en climatologie << CORIOLIS-VINCI >> en terme GÉNIE-CONSTRUCTION, mais également en terme de programmes de recherches multidisciplinaires sous la responsabilité de l’UQTR et de l’IPCC, organisme Onusien ayant coordonné les travaux de recherche au sujet des changements climatiques globaux et de ses impacts!

Ces Centres auraient sûrement de grands impacts scientifiques, sociaux, culturels, éducatifs, économiques, et ce, sur le plan local, régional, national, continental, international et planétaire! Il est donc très important et crucial de comprendre les besoins et la nécessité de tels Centres! Il est également important de comprendre leurs fonctionnements, leurs grandes flexibilité pour parfaire les recherches désirées. Toutefois, il est également important et grandement nécessaire de comprendre les limites des outils informatisés actuels et des limites des Centres proposés pour finalement réaliser que les deux types d’outil seraient complémentaires et faciliteraient une synergie positive d’ensemble et la mise au point de solutions salvatrices pour la vie et la survie. Ce tandem d’outils favoriserait également les découvertes encore insoupçonnées et plus utiles que nous pourrions l’imaginer.

  • DESCRIPTION BRÈVE DU CENTRE

Le Centre de Recherche en Climatologie << CORIOLIS-VINCI >> appelé communément la

<< CLIMAT-SPÈRE >> se décrit comme suit :

  1. Une sphère de 300 mètres de diamètre offrant toutes les caractéristiques topographiques et océaniques dans la mesure du possible, cette dernière tournant sur un axe structural unique en aluminium-magnésium. Cet axe de rotation offrant un accès pour l’entretien de toutes composantes structurales, mécaniques, électriques, électroniques, et de communication. Également cet axe de rotation tournant à des vitesses variables permettra d’établir le régime créant les conditions atmosphériques des hautes et basses pressions dans un univers clos relatif qui permettra de mener à bien l’ensemble des recherches planifiées. La rotation de la CLIMAT-SPHÈRE est générée par l’entremise de systèmes d’entraînement hydrauliques, ces derniers étant énergisés par six génératrices à combustion interne alimentées par les combustibles tel que : l’hydrogène, le gaz naturel, les diezels, etc…
  2. Cette sphère gigantesque étant enveloppée d’une structure auto-portante bétonnée renforcée par des contreforts intérieurs et de des structures statiques primaires de support en acier permettant d’y insérer des structures statiques secondaires et d’y rattacher toutes composantes nécessaires pour la reconstitution de notre climat terrestre. Girafe téléscopique hydraulique et robots multi-directionnels et multi-fonctionnels nécessaires à l’entretien et à l’opération.
  3. La production énergétique complémentaire pour fins : de services primaires, secondaires, tertiaires et essentiels seront fournie par l’énergie solaire directe et indirecte, soit l’énergie éolienne, thermique, photovoltaïque, énergie stockée dans des piles de haute performance, etc.
  4. Les ascenseurs installés en quinconce au centre de l’axe de rotation permettront et donneront accès aux structures tubulaires radiales et ou diamétrales à partir de la chambre de transfert et de services correspondant au noyau de la planète terre. Les tubulures cylindrées radiales fabriquées de matériaux légers tel que, (Aluminium-Magnésium) supporteraient le manteau terrestre définissant les caractéristiques topographiques que nous pourrions reproduire dans la mesure du possible. Les tubulures cylindriques supportant également les assises et les ancrages reproduisant le lit des océans, des mers et des plus grandes étendues d’eau que nous pourront reproduire à cette échelle. Les réservoirs océaniques et les réservoirs formant les mers et autres seront assemblés comme des cellules d’abeille ou toutes autres formes de réservoirs pertinents permettant l’écoulement ou la reproduction des courants marins en autant que possibles. Ces tubulures structurales ou cylindres structuraux permettront également l’accès pour fins d’entretien et d’opération aux composantes mécaniques, électriques, électroniques, de télécommunication, de contrôles, de microprocesseurs et autres équipements nécessaires pour le bon fonctionnement de la recherche.

 


  • LES COMPOSANTES DU CENTRE

 

LES COMPOSANTES ET LEURS UTILITÉS

#

DESCRIPTION

UTILITÉS

1

PIEUX (1 800+)

FONDATIONS PRIMAIRES ET STABILITÉ

2

FOOTINGS

FONDATIONS SECONDAIRES

3

PREMIERS SOUS-SOL

PRODUCTION ÉNERGÉTIQUE

4

DEUXIÈME SOUS-SOL

SYSTÈME D’ENTRAINEMENT

SALLES MÉCALINQUES

SALLES ÉLECTRIQUES

ATELIERS

5

TROISIÈME SOUS-SOL

ENTREPÔTS

SYSTÈMES INFORMATISÉS

ARCHIVAGE

STOCKAGE

 


LES COMPOSANTES ET LEURS UTILITÉS

#

DESCRIPTION

UTILITÉS

6

QUATRIÈME SOUS-SOL

STATIONNEMENTS

ZONE INSONORISANTE

7

REZ-DE-CHAUSSÉE

RÉCEPTION

SALLE D’ATTENTE

ADMINISTRATION

SALLES DE CONFÉRENCES

AUDITORIUM MULTIMÉDIA

BUREAUX

8

PREMIER PLANCHER

STATIONNEMENTS

ZONE INSONORISANTE

9

PLANCHER MOBILE PLUVIOMÉTRIQUE

PLUVIOMÉTRIE

ET SYSTÈME CONTRÔLE HYDYQUE

10

CLIMAT-SPHÈRE

SIMULATION ATMOSPHÉRIQUE

11

AXE DE ROTATION

ACCÈS

OPÉRATION

ZONE HAUTE & BASSE PRESSION

ENTRETIEN PRÉVENTIF ET RÉPARATION

ENTRAINEMENT DE ROTATION

JOURS // NUITS

 


 

LES COMPOSANTES ET LEURS UTILITÉS (SUITE)

#

DESCRIPTION

UTILITÉS

12

NOYAU STRUCTURAL CENTRAL

CHAMBRE DE TRANSFERT

COMPOSANTE STRUCTURALE

MAJEURE

ACCÈS MULTIDIRECTIONELS

COMMUNICATIONS

DISTRIBUTIONS DES SERVICES

13

TUBULURES STRUCTURALES

RADIALES // DIAMÉTRALES

ACCÈS

OPÉRATION // ENTRETIEN

CHAMPS MAGNÉTIQUES

CHAMPS ÉLECTRIQUES

VARIATIONS

CHAMPS MAGNÉTIQUES

14

PANIERS TÉLESCPOPIQUES

ET

GIRAFE HYDRALIQUE

BRAS CANADIENS

TÉLESCOPIQUES

&

ROBOTS MULTI-FONCTIONS

&

MULIDIRECTIONNELS

FIXÉS AUX TUBULURES

CYLINDRIQUES

ACCÈS

ENTRETIEN

RÉPARATIONS

VÉRIFICATIONS

MESURES

NOUVEAUTÉS

ETC

15

RÉSERVOIRS D’EAU SALÉES

MERS ET OCÉANS

COURANTS MARINS

AUTRES

16

RÉSERVOIRS EAUX DOUCES

TRÈS GRANDS LACS

17

BUSES MULTIPLES

HUMIDITÉ

INJECTION DE GAZ NON CALORIFIÉS

INJECTION GAZ CALORIFIÉS

INJECTION DE MES

INJECTION DE GES

VOLCANS

GEYSERS

 


 

LES COMPOSANTES ET LEURS UTILITÉS (SUITE)

#

DESCRIPTION

UTILITÉS

18

MANTEAUX

PAROIS

CHAMPS ÉLECTRIQUES

TOPOGRAPHIE

MONTAGNES

COLLINES

VALLÉES

PLATEAUX

RÉFRACTION

ABSORTION

DRAINAGE

CHAMPS ÉLECTRIQUES

EFFETS

CONCENTRATIONS IONIQUES

ETC

19

PAROIS SOLAIRES

DIRECTIONNELLES

VARIABLES

ÉNERGIE SOLAIRE

VENTS SOLAIRES

NUITS // JOURS

ANGLES AXE DE ROTATION

SAISONS

20

PAROIS SIDÉRALES

DIRECTIONNELLES

VARIABLES

FROID SIDÉRAL

NUIT RÉ JOUR

ANGLES DE L’AXE DE ROTATION

SAISONS

21

PAROIS CHAMPS ÉLECTRIQUES

CHAMPS ÉLECTRIQUES

EFFETS

CONCENTRATIONS IONIQUES

CHAMP GRAVITATIONNEL PARTIEL

MODULATION ET/OU EFFET

DE LA CEINTURE DE VAN ALLEN

22

CELLULES PHOTOVOLTAÏQUES

SUR PAROIS EXTÉRIEURES

DU DÔME

PRODUCTION ÉLECTRIQUE

SERVICES SECONDAIRES

COMMUNICATIONS

ÉCLAIRAGES

 


 

#

DESCRIPTION

UTILITÉS

SUITE

SUITE

SUITE

23

TUBULURES EXTÉRIEURES

&

SERPENTINS DE TUYAUTERIE

ÉNERGIE THERMIQUE EN ÉTÉ

REFROIDISSEMENT EN HIVER

DES GÉNÉRATEURS

24

CENTRE D’OBSERVATION

SALLE DE COMMUNICATION

OBSERVATOIRE LOCALE

POUR FINS TOURISTIQUES

OBSERVATOIRE ASTRONOMIQUE

INTER RELIÉ AVEC HUBBLE

COMMUNICATION TERRESTRE

COMMUNICATION SATELLITAIRE

AUTRES

25

GIGA CENTRE ORDINÉ

COMPILATIONS

INTER-CENTRES

STOCKAGE DE DONNÉES

ANALYSE // SYNTHÈSE

PROJECTION

PRÉVISIONS

PROSPECTIONS

AIDE CONCEPTUEL

AUTRES

 


 

  • PROGRAMME DE RECHERCHES ET LIEUX DES RECHERCHES

 

PROGRAMMES DE RECHERCHES RÉALISÉS EN PARALLÈLE

CODE

#

DESCRIPTION

LIEUX

SUITE

SUITE

SUITE

SUITE

TR

1

EFFET DES MONTAGNES

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

CANADA

AU

2

EFFET DES OCÉANS ET MERS

AUSTRALIE

AU

3

EFFET HUMIDITÉ

AUSTRALIE

EU

4

EFFET DES MES

EUROPE

AR

5

EFFET DES GLACES

ARGENTINE

AR

6

EFFET DE L’AXE DE ROTATION

ARGENTINE

TR

7

EFFET SOLAIRE

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

CANADA

EU

8

VARIATION DES GES

EUROPE

EU

9

EFFET DES VOLCANS

EUROPE

TR

10

DÉVELOPPEMENT ÉNERGÉTIQUE

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

Canada

AS

11

EFFET DES CHAMPS MAGNÉTIQUES

AFRIQUE DU SUD

AS

12

EFFET DES CHAMPS ÉLECTRIQUES

AFRIQUE DU SUD

AR

13

EFFET DE LA GLACIATION

ARGENTINE

TR

14

EFFET DE DÉSERTIFICATIOIN

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

Canada

TR

15

EFFET DES VARIATIONS DE TEMPÉRATURES LOCALES RÉGIONALES, CONTINENTALES, GLOBALES

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

Canada

 


 

PROGRAMMES DE RECHERCHES RÉALISÉES EN PARALLÈLE (SUITE)

CODE

#

DESCRIPTION

LIEUX

SUITE

SUITE

SUITE

SUITE

EU

16

EFFET DES POLLENS

EUROPE

EU

17

EFFET DES POLLUANTS

EUROPE

IN

18

COMPOSITIONS DES NUAGES

INDES

IN

19

EFFET DES GEYSERS

INDES

IN

20

EFFET IONIQUES

INDES

IN

21

EFFET DU TAPIS OCÉANIQUES

INDES

TR

22

EFFET DU CAPTAGE

ÉNERGIE SOLAIRE

ENTRE LATITDE DU CAPRICORNE

ET//OU

ÉQUATORIEN

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

Canada

IN

23

EFFET VAN ALLEN

INDES

IN

24

EFFET LUNAIRE

INDES

AR

25

EFFET DES GLACIATIONS

ARGENTINE

AR

26

EFFET GOLFE DE MEXIQUE

ARGENTINE

AR

27

EFFET DE LA MÉDITERRANÉE

ARGENTINE

TR

28

EFFET DES PÔLES

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

Canada

TR

29

EFFET ÉQUATEUR

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

Canada

 


 

PROGRAMMES DE RECHERCHES RÉALISÉES EN PARALLÈLE (SUITE)

TR

30

PRESSURISATION

MULTIPLE

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

Canada

TR

31

VARIATION DE LA VITESSE

ROTATION

SIMULAION ACCÉLÉRÉE

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

Canada

TR

32

RODAGE

MISE EN OPÉRATION

TROIS-RIVIÈRES QUÉBEC

Canada

TR

33

SATELLITES DE MESURES

OBSERVATIONS

EN ORBITE LUNAIRE

ASC & NOAA & NASA

UQTR/QUÉBEC/Canada

Canada//EUROPE//USA

 


  • LISTE DE DISTRIBUTION DES DOCUMENTS AUX PERSONNES ET ORGANISMES INFORMÉS

 

LISTE DE DISTRIBUTION DES DOCUMENTS

#

%

NOM DE L’ORGANISME

OU

NOM DE LA PERSONNE

ACCUSÉ

DE

RÉCEPTION

1

20%

RESSOURCES NATURELLES

Canada

OUI

POSTE

SIGNATURE

2

60%

MINISTÈRE INDUSTRIE ET COMMERCE

SCIENCES ET TECHNOLOGIES Québec

OUI

POSTE

SIGNATURE

3

20%

ENVIRONNEMENT Canada

NON

4

20%

FACC

Monsieur Brian Scharwtz

OUI

POSTE

SIGNATURE

5

20%

ENVIRONNEMENT QUÉBEC

NON

6

80%

RICHESSES NATURELLES QUÉBEC

Ministre François Gendron

OUI

7

80%

RÉGIONS QUÉBEC

Ministre Rémy Trudel

OUI

POSTE

SIGNATURE

8

100%

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC TROIS-RIVIÈRES

OFFICIEUSEMENT

DOCTEUR

RÉMY TREMBLAY

MAIN À MAIN

9

100%

Docteur Rémy Tremblay, Ph. D. (UQTR)

Assistant Recteur

(Rectorat Enseignement & recherches)

OUI

Trois Rencontres

Documents remis

MAIN À MAIN

10

100%

HYDRO-QUÉBEC // IREQ

CA du Consortium OURANOS

Messieurs André Caillé, ing. et Jacques Martel, ing.

OUI

POSTE

SIGNATURE

11

90%

TECHNOPOLE DE LA MAURICIE (UQTR)

Monsieur Lambert & Djaozandry

OUI

MAIN À MAIN

 


 

LISTE DE DISTRIBUTION DES DOCUMENTS (SUITE)

#

%

NOM DE L’ORGANISME

OU

NOM DE LA PERSONNE

ACCUSÉ

DE

RÉCEPTION

12

60%

FÉDÉRATION DES CAISSES POPULAIRES

MAURICIE ET MONTÉRÉGIE

NON

13

100%

Madame Évelyne Lapierre-Adamcyk,

Département des Sciences sociales

(Démographie) de l’Université de Montréal

Officieusement

Main à main

14

60%

Recteur de l’OSJ

Père Lalonde

Officieusement

Main à main

15

100%

Monsieur Raymond Champagne, Ph. D.

Professeur émérite de l’UQTR

Ex-Doyen (Enseignement & Recherche (UQTR))

Officiellement

Main à main

Co-signataire

16

100%

Monsieur Claude Genest, Ph. D.

Géographe et climatologue

Département de géographie UQTR

Officiellement

Main à main

Co-signataire

17

100%

Monsieur Joseph Lyttinsky, Climatologue

Ex-professeur au département de géographie

UQTR

Par intermédiaire

De

M. Genest, Ph. D.

18

100%

Monsieur François Bellemare,

Étudiant en Maîtrise (Climatologue)

Étudiant au département de géographie UQTR

Par intermédiaire

De

M. Genest, Ph. D.

19

80%

Monsieur Pierre Auger, Ex-Président

Fabrique Saints-Martyrs-Canadiens

&

Président du CA de la Caisse Populaire des Boulevards

Officieusement

Main à main

20

100%

Monsieur le maire du Trois-Rivières Métro

Yves Lévesque

Poste

signature

21

90%

CRE MAURICIE

Monsieur Simard, directeur général

OUI

Courriel

Main à main

 


 

LISTE DE DISTRIBUTION DES DOCUMENTS (SUITE)

#

%

NOM DE L’ORGANISME

OU

NOM DE LA PERSONNE

ACCUSÉ

DE

RÉCEPTION

22

100%

Monsieur Yves Marchand

Directeur général de la SDÉ Trois-Rivières-Métro

Rencontré à ses bureaux de la SDETR

Officieusement

Main à main

Poste

Signature

23

90%

Monsieur Yves Rocheleau

Député fédéral de la circonscription de TRM

Officieusement

Main à main

Avant KYOTO

24

80%

Monsieur Jean-Pierre Gaudette, ing.

Directeur Génie-Services KRUGER

Officieusement

Main à main

25

60%

Monsieur Cléo. Amireault, ing.

Retraité d’Hydro-Québec

Officieusement

Main à main

26

90%

UNIVERSITÉ LAVAL

Dr. Raymond Leblanc, Ph.D.

Membre du CA du Consortium OURANOS

OUI

POSTE

SGNATURE

27

80%

Dr. Laurent Godbout, md

Médecine familiale Clinique de Pointe-du-Lac

Officieusement

Main à main

28

100%

Ordre des Ingénieurs du Québec

RAPPORT VIII-A

AVRIL-JUIN 2006

Poste prioritaire

 

29

 

100%

Ordre des Ingénieurs du Québec

RAPPORT VIII-B ou ADDEMDUM

JANVIER 2007

 

Poste prioritaire

30 100% Monsieur Yvon Johanesse, Philosophe-écrivain Main à main

 


 

  • LA VENTE ET/OU MARKETING DU CENTRE DE RECHERCHE EN CLIMATOLOGIE (Le Pourquoi?)

 

    Le Centre de Recherche en Climatologie <<Coriolis-Vinci>> rencontre parfaitement bien les besoins des deux écoles de pensées, soit  la confirmation de leurs hypothèses et la nécessité de réduire les incertitudes pour minimiser les décideurs septiques ou réfractaires à des changements majeurs de comportements économiques et énergétiques pour assurer un développement durable:

  1. La première école (celle préconisée par l’auteur de ce document)
  2. Ceux qui prônent le réchauffement global de notre atmosphère terrestre à cause des GES (gaz à effet de serre), et ce à cause des activités économiques des humains qui requièrent une consommation énergétique produite par les combustibles fossiles. Ce phénomène s’étant accéléré depuis le dernier siècle avec l’avènement de l’ère industriel;

  3. La deuxième école (celle préconisée par certains membres de <<Coriolis-Vinci>>

        Ceux qui prônent les fluctuations climatiques en admettant que nous vivons des écarts calorifiques à la hausse présentement, mais ces derniers croyant également qu’une ère de refroidissement interviendra à plus ou moins brève échéance, c.a.d. au cours des deux prochaines décennies et sûrement au cours du présent siècle;

         

ÉH! Bien! C’est très simple, la première École de pensée, si la tendance actuelle se poursuit, et si les résultats prévus par les modèles informatiques actuels et sous leur forme actuelle s’avère la réalité, le refus de prendre les actions nécessaires dans un temps relativement bref amènera l’humanité dans une problématique de VIE et de SURVIE pénible et déplorable.

La THÉORIE de cette école, que l’auteur de ce document endosse, s’avère la THÉORIE la plus urgente à clarifier et à confirmer, car sur le plan éthique et moral, nous ne pouvons nous permettre de laisser le train se diriger vers un gouffre catastrophique! Et cette affirmation est sincère, mais non dogmatique!

La seconde THÉORIE s’avère moins urgente car il est plus facile de survivre dans une atmosphère froide que dans une atmosphère surchauffée, mais ce refroidissement peut-être tout aussi catastrophique si l’homo-sapiens ne s’y prépare pas avec une politique du laisser-faire, laisser-aller et/ou de l’indifférence!

L’outil de marketing idéal se décrit ainsi :

  1. Un documentaire démontrant l’accroissement des catastrophes climatiques en nombre, en violence et en perte matérielle et perte de vie!
  2. Un montage informatisé décrivant l’histoire du concept du CENTRE et la simulation informatisée décrivant les principes physiques et les concepts d’ingénierie et de construction permettant de réaliser ce magnifique outil qu’est le CENTRE de RECHERCHE en Climatologie << Coriolis-Vinci >>, et ce, en faisant appel à toutes les lois connues mentionnant les grands penseurs ou pères de ces découvertes qui régissent la physique et la chimie et permettent aux ingénieurs (personnes qui pratiquent dans le domaine des sciences appliquées) de concrétiser une application et/ou un ensemble de ses applications pour enfin comprendre le fonctionnement complexe de tout ce qui nous régit sur terre. Maintenant le temps est venu de clarifier les lois partiellement connues qui régissent le climat sur notre planète et surtout il est grand temps de connaître les lois et les actions qui peuvent à court terme mettre fin à l’harmonie climatique de notre planète. Et il serait impardonnable que l’homme fasse l’erreur de ne pas se donner toutes les chances pour éviter le pire! C’est pourquoi l’homme doit développer cet outil, qui je l’espère fortement, lui donnerait la possibilité de prévoir l’imprévisible! Et ce à la manière MOLSON EXPORT, mais en plus sérieux et surtout plus lentement! Car ici, il ne suffit pas que de boire de la bière, mais il s’agit de savoir comment gérer l’avenir de l’humanité et de son environnement!
  3. L’introduction devrait sûrement faire référence à cette même phrase : <<Il faut prévoir l’imprévisible>>, phrase de l’auteur français Victor Hugo cité dans le rapport de la Commission d’étude sur le grand VERGLAS. Ce rapport, connu sous le nom du Commissaire en chef, soit : <<Le rapport de la Commission NICOLET>>. Ce dernier étant à la fois ingénieur et Président de l’Ordre des Ingénieurs du Québec à l’époque. Il faut utiliser, marteler et rappeler cette phrase tellement réaliste que nous ignorons par ignorance et par laisser faire.
  4. Le financement peut être effectué par les budgets discrétionnaires de recherche de l’UQTR par le biais de leur département informatique, et ou par des fonds provenants de TÉLÉFILM Canada.

 


 

CLIMAT-SPRERE.jpg (84566 octets)

 


 

 


 

 


 

wpe1C.jpg (15961 octets)

 


 

wpe1D.jpg (16337 octets)

 


 

wpe1C.jpg (15961 octets)

 


Le contenu de ce site WEB est la propriété exclusive de Régis Lapierre, ing. et de GESTION RÉGIS LAPIERRE INC. et du Groupe de Recherche en Climatologie <<CORIOLIS-VINCI>>. Tous droits intellectuels et droits d'auteurs s'appliquent selon la législation et règlementation en vigueur au Canada et ses provinces ainsi que tous les pays faisant partie de l'ONU.